chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nydvind - Seas of Oblivion

Chronique

Nydvind Seas of Oblivion
En 2003, on avait déjà plus de 10 ans d’existence du black dans les pattes, et pourtant on avait encore des sous-genres qui émergeaient. On voyait la fin du black sympho, et d’autres styles venir sur le devant de la scène. Parmi eux, le black metal pagan. Il existait déjà, mais il prenait de l’ampleur, et allait encore se développer, jusqu’à diviser l’opinion et créer à nouveau de nouvelles appellations. En France, c’est BELENOS qui a pour beaucoup ouvert la voie du style avec en 2001 Errances oniriques. Pourtant il restait encore sage, et défouraillait pleinement. C’est vrai que l’on a eu très vite des excès, et que le pagan a pu trop laisser parler les instruments traditionnels, penchant alors vers le folk... Différence qu’on faisait peu à l’époque, selon mes souvenirs. On écoutait alors AES DANA, FINNTROLL, ENSIFERUM... On savait bien que ce n’était plus exactement du black, mais on s’y retrouvait quand même, même si ça n'a pas duré...

C’est à la même période qu’est apparu NYDVIND. Le premier album est sorti en 2003, et cet Eternal Winter Domain avait une très bonne place dans ma chaîne hi-fi de l’époque, côtoyant le dernier album de WINDIR (Likferd), ainsi que HIMINBJORG (Golden Age). Ah oui, le temps passe, vite... NYDVIND était promis à un bel avenir, et pourtant, malgré des chroniques très élogieuses un peu partout, il a tout de suite freiné ses activités. Il a mis 7 ans pour sortir une suite et c’est ainsi en 2010 qu’est paru Sworn to the Elders. Une sortie qu'on n'espérait plus ! Dans ces cas-là, on est toujours optimiste. On se dit qu’on va avoir un retour à la ARCKANUM, qui s’était absenté une dizaine d’années entre Kampen et Antikosmos et qui avait ensuite enchainé les sorties, 4 albums en 4 ans ! Eh bien non. NYDVIND nous a même fait patienter encore plus longtemps, car même si des titres avaient été dévoilés sous forme de singles digitaux, c’est 8 ans plus tard qu'a émergé Seas of Oblivion, en 2018 donc.

Mais que les fans se rassurent, le temps a beau être passé, le groupe n'a pas changé. Ou si peu. Déjà du côté du line-up, Hingard est toujours là pour poser sa voix et ses guitares, dont l’acoustique. Il a aussi joué pour BRAN BARR, MONOLITHE et DESPOND. A ses côtés, l’autre membre originel : Nesh, que certains ont pu découvrir au sein de AZZIARD, dont le petit dernier, Metempsychose, a été chroniqué par Jean-Clint il y a quelques semaines. Chez NYDVIND, il se charge de la basse, de guitares, et du bouzouki. L’espèce de luth là ! Aux deux infatigables héros se greffe Eric Tabourier à la batterie, déjà présent lors du split de 2011 avec BORNHOLM et connu pour avoir servi TEMPLE OF BAAL, gage de talent.

Et c'est aussi musicalement que le groupe est toujours le même. C’est impressionnant de constater à quel point il parvient à rester fidèle à ses ambiances, à sa ligne de conduite et à reproduire aussi fidèlement son style de metal. Il est véritablement figé dans le temps. Il arrive à nous replonger à ses débuts, et à nous redonner les sensations de notre jeunesse, tant est qu’on ait connu le groupe à ses débuts. Les mélodies agressives qui s’emballent comme des tempêtes déchainées, la noirceur qui émane de l’ensemble des morceaux, de l'épique noir… Mais surtout, surtout, ce qui différencie NYDVIND des autres, ce sont les vocaux. C’est eux qui ont toujours donné une forte personnalité au groupe, et ils sont toujours aussi bons ! Pas seulement les vocaux principaux. Le hurleur est doué, mais ce sont surtout tous les vocaux annexes qui sont marquants. Des chœurs épiques, des petits passages déclamés, une voix plus claire qui vient nuancer les ténèbres. Avec la guitare acoustique, ils transforment, et transportent, les compositions. Ce sont eux qui ont toujours donné envie de faire des rapprochements avec BELENOS et HIMINBJORG.

Si ce nouvel album ne déroge pas à l’esprit NYDVIND, il propose cependant des longueurs de titres à rapprocher du second. Les pistes prennent le temps de se développer, et quatre d’entre elles avoisinent ou dépassent les 10 minutes. A part l’introduction qui est un instrumental de 2 minutes, seuls deux morceaux sont « courts » : « Skywrath » et « The Dweller of the Deep », qui sont du coup plus tourmentés que les autres puisque plus directs. Comme la rencontre d’eaux troubles en pleine mer. La mer, qui est d’ailleurs le thème principal de cet album, loin des montagnes enneigées qui décoraient les livrets des essais précédents. Les titres sont alors évocateurs : « Sailing Towards the Unknown », « Sea of Thalardh », « Through Primeval Waters »…Quelques sons ajoutés comme le bruit des vagues essaient d'ailleurs de renforcer les ambiances maritimes désirées. Sincèrement, je vois toujours plus des montagnes que la mer à l'écoute de ces 8 pistes, sauf quand je me mets le nez sur la pochette...

Le travail est soigné, et le charme opère. A moins d’être hermétique au genre, ou alors d’être exigeant. Car effectivement, depuis tout ce temps où des groupes ont repris ce style, on peut être devenu légèrement blasé, et ne plus s’extasier face à un bon album. On peut réclamer de la surprise. Ce serait être un client entré dans la mauvaise boutique. Ce n’est pas un album qui cherche la surprise, mais qui a l’honnêteté de reprendre là où le précédent s’était arrêté, et de faire du bien aux oreilles de celui qui a envie que le temps se soit arrêté. Il faut prendre le temps avec Seas of Oblivion, et se mettre dans les conditions pour savourer ses 65 minutes de jeu. Le plaisir est réel, et le voyage est assuré.

On a compris que le groupe n'est pas des plus rapides, donc on va écouter et savourer encore tranquillement quelques années. Au revoir NYDVIND, et on se retrouve en 2026 !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Nahash citer
Nahash
19/02/2018 17:19
Enfin, ça fait 5 ans que je l'attendais celui là !
Une tuerie, ni plus ni moins, le groupe réussit à s'émanciper de ses influences Kampfar et Primordial, et propose une musique encore plus personnelle que sur Sworn To The Elders. Bravo !
seb niggurath citer
seb niggurath
01/02/2018 22:15
il passe bien cet album, ecouté 3 fois mais ça se pourrai bien que je re-écoute
Stockwel citer
Stockwel
01/02/2018 12:48
Je n'avais jamais entendu parler de ce groupe mais ta chronique donne envie, je vais écouter ça.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nydvind
Pagan Black Metal
2018 - Malpermesita Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.38/10

plus d'infos sur
Nydvind
Nydvind
Pagan Black Metal - 2000 - France
  

tracklist
01.   Plying the Oars (Intro)
02.   Sailing Towards the Unknown
03.   Skywrath
04.   Till the Moon Drowns
05.   Sea of Thalardh
06.   The Dweller of the Deep
07.   Through Primeval Waters
08.   Unveiling a New Earth

Durée : 65:30

line up
parution
18 Janvier 2018

voir aussi
Nydvind / Bornholm
Nydvind / Bornholm
Split (Split 7")

2011 - Ancestrale Production
  
Nydvind
Nydvind
Eternal Winter Domain

2004 - Adipocere Records
  

Essayez aussi
Piarevaracien
Piarevaracien
If No Sun

2011 - Crush The Desert
  
Timor et Tremor
Timor et Tremor
For Cold Shades

2016 - Trollzorn Records
  
Kampfar
Kampfar
Djevelmakt

2014 - Indie Recordings
  
Belenos
Belenos
Yen Sonn Gardis

2010 - Northern Silence Productions
  
Enslaved
Enslaved
Monumension

2001 - Osmose Productions
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique