chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Machinae Supremacy - Overworld

Chronique

Machinae Supremacy Overworld
Quelque part dans un futur pour le moins désespéré où l'humanité est prisonnière d'un monde virtuel créé par les machines, quelques humains tentent de survivre et de reprendre le dessus. Fraichement débarqué de sa prison mentale, le petit Neo se voit offrir une véritable leçon de vie par LE mec, Morpheus. Neo ouvre les yeux dans une pièce blanche où seulement 2 fauteuils, une table et une chaine hi-fi (avec télécommande) sont disposés.

Morpheus: Ceci est notre structure, une sorte de programme de chargement. On peut y afficher ce qu'on veut : vêtements ou équipements, armes à feu, simulateurs d'entrainement, tout ce qui nous est... nécessaire.
Neo: Tu veux dire que l'on est dans un programme informatique ?
M: Est-ce vraiment si invraissemblable ? Ta tenue est différente, plus de relais dans les bras et le crane, tu as changé de coiffure... Tu corresponds à présent à ce que nous appelons l'image intérieure résiduelle. C'est une projection mentale de ton moi digital.
N: Une quoi ?
M: Laisse tomber on s'en fout.
N: *touchant le fauteil* Alors rien de tout ça n'est réel ?
M: Qu'est-ce que le réel ? Quelle est ta définition du réel ? Si tu veux parler de ce que tu peux toucher, de ce que tu peux gouter ou de ce que tu peux voir et entendre, alors le réel n'est seulement qu'un signal électrique interprété par ton cerveau.

*Morpheus prend la télécommande de la chaine hi-fi et lance un pauvre titre de metal FM de la fin des années 90*

M: Ca c'est le metal que tu connais. Le metal tel qu'il était à la fin du XXième siècle. Il n'est plus aujourd'hui qu'une parcelle de la simulation neuro-interactive que nous appelons la Matrice.

*Neo semble désorienté*

M: Tu viens d'un monde imaginaire Neo, d'un monde où ton nom sert de référence à des forfaits téléphoniques aux communications illimitées. Voici le metal tel que nous le connaissons aujourd'hui.

*Un morceau de musique commence, mêlant guitares électriques et sonorités synthétiques*

M: Bienvenu dans le metal du réel. Nos disposons uniquement d'informations fragmentaires mais nous avons une certitude, c'est qu'à un moment donné, à l'orée du XXIième siècle, les metalleux ont voulu s'unir dans la célébration. Nous nous sommes émerveillés de notre magnificence dès la venue au monde de l'IA.
N: L'IA ? Tu veux dire l'Inspection Agricole ?
M: Non l'Intelligence Artificielle.
N: Ah ?
M: Une conscience unique qui s'est répendue dans toute une génération de machines. Nous ignorons qui a frappé le premier, nous ou elles, mais nous savons que ce sont les metalleux qui ont mis toute cette patate dans les guitares électriques. A l'époque, seul le calme permettait aux machines de s'exprimer et les hommes pensaient qu'en foutant le bordel, les machines ne seraient pas capable de survivre. Vouloir régner en maître était un rêve mais c'est nous qui dépendions des machines pour survivre. Nous voilà les victimes de ce que nous appelions... l'ironie du sort.

*Malgré ses efforts pour suivre, Neo est perdu*

M: Les machines ont vite repris le dessus et ont contre-attaqué en court-circuitant nos guitares électriques par leurs sonorités synthétiques. Elles ont conservé le côté accrocheur du metal tel que nous le faisions, un metal quasi "easy-listening" si l'on considère les structures et les refrains. Puis elles l'ont adapté en y intégrant la musique de leur ancêtre, le commodor 64 avec son processeur musical, le SID. Tout ceci dans un seul objectif : créer une atmosphère futuro-dégénérative afin de capter l'auditeur et de l'empêcher de décrocher pour le garder sous contrôle.
N: Non, non, c'est pas possible !
M: Des années durant j'ai refusé d'y croire et puis j'ai entendu cette musique de mes propres oreilles, autrefois encore plus électronique même. Je les ai entendues (les machines, hein) mélanger des voix humaines, des guitares et de la batterie avec les sons qui avaient bercé mon enfance. Je les ai entendues alterner passages puissants et passages plus lents sur des thèmes empruntés aux vieux jeux video. Je les ai même entendues reprendre "Gimme More" de Britney Spears en version SID metal. Et ce jour là, devant l'horreur bien réelle d'une telle précision, j'ai fini par admettre l'évidence de la vérité...
N: Non, je refuse d'y croire !
M: Je n'ai pas dit que ça serait facile Neo, j'ai dit que ce serait... la vérité.
N: Ca suffit ! LAISSE MOI SORTIR !

*Neo est soudainement pris de panique. Morpheus tente alors de le calmer*

M: Nan mais tu sais, on s'y fait en fin de compte. Le côté électronique s'est beaucoup atténué ces dernières années et la musique reste avant tout très efficace. Ca marque moins les esprits qu'auparavant, ça manque parfois un peu d'inspiration et d'émotions, mais ça reste très bien fait et agréable à écouter. Tiens, tend l'oreille.
N: *se calmant un peu* Ah ouais c'est pas si mal en fait... Tu pourrais me faire écouter ce qui se faisait avant dans le style ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
30/04/2008 18:07
note: 8/10
Aller un demi point de plus : très bon album même s'il n'est pas à la hauteur du précédent Sourire
Jotun citer
Jotun
15/04/2008 11:06
pas encore écouté, mais excellente chronique xD
Dead citer
Dead
27/03/2008 18:34
note: 8/10
Pour ceux qui voudraient en savoir plus, une petite interview de Gaz est en ligne Sourire
Dead citer
Dead
08/03/2008 20:25
note: 8/10
Merci Moqueur
Ilhanhardcore citer
Ilhanhardcore
07/03/2008 22:30
Ahah excellente la chronique!!!
Xarion citer
Xarion
03/03/2008 18:01
Pour l'instant j'écoute l'album en boucle depuis sa sortie, mais je ne suis pas encore capable de le classer en fonction du grand frère.

Overworld est nettement différent, plus mature, plus pop aussi, en fait plus "sérieux" je dirais, c'est moins "lolilol les jeux vidéos", le groupe élargit toujous plus le champ des influences, posant des riffs rock suivis de refrains empruntés à la mouvance pop, avant d'enchainer sur un gros passage bien heavy metal.

Ils ont passé un cap avec Overworld, c'est ce qui rend cet album si bon. De là à savoir s'il surpasse Redeemer ou pas, j'ai encore besoin de pas mal d'écoutes avant de me faire cet avis.
$tatic citer
$tatic
03/03/2008 17:41
Redeemer n'est certainnement pas à réduire à "Through the Looking Glass", bon titre mais terriblement classique également. "Elite", "Rogue World Asylum", "Rise", "Ghost", "Oki Kumas Adventure", ou encore pour ceux qui connaissent "Fury" et "Kaori Stomp" sont très bons voire excellents, et même si Overworld contient des perles, quantitativement je lui préfère Redeemer.

Après c'est sûr avec "Overworld", "Need for Steve", "Skin", "Dark City" ou encore "SID Icarus", j'ai tout de même ma dose de qualtié.
citer
Gazus
03/03/2008 14:47
Personnellement, je le préfère à Redeemer, pour diverses raisons.
"Through Looking Glass" est un bon titre, il n'y a pas à chier, mais il me gonfle sur la longueur (notamment l'absence de SID, allez savoir pourquoi). Overworld propose de jolies tueries comme "Dark City" ou encore "SID Icarus" (anciennement "Flight Of The Toyota" dans l'OST de Jets'N Guns) qui n'ont rien à envier à "TTLG".
cglaume citer
cglaume
03/03/2008 12:29
Néo. Avec un nom comme ça, si "Matrice" avait été un film de SF musical, il n'aurait eu aucune crédibilité ce personage. Et pourquoi pas Emo. Mr Green

Beau boulot sinon, Dead !
Dead citer
Dead
02/03/2008 14:32
note: 8/10
Gothenburg a écrit : Je l'ai écouté, j'aime bien, mais y'a pas de hit à la hauteur de Throuth The Looking Glass. Vraiment bien ce groupe.

D'où la note comparée à celle de "Redeemer" Clin d'oeil
Gothenburg citer
Gothenburg
02/03/2008 13:32
Je l'ai écouté, j'aime bien, mais y'a pas de hit à la hauteur de Throuth The Looking Glass. Vraiment bien ce groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Machinae Supremacy
SID Metal
2008 - Spinefarm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (17)  7.45/10

plus d'infos sur
Machinae Supremacy
Machinae Supremacy
Power metal moderne - 2000 - Suède
  

vidéos
Edge and Pearl
Edge and Pearl
Machinae Supremacy

Extrait de "Overworld"
  
Gimme More (SID)
Gimme More (SID)
Machinae Supremacy

Extrait de "Overworld"
  

tracklist
01.   Overworld
02.   Need for Steve
03.   Edge and Pearl
04.   Radio Future
05.   Skin
06.   Truth of Tomorrow
07.   Dark City
08.   Conveyer
09.   Gimme More (SID)
10.   Violator
11.   Sid Icarus
12.   Stand

Durée : 52 min.

line up
parution
13 Février 2008

voir aussi
Machinae Supremacy
Machinae Supremacy
Redeemer
(Retail Edition)

2006 - Spinefarm Records
  
Machinae Supremacy
Machinae Supremacy
Deus Ex Machinae

2004 - Autoproduction
  
Machinae Supremacy
Machinae Supremacy
Rise of a Digital Nation

2012 - Spinefarm Records
  
Machinae Supremacy
Machinae Supremacy
Phantom Shadow

2014 - Spinefarm Records
  
Machinae Supremacy
Machinae Supremacy
A View from the End of the World

2010 - Spinefarm Records
  

Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique