chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Anakim - Monuments To Departed Worlds

Chronique

Anakim Monuments To Departed Worlds
Les fins et débuts d'années sur Thrashocore, c'est toujours la course. On se réveille au dernier moment pour chroniquer les albums que l'on veut voir apparaître sur les sacro-saints bilans. Parce que certaines sorties paraissent au dernier trimestre, parce que l'on vient de les découvrir ou parce qu'on a autre chose à foutre. Ç'aurait pu être ce dernier cas de figure comme souvent mais Anakim, c'est bien une découverte tardive. Sorti en avril dernier en autoproduction, leur premier full-length Monuments To Departed Worlds n'avait jamais attiré mon attention jusqu'à ce que l'album apparaisse sur la distro de Lavadome Productions. Connaissant le leitmotiv "qualité plutôt que quantité" de l'e-shop du label tchèque et aguiché par un nom de groupe me faisant penser à Star Wars ainsi que par la jolie pochette, j'écoute quelques extraits avec curiosité. Vite conquis, j'ajoute ce Monuments To Departed Worlds à mon panier. Bingo!

L'opus s'avère en effet une belle réussite, surtout pour un premier jet d'un groupe pourtant formé dès 2011. Mettons déjà deux choses au clair. Anakim ne fait évidemment pas référence à son presque homonyme célèbre personnage de fiction désormais sous l'escarcelle de l'ogre Disney mais à une race de géants guerriers dans l'Ancien Testament. Et si la cover aux couleurs brillantes aurait pu illustrer la musique d'un groupe de deathcore, il n'en est rien. Les Anglais sont plutôt versés dans le death metal. Un death metal moderne et varié, bien équilibré entre brutalité et délicatesse. Pas vraiment ce que je préfère d'habitude mais force est de constater que le quintette fait montre d'un sacré talent sur près d'une heure (53 minutes pour être exact). Pas non plus ce que je préfère mais quand c'est bon, on ne va pas non plus se plaindre que ça dure longtemps! Anakim aime en effet composer des morceaux assez longs, six minutes en moyenne. C'est que les Britanniques ont pas mal d'idées à proposer. Et elles sont souvent bonnes leurs idées, résultant en des morceaux riches et variés bien distincts les uns des autres avec un peu tout ce qu'on aime dans les différents styles de death metal. À commencer par le plus important, la brutalité. Si le rythme se fait changeant, le jeu reste souvent rapide, avec entre autres pas mal de blast-beats. La production puissante mais naturelle les met d'ailleurs en valeur notamment grâce à une caisse claire qui claque comme il faut, juste à la limite de la Tefal. Côté bourrin, la voix se pose là aussi. Très gutturale, peu déchiffrable, elle est la marque la plus extrême du combo. Mais honnêtement, il ne s'agit pas de sa qualité première car le timbre, certes puissant mais monotone, manque de variation et de panache, tout le contraire de la musique. Le contraste avec les passages les plus mélodiques fonctionne certes mais sur cinquante minutes, on aurait aimé différentes intonations.

Je viens de parler de mélodies. En effet, c'est l'un des gros atouts de la formation dont le death metal offre un aspect à la fois mélodique, technique et progressif. On a le feeling ou on ne l'a pas et Anakim l'a, assurément. Les nombreux solos et autres leads fluides et souvent aériennes vous le démontreront, comme la dernière partie de "Sands Of Oblivion" entre 4'26 et 6'23, la lead somptueuse et entêtante (même si elle arrive un peu comme un cheveu sur la soupe) à 4'05 sur "Xenognosis" qui se met ensuite à gazouiller en sweeps, "Wraith" à 2'16 (en parlant de sweep!) et 4'48 (Loomis?), "Diluvian Wrath" à 5'46 (encore un peu de sweep), "Child Of Chaos" à 0'32, etc. On trouve également plein de bonnes mélodies dans les riffs de base, travaillés et inspirés pour la plupart. Comme je le dis souvent, pas de bon album sans bon riff, Anakim nous le prouve encore. Ce qu'ils nous prouvent aussi avec ces sweeps, c'est qu'ils ne sont pas manchots. Les mecs touchent mais mettent toujours leurs qualités techniques au service de la musique, pas pour satisfaire leur égo et en mettre plein la vue. Ce côté death technique auquel on pouvait aussi s'attendre en voyant la pochette est ainsi savamment distillé tout au long de l'opus (break à contre-temps de "Sands Of Oblivion" à 3'56, "Xenognosis" qui se lâche sans se la péter trop à plusieurs endroits, le début de "Before The Throne Of Ereshkigal" sur la rythmique thrashie avec la basse qui gigote puis plus tard vers la cinquième minute sur des blasts, l'intro typique tech-death de "The Ouroboros Cycle" qui va gazouiller pas mal...). L'aspect progressif apparaît lui dans la construction des morceaux, leur longueur, leur richesse, leur ambiance, leur diversité. Ces quelques notes d'arpèges sur "Diluvian Wrath" à 4'05 sur un sample d'orage, ainsi que sur "Wraith" et son break éthéré excellent en son clair après la troisième minute qui va carrément se transformer en beau passage "post metal" à 4'24. Ou cette intro très mélodique et aérienne de "Child Of Chaos" qui offre aussi quelques tons dissonants. Comme je l'ai dit, il y a un peu de tout sur ce Monuments To Departed Worlds, dissonances comprises. On y trouvera aussi pas mal de groove grâce à des dynamiques pêchues ou une basse alerte qui virevolte. Peu d'harmoniques sifflées heureusement par contre. La modernité du son apporte aussi quelques séquences saccadées ("Xenognosis" à 2'44, "Before The Throne Of Ereshkigal" à 4'47, "Child Of Chaos" à 3'07...) mais elles restent rares, discrètes et dans le ton. Ça passe tout seul du coup, même si on aurait pu faire sans.

Anakim a ainsi plein de choses à nous offrir. Il ne manque en fait plus que le côté evil/occulte, absent de ce Monuments To Departed Worlds. Mais on le trouvera facilement ailleurs. Ce premier album des Anglais se pose plutôt dans un esprit moderne mais respectueux des traditions, offrant un contraste efficace entre bourrinage et mélodie dans une atmosphère assez spatiale dans laquelle nous plonge la courte intro "Origin" qui aurait d'ailleurs pu être un peu plus développée. On y trouvera de la brutalité, de la mélodie, de la technique, du groove, de l'ambiance, bref à peu près tout ce qu'il faut pour captiver les auditeurs pendant pas loin d'une heure qui passe relativement vite vu le talent et le feeling d'un jeune groupe à l'intelligence de jeu remarquable. Quelques enchaînements un peu maladroits, certains plans mal amenés, deux-trois riffs génériques, un growl trop limité, des choses qui auraient pu être approfondies mais sinon, très peu de critiques à faire à Anakim et son premier disque rondement mené. Il devrait plaire autant aux amateurs de brutal death que de tech-death, de metal moderne ou progressif. D'artistes comme Death, Obscura, Origin, Nevermore. De la scène death metal québécoise. De bonne musique en général. Anakim s'impose comme l'une des meilleures découvertes de 2017, eux qui font montre d'un potentiel très prometteur sur ce Monuments To Departed Worlds des plus intéressants, notamment au niveau des mélodies dont certaines sont vraiment à couper le souffle. À écouter sans plus tarder!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

snort citer
snort
10/02/2018 11:13
note: 7/10
Pas mal mais je trouve que les morceaux sont trop longs il y a des passages aux riffs trop génériques... durant trop longtemps. Il me semble que ça aurait gagné à etre plus concis... Enfin je trouve que ça manque de blasts quelquefois j'aurai apprécié plus d'accélérations.
Mais c'est extremement prometteur un groupe à suivre
MoM citer
MoM
02/01/2018 20:06
Ah oui, le premier morceau est ultra prometteur : je verrai ça plus tard, je me le mets de côté Gros sourire
AxGxB citer
AxGxB
02/01/2018 14:59
Ça à l'air effectivement très prometteur tout ça. Ce que j'écoute pour le moment me plaît bien en tout cas. A creuser.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anakim
Brutal Technical Progressive Death Metal
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Anakim
Anakim
Brutal Technical Progressive Death Metal - 2011 - Royaume-Uni
  

vidéos
Before The Throne Of Ereshkigal
Before The Throne Of Ereshkigal
Anakim

Extrait de "Monuments To Departed Worlds"
  

tracklist
01.   Origin  (00:40)
02.   Sands Of Oblivion  (06:33)
03.   Xenognosis  (06:58)
04.   Wraith  (07:14)
05.   Born Of The Serpent's Tongue  (05:22)
06.   Diluvian Wrath  (07:33)
07.   Before The Throne Of Ereshkigal  (06:36)
08.   The Ouroboros Cycle  (05:24)
09.   Child Of Chaos  (07:18)

Durée : 53:38

line up
parution
21 Avril 2017

Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique