chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
55 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Morbid Angel - Kingdoms Disdained

Chronique

Morbid Angel Kingdoms Disdained
C'est moi ou tout le monde s'en bat les couilles de ce nouveau Morbid Angel?! Je n'ai en effet vu que très peu de retours sur Kingdoms Disdained, sorti qui plus est sur un label récent inconnu, Silver Lining Music. Bon, après tout, rien d'étonnant. Cet ancien monstre sacré du death metal n'avait rien trouvé de mieux que pondre en 2011 Illud Divinum Insanus, l'album de metal extrême le plus controversé des années 2000, réalisant l'exploit de faire encore pire que The Unspoken King de Cryptopsy. La faute à des expérimentations technoïdes des plus bancales qui avaient fait fuir même le plus ouvert des fans et globalement à un opus à la ramasse, bien loin du lustre d'antan. Morbid Angel signait ainsi son arrêt de mort il y a plus de six ans. Difficile donc de s'extasier à la publication d'un nouveau disque, quand bien même le soit-disant responsable du naufrage, David Vincent, s'était retiré, et que le groupe annonçait un retour aux sources brutal. Le départ du batteur historique Pete Sandoval, remplacé par Scott Fuller (Annihilated, ex-Abysmal Dawn), n'arrangeait pas non plus les choses. Seul le retour de Steve Tucker, irréprochable sur les albums auxquels il a participé, pouvait s'apparenter à une bonne nouvelle.

Personnellement, je n'y croyais pas un instant, même sans avoir écouté le moindre extrait. Et ce n'est pas cette pochette hideuse à la Warfather (l'autre groupe de Tucker dont l'artiste Ken Coleman est également l'auteur) qui aurait pu me rassurer. Alors alors alors? Si les premières écoutes se sont avérées catastrophiques, les suivantes m'ont fait mettre quelques gouttes d'eau dans mon vin. Non, Kingdoms Disdained n'est pas complètement à chier comme je le croyais au début, il est juste très mauvais. Pourquoi? La liste des doléances est longue. Alors oui, Morbid Angel est bien revenu à son style death metal classique en évitant bien les expérimentations foireuses. Ça d'accord. Cela dit, ça ne fait pas de Kingdoms Disdained une réussite même si on est content que les Américains aient laissé au placard le boum boum pouet pouet. L'opus est en effet bourré de défauts. À commencer par la production de Erik Rutan. On l'aime bien le Rutan, en tant qu'ancien membre et fondateur de Hate Eternal. Mais ce son ultra compressé est franchement barbant. Ça cherche à en mettre plein les oreilles, mais ça ne réussit qu'à une chose, étouffer la musique et lasser l'auditeur. Le pire étant tout de même la batterie au son des plus synthétiques. Je n'ai rien contre le nouveau batteur Scott Fuller qui en soi réalise une performance correcte avec toute la panoplie du batteur de brutal death moderne, de la vitesse (blast-beats et même gravity blasts), du groove (ce jeu de double pédale sur les riffs sombres caractéristique de la formation floridienne) et un peu de technique. Mais la production est tellement insupportable que l'on n'entend que ça. Quant au revenant Steve Tucker, on reconnaîtra sans peine son growl puissant et intelligible, dans la veine de ce que fait le producteur Erik Rutan chez Hate Eternal. Le problème, c'est qu'il semble forcer, il en fait trop. Il a dès lors tendance à vite me taper sur les nerfs. Côté basse, je serai plus clément puisqu'elle se montre plus sobre tout en étant bien présente.

Celui auquel j'en veux le plus toutefois, c'est le créateur, le fondateur, le démonologue en chef. Ce cher George Michel Emmanuel III dit Trey Azagthoth. Après tout, la musique, c'est lui. Sauf "The Rigtheous Voice", "For No Master" et "From The Hand Of Kings", trois morceaux sur onze signés Tucker et pas les plus mauvais. Morbid Angel a connu son succès grâce à ses riffs sombres torturés, son groove dark et ses solos cosmiques. Si le groove dark qui fait remuer Cthulhu des hanches ressort de temps en temps, on ne peut pas en dire autant des deux autres. Les riffs manquent cruellement d'inspiration, s'avèrent banals au possible et surtout indignes du statut des Américains. On dirait un groupe lambda qui vient de débuter. Voilà la plus grosse déception de Kingdoms Disdained. Des riffs plats et sans âme. Pour les solos, c'est la même. Ils sont déjà très peu nombreux et ceux enregistrés, sans développement ou conviction, font vraiment de la peine. Seul celui de "Declaring New Law (Secret Hell)", certes basique mais à la mélodie entêtante, se démarque du lot. Il faut dire qu'il sort des mains de Dan Vadim Von, devenu par la suite un membre à part entière du combo. Azagthoth fait même dans l'auto-repompe sur "Garden Of Disdain" au riff mi-tempo tellurique à la "Where The Slime Live", en beaucoup plus chiant. Je le trouve chiant d'ailleurs cet album, mou même. Ça a beau blasté souvent, avoir une production de gros bras, il n'est pas si brutal et rapide que ça. Et quand il tape, c'est dans le vide. Il n'arrive pas à retenir l'attention car il ne dégage pas grand chose. Pour vous dire, n'importe quel titre purement death metal de Illud Divinum Insanus est meilleur que le moins mauvais des morceaux de ce Kingdoms Disdained pathétique.

Rien à sauver alors? Pas grand chose non mais en se forçant, on trouvera tout de même quelques passages pour relever le niveau et éviter l'échec total, le zéro pointé. Le début bien bourrin de "Garden Of Disdain" (avant de copier sans génie "Where The Slime Live"), les séquences de blasts de "The Righteous Voice" assez jouissives grâce enfin à du bon riffing, le démarrage groovy efficace de "The Pillars Crumbling", "From The Hand Of Kings" si on enlève les bourrages plastiques, sans oublier "Declaring New Law (Secret Hell)", morceau assez spécial, sorte d'interlude, qui se dégage du reste. La première partie martiale et répétitive avec cette grosse caisse martelée sévèrement qui fait trembler les murs aux côtés de la basse, s'avère très réussie. Il s'y dégage une vraie ambiance sombre et menaçante. Là, Morbid Angel en impose à nouveau et Tucker qui déclame ses paroles convainc bien plus. Et on l'a vu, même le solo final de Vadim fait plaisir. Dommage toutefois que la seconde moitié, plus dansante par ce changement de pattern à la batterie, fait retomber le soufflé.

Avouez que ça fait peu pour un album de Morbid Angel, sans doute le groupe de death metal le plus influent, auteur de sorties ultra référentielles comme Altars Of Madness et Covenant. Qu'il est loin ce temps où les Floridiens invoquaient les Grands Anciens avec une maîtrise inhumaine. Le titre du dernier morceau, "The Fall Of Idols", résume bien la chose. Le titre de l'album et ceux des pistes ne m'évoquent rien d'ailleurs. Bon, c'est toujours mieux que "Radikult", "Too Extreme!", "I Am Morbid" ou "Destructos vs. the Earth / Attack" mais "Piles Of Little Arms" ou "D.E.A.D.", ce n'est pas non plus la panacée. Franchement, si c'était pour nous pondre un tel album sans imagination, sans âme, sans ambiance, sans intelligence, ce n'était pas la peine de revenir,. Même pour faire oublier le I. On a compris que vous étiez revenus à du vrai death metal, ce serait bien maintenant de revenir à de la vraie bonne musique. Je pense malheureusement que Azagthoth est désormais bel et bien cramé. Il en est presque risible et ridicule sur les moments les plus insipides. On trouve bien quelques éclairs mais c'est très insuffisant pour la formation floridienne culte. Aussi insignifiant que le Warfather de Tucker, Kingdoms Disdained entraîne un peu plus Morbid Angel vers la retraite qu'on préférerait voir arriver rapidement sous peine d'entacher encore un peu plus l'enseigne autrefois sacrée. Merci pour tout les gars mais là, il est temps d'arrêter les frais. Comme le disait ce cher Dewey, "je ne m'attendais à rien et je suis quand même déçu!"

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
12/02/2018 09:03
note: 5.5/10
Pas grand-chose à sauver hélas ... j'attendais beaucoup du retour de Steve Tucker mais il est bien le seul à tenir la baraque, car entre les riffs hyper génériques de Trey (et ses solos trop rares et inintéressants), le jeu de batterie trop basique de Scott Fuller (qui fait pourtant le maximum), et la production infâme et étouffée tout l'ensemble manque d'âme et surtout d'énergie. On s'ennuie ferme et aucun titre ne reste en mémoire.
Vincere citer
Vincere
11/02/2018 10:25
Je savais pas que c'était Ruthan qui s'était occupé du mix mais c'est scandaleux. Les guitares ont un son de mauvais black metal et l'équilibre des instrument veut rien dire. Comme les autres, c'est pas parce qu'ils reviennent à du death metal que c'est forcement de la qualité. J'ai essayé d'écouter 3 fois l'album, je me suis arrêté à chaque fois à la 3e piste. Je m'emmerde, y'a rien de mémorable. Heureusement que Tucker est là pour remonter un peu.

Et pourtant je suis fan de Tucker, mon album favori du groupe c'est Gateways mais là je peux pas, la déception de l'année 2017.
Sim citer
Sim
10/02/2018 18:58
note: 6/10
Ouch vous êtes durs ! C'est pas étincelant c'est clair mais ça va bien mieux qu'avant ! C'est sûr que la guitare est pas hyper mise en avant, les solos sont pas aussi fous qu'avant mais y a des titres franchement bons (The Righteous Voice) Il y a une brutalité qui se dégage de cet album qui me plaît un peu. Je suis assez mitigé aussi mais j'ai entendu des retours bien positifs, à voir sur d'autres écoutes.
Raziel citer
Raziel
10/02/2018 11:49
Lamentable. Pour un groupe de ce statut. Du death générique comme il en existe par pallettes de photocopies.
La chro est très juste. Le son ne rend pas hommage aux compos. Enfin, ce n'est pas un problème car de compos, il n'y a quasiment pas. Seulement une suite de notes sans âme, sans inspiration, sans rien.
On n'en retient rien. Pas un riff, pas un arrangement, rien.
En revanche, l'artwork n'est pas si laid Sourire
MoM citer
MoM
10/02/2018 11:18
"Je ne m'attendais à rien et je suis quand même déçu!"

Cette phrase résume tellement de choses XD
Excellente chronique qui met le doigt là où j'ai été gêné également - alors que je ne suis pas du tout fan du groupe.
snort citer
snort
10/02/2018 11:04
note: 6.5/10
Je ne serai pas aussi sévère meme si cet opus s'avère effectivement être une déception, tout de meme beaucoup plus relative que la tienne.
Apres je trouve que c'est un album qui mérite de vieillir tranquillement dans nos oreilles car la déception du début petit à petit a, pour ma part, fait place à un relatif contentement. Je trouve qu'il ne se livre pas facilement en fin de compte...
Et comme tu le dis dans ta chro des maladresses de compositions ou un manque d'inspiration traversent l'album tout du long avec une intensité variable.
Déception oui ! Etron... Non
Sourire
gulo gulo citer
gulo gulo
10/02/2018 10:35
note: 4.5/10
Une chronique qui tombe bien en cette période de grands froids ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Morbid Angel
Death Metal
2017 - Silver Lining Music
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs : (7)  5.57/10
Webzines : (18)  7.08/10

plus d'infos sur
Morbid Angel
Morbid Angel
Death Metal - 1983 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Piles Of Little Arms  (03:44)
02.   D.E.A.D.  (03:01)
03.   Garden Of Disdain  (04:25)
04.   The Righteous Voice  (05:03)
05.   Architect And Iconoclast  (05:44)
06.   Paradigms Warped  (03:59)
07.   The Pillars Crumbling  (05:06)
08.   For No Master  (03:29)
09.   Declaring New Law (Secret Hell)  (04:21)
10.   From the Hand Of Kings  (04:02)
11.   The Fall Of Idols  (04:49)

Durée : 47:43

line up
parution
1 Décembre 2017

voir aussi
Morbid Angel
Morbid Angel
Domination

1995 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Formulas Fatal To The Flesh

1998 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Covenant

1993 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Gateways To Annihilation

2000 - Earache Records
  
Morbid Angel
Morbid Angel
Heretic

2003 - Earache Records
  

Essayez plutôt
Verminous
Verminous
Smell The Birth Of Death (EP)

2003 - Nuclear Winter
  
Mr. Death
Mr. Death
Descending Through Ashes

2011 - Agonia Records
  
Disparaged
Disparaged
The Wrath Of God

2009 - Twilight-Vertrieb
  
Excruciate
Excruciate
Passage Of Life

1993 - Thrash Records
  
Karnarium
Karnarium
Otapamo Pralaja

2012 - Nuclear Winter
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique