chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

In Vain - Currents

Chronique

In Vain Currents
Encore blasé par cette année musicale morose (dans mon rayon), le sourire me revient en jetant un œil au calendrier des sorties 2018 et cela dès le mois de janvier. Après Summoning (décevant malheureusement), un autre groupe cher à mes esgourdes refait enfin surface, In Vain. La bande norvégienne revient cinq ans (oui déjà) après l’adulé Ænigma, parmi les meilleures sorties de cette fructueuse année 2013 (je vous laisse le soin de regarder notre bilan de l’époque). Le guitariste Johnar Håland tient toujours les rênes mais perd son bassiste ainsi que son batteur, usant des services de la jeune coqueluche Baard Kolstad (Borknagar, Gaahls Wyrd, Leprous) pour frapper les fûts. Pour le son, l’enregistrement se fera de nouveau chez Marius Strand de The Fall Of Every Season (dont le prochain opus fait partie de plus mes grosses attentes) et le mixage chez le célèbre Jens Bogren. Côté artwork certains auront reconnu le crayon du stakhanoviste Costin Chioreanu. Tout pour plaire au bout du compte.

A vrai dire la découverte de ce quatrième album sera assez méfiante, le premier extrait dévoilé « Seekers of The Truth » aux airs metalcore interpellera… A l’instar d’Ænigma une ouverture « directe » (utilisé comme « single ») pour laisser place à une musique plus subtile certainement ? Que nenni, le reste de Currents suit cet aspect. In Vain n’a plus grand-chose de progressif, il se focalise désormais sur un metal extrême hybride mélodique et émotionnel taillé pour capter au plus vite l’oreille. L’atout principal, le petit frère de Lars « Lazare » A. Nedland (Borknagar, Solefald), Sindre. Après des pointures telles qu’Ihsahn, Garm ou Vortex (premiers noms qui me viennent de suite), la Norvège tient assurément la nouvelle relève en chant clair dans un groupe metal. Une justesse et une émotion qui gagnent encore en puissance et que l’on retrouvera sur chaque refrain (excepté le premier titre), le frissonnant « Blood We Shed » en tête et le doomy « En Forgangen Tid (Times of Yore Pt. II) » comme un avant-goût du prochain Funeral. Oh que j’ai hâte pour ce dernier (encore un brûlot alléchant pour 2018). Bis repetita pour les mélodies lumineuses indécrottables qui cibleront parfaitement nos tympans, dès « Seekers of The Truth » aux tremoli typés black/death scandinave sur « As the Black Horde Storms » (et son break à 3:03 à écouter crâne dégarni au vent) ou la conclusion « Standing on the Ground of Mammoths ».

La tête pensante Johnar Håland possède toujours des goûts éclectiques : rock, death, black, doom, thrash, néo, « core »… Oui. Comme cité précédemment, les introductions metalcore thrashy de « Seekers The Truth » (ce riff mélodique sorti d’un As I Lay Dying à 1:31) et « Blood We Shed » (Killswitch Engage ?). On retrouvera d’ailleurs Matt Heafy (Trivium) en guest, le gaillard ayant une forte appétence pour le metal nordique (arborant carrément un t-shirt Dawn dans une interview), formant un groupe avec Ihsahn, Mrityu. Des parties qui paraitront assez pauvres et convenues de la part d’In Vain, heureusement contrebalancées (et même sauvées) par le maestro Sindre Nedland, je pense à « Soul Adventurer » (ou le Soilwork de la mauvaise époque, morceau le plus faible de la galette), « Blood We Shed » et « Origin ». Quitte même à faire du réchauffé en reprenant le riff du break de « Times of Yore », « En Forgangen Tid (Times of Yore Pt. II) ». Alors oui on retrouve l’orgue (sur pas mal de morceaux), le saxophone, violon, violoncelle et des riffs aux effets « delay » typés « post » (« Origin ») mais ici de manière quasi anecdotique histoire de remplir la case « progressif ». « Standing on the Ground of Mammoths » est le seul morceau se rapprochant réellement de la seconde partie d’Ænigma mais en deçà des capacités des Norvégiens. Dans les doléances, la dominante gutturale un peu quelconque, le chant criard de l’ex-bassiste s’efface (en invité sur « Origin » et « As the Black Horde Storms ») et celui typé hardcore a disparu. La musique d’In Vain perd ainsi en dynamique, la rythmique assez classique (strict minimum) de Baard Kolstad n’aidant pas.

In Vain gomme ses expérimentations antérieures au profit d’une musique « directe » et plus « catchy ». Soit. Les mélodies méchamment accrocheuses font leur effet sur le moment mais en grattant…. Des compositions ici moins riches que d’habitude qui sembleront relativement simplistes et même génériques par moment. Forcément un peu déçu après cinq années d’attente et une seconde partie d’Ænigma si prometteuse… Sauf que Sindre Nedland veille, un chant clair exceptionnel qui transcendera littéralement ce Currents et arrivera à nous donner une kératose pilaire sur chaque morceau. Impressionnant. Espérons que l’instrumentation suive sur le prochain opus, Sindre ne pourra malheureusement tout supporter.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Zougi citer
Zougi
31/01/2018 18:22
note: 8.5/10
J'aime beaucoup cet album personnellement, le chant clair est vraiment excellent et le style me convient plutôt bien, dommage qu'il n y ait pas un titre vraiment transcendant comme "Floating On The Murmuring Tide"
Je m'attendais pas vraiment à autant apprécier cet album car les titres sont beaucoup plus mous et moins inspirés que sur Aenigma, c'est sûrement ce chant clair de Sindre!
Ma préférée est : En Forgangen Tid pour le chant principalement Gros sourire
Mera citer
Mera
30/01/2018 13:35
Mais quelle IMMENSE déception cet album. J'avais pourtant vraiment pas placé mes espoirs haut après ta chronique mais franchement, c'est encore pire que ce que je m'imaginais.
Ça démarre plutôt bien avec un Seekers of the Truth certes très catchy et facile mais néanmoins diablement efficace. Et derrière, la dégringolade absolue. Un enchaînement de titres tous plus mous les uns que les autres. La descente aux enfers de l'ennui. En Forgangen Tid fait un peu illusion mais franchement, je trouve cette repompe d'assez mauvais gout. Le groupe ne reprend vraiment du poil de la bête sur As the Black Horde Storms et un Standing[...] *bien mais pas top* pour citer un éminent philosophe des temps modernes.

Le 7.5 me semble bien trop généreux en ce qui me concerne Déçu
Mera citer
Mera
17/01/2018 13:54
Mais c'est la morositude absolu ce début d'année Déçu Je te dirais bien que je suis impatient qu'il sorte et que j'ai hate de l'écouter malgré tout mais comme tu avais plutôt raison sur le Summoning, j'ai plus autant confiance Clin d'oeil
Chris citer
Chris
16/01/2018 11:18
note: 7/10
J'étais hyper emballé aux premières écoutes, c'est hyper catchy. Malheureusement, au fil des écoutes, peu de titres résistent au passage du temps.. obligé de te rejoindre pour le coup.
NightSoul citer
NightSoul
13/01/2018 09:55
Ca ne donne pas envie plus que ça malheureusement...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
In Vain
Death/Black progressif
2018 - Indie Recordings
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (11)  7.86/10

plus d'infos sur
In Vain
In Vain
Death/Black progressif - 2003 - Norvège
  

vidéos
Soul Adventurer
Soul Adventurer
In Vain

Extrait de "Currents"
  

tracklist
01.   Seekers of the Truth  (05:11)
02.   Soul Adventurer  (05:09)
03.   Blood We Shed  (06:00)
04.   En forgangen tid (Times of Yore Pt. II)  (06:26)
05.   Origin  (05:44)
06.   As the Black Horde Storms  (06:35)
07.   Standing on the Ground of Mammoths  (07:20)

Durée : 42:25

line up
parution
26 Janvier 2018

voir aussi
In Vain
In Vain
Ænigma

2013 - Indie Recordings
  

Essayez aussi
Martriden
Martriden
Encounter The Monolith

2010 - Autoproduction
  
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
Mantiis

2012 - Autoproduction
  
Unmoored
Unmoored
Kingdoms Of Greed

2000 - Pulverised Records
  
Dysylumn
Dysylumn
Conceptarium

2015 - Autoproduction
  
Dysylumn
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)

2016 - Egregor Records
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report