chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Label Society - Grimmest Hits

Chronique

Black Label Society Grimmest Hits
Le BLACK LABEL SOCIETY nouveau est arrivé. Et à l'instar de notre Beaujolpif national, il ressemble comme un frère au précédent millésime, Catacombs of The Black Vatican (2014). Entre les deux, Zack Wilde nous a gratifié d'un album solo (pseudo) acoustique, Book Of Shadows II (2016) puis, en 2017, Zakk a publié EP live hommage à BLACK SABBATH avec son tribute band ZAKK SABBATH. Enfin, le blond guitariste accompagne la tournée de Ozzy Osbourne en 2018. Cette complicité avec Ozzy Osbourne, c'est l'aspect qui me fascine le plus dans la carrière de Zakk Wilde. Car c'est Ozzy qui a fait Zakk, en lui mettant le pied à l'étrier à ses débuts, en le congédiant par la suite, laissant ainsi au guitariste le temps nécessaire pour peaufiner et améliorer BLACK LABEL SOCIETY, side project devenu projet principal, puis en ré-embauchant le guitariste, et en le ré-congédiant avant de le ré-ré-embaucher cette année. Même si la relation artistique de ces deux là est faite de hauts et de bas, on sent que le le lien qui les unit est suffisamment fort pour résister aux aléas de leur collaboration sur scène.

L'influence de Ozzy sur Zakk se lit à travers l'évolution de BLACK LABEL SOCIETY au fil du temps. Fondé à la fin des années 1990, c'est au début un groupe bourrin, bas du front et violent : Sonic Brew (1999) et Stronger Than Death (2000) sont les vibrants témoins de cette période à laquelle le bouillant Zakk fixe son style et développe ce célèbre fan service calqué sur l'organisation des Hell's Angels : les fans clubs locaux sont organisés en chapitres, les fans portent les couleurs (la célèbre veste avec le gros patch dans le dos) et respectent les dix commandements figurant dans le booklet de Stronger Than Death :

God, Family, Beer (dieu, famille, bière)
Suicide is not an option (le suicide n’est pas une option)
Complaint Dept. closed (le service des réclamations est fermé)
Live life stronger than death (vis ta vie plus intensément que ta mort)
Thou Salt Not Spilleth Thy Beer (tu ne dois pas renverser ta bière)
Refuse to lose / borne to booze (refuser de perdre, né pour picoler)
Respect Is To be Shown to all Society Dwellers Worldwide (tu montreras du respect à tous les porteurs de nos couleurs à travers le monde)
Colors must be worn at all Black Label Society shows and events (tu porteras nos couleurs à tous les concerts de BLS)
Fear No Beer (tu ne craindras aucune bière)


Après ces débuts prometteurs, Zakk apprend à chanter comme Ozzy et adopte le même ton nasillard, les mêmes syllabes étirées, les mêmes tics vocaux. Difficile de ne pas reconnaître l'influence du père dans le chant du fils spirituel. Le guitariste change également de braquet en termes de structure d'albums, ajoutant des ballades, beaucoup de ballades, vraiment TROP de ballades à ses disques. Enfin, le guitariste place des soli de guitare un peu partout et un peu tout le temps. Des soli qui lui donnent l'occasion de multiplier les performance solo en concert, pour le bonheur des amateurs de branlette guitaristique.

A partir de 2001, les albums se suivent à un rythme soutenu et finissent par tous se ressembler. Aucun opus n'est affligeant mais aucun n'est vraiment génial non plus, vu qu'ils sont tous semblables, malgré quelques fulgurances ici et là. On se prend à regretter les deux premiers opus qui sont peut-être maladroits et approximatifs dans leur réalisation mais sont au moins frais et inédits dans leur intention. Désormais, Zakk est sur une route bien balisée et la prise de risque est minimale.

Le dernier né Grimmest Hits ne déroge pas à la règle. Douze chansons inédites (contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre), mais guère originales. Il y a de la grosse intro bien bourrine, du riff comme s'il en pleuvait, un solo par morceau et plusieurs ballades. Zakk chante plus que jamais comme Ozzy et l'impression qui se dégage de cet ensemble est un indicible ennui, car toutes les chansons se ressemblent : même structure, même scénarisation, même genre de riffs, même genre de chant, rien qui ne vienne rompre la continuité du disque. Bien sûr, il y a quelques bons moments et un ou deux single sur lequel vous aurez envie de battre la mesure avec le pied ou bouger gentiment la tête, mais tout cela manque sérieusement d'audace et de jus. Zakk sert la soupe en mode fan service, dans un disque low effort et complaisant. Ce vrai faux best off qui sent très fort le réchauffé ne restera probablement pas dans les annales.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
01/02/2018 17:13
note: 5/10
Un album de plus dans la discographie du père Zakk mais surtout celui-ci n'amène rien de plus à l'ensemble et se montre au contraire aussi dispensable que "Shoot To Hell". Ca tourne dans le vide, ça reprend tout le temps les mêmes riffs et solos, et on sait exactement quand et où tels plans vont tomber ... bref on est très loin des classiques des débuts tant le guitariste semble de plus en plus en roue libre et en panne d'inspiration, reprenant encore et toujours ce qui a fait sa gloire ... mais en nettement moins bon !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Label Society
Heavy Metal / Hard Rock
2018 - Koch Records
notes
Chroniqueur : 3.5/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (13)  7.11/10

plus d'infos sur
Black Label Society
Black Label Society
Heavy Metal / Hard Rock - 1998 - Etats-Unis
  

vidéos
Room Of Nightmares
Room Of Nightmares
Black Label Society

Extrait de "Grimmest Hits"
  
All That Once Shined
All That Once Shined
Black Label Society

Extrait de "Grimmest Hits"
  

tracklist
01.   Trampled Down Below  (05:04)
02.   Seasons Of Falter  (04:00)
03.   The Betrayal  (03:48)
04.   All That Once Shined  (03:54)
05.   The Only Words  (05:29)
06.   Room Of Nightmares  (02:31)
07.   A Love Unreal  (05:58)
08.   Disbelief  (05:28)
09.   The Day That Heaven Had Gone Away  (06:12)
10.   Illusions Of Peace  (04:07)
11.   Bury Your Sorrow  (04:41)
12.  Nothing Left To Say  (04:22)

Durée : 55:00

line up
parution
19 Janvier 2018

Essayez plutôt
Venomous Maximus
Venomous Maximus
No Warning

2017 - Shadow Kingdom Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Seventh Son Of A Seventh Son

1988 - EMI
  
Ugly Kid Joe
Ugly Kid Joe
As Ugly As They Wanna Be (EP)

1991 - Mercury Records
  
W.A.S.P.
W.A.S.P.
Golgotha

2015 - Napalm Records
  
Venomous Maximus
Venomous Maximus
Firewalker

2015 - Shadow Kingdom Records
  

Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique