chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
19 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Necrophobic - Mark Of The Necrogram

Chronique

Necrophobic Mark Of The Necrogram
Non rassasiés par leurs récents méfaits et pleurant un genre toujours à l’agonie, les disciples de black/death « necrophobe » ont forcément retrouvé le sourire suite aux dernières annonces de la bande de Stockholm. Après l’éviction du controversé Tobias Sidegård (voir ma précédente chronique), retour du frontman brailleur (un passage éclair de 1992 à 1994) de la pierre angulaire (culte pour ma part, n’en déplaise à certains) The Nocturnal Silence, Anders Strokirk. Le guitariste Fredrik Folkare quitte lui le navire pour se consacrer à ses groupes Unleashed et Firespawn mais reste à la production, l’emblématique Sebastian Ramstedt (présent dès 1996) et Johan Bergebäck reviennent tenir les six cordes après Death to All. Impossible de ne pas avoir des étoiles (à cinq branches) dans les yeux face à cet artwork classieux et « à l’ancienne » de Kristian « Necrolord » Wåhlin (21 ans après Darkside). Signe d’un retour à la savoureuse fibre 90’s ?

Anders de côté, on retrouve ainsi la formation de 2011 et le compositeur principal Sebastian Ramstedt, forcément ceux suivant la bande ne seront pas lésés. « Exit » donc les expérimentations osées certes mais parfois bancales et poussives de Womb of Lilithu ou les rallonges (plus d’1h au compteur) qui avaient rebutées pas mal d’adeptes. Retour à des compositions plus épurées et « directes » sans pour autant tomber dans un Death to All-bis. L’artwork de Necrolord comme indice du retour d’un black/death dans la stricte tradition suédoises 90’s. Dominante up-tempo, tremoli entêtants par paquet et arpèges « Dissectionnesque » (les breaks de « Tsar Bomba » à 2:36 et « Sacrosanct » à 2:03) derrière une production moins « proprette » et un mixage en avant des guitares. De nombreux clins d’œil à leur période « nineneties » dès le morceau éponyme (comme un air de « Into Armageddon » à 00:24) et c’est avec un plaisir démoniaque certain que l’on retrouvera (enfin) l’ambiance glaciale d’antan. Des réminiscences dans l’esprit froid (cette outro « Undergången » qui vous gèle le casque) et même émotionnel époque No Fashion Records (« Lamashtu » ou « Crown of Horns » aux relents flagrants d’un Lord Belial). Emoustillé, tel je suis.

Structures, riffs, effets, variations de débits… Sebastian a clairement peaufiné ses compositions. Chaque morceau aura droit à son passage accrocheur, son break et son solo virtuose (« Pesta » en tête). L’enchaînement de « Tsar Bomba » à « Pesta » est juste imparable, une efficience qui nous avait manquée. Le timbre hybride éraillé/criard d’Anders n’a pas foncièrement changé en 25 ans mais le coffre est tout autre. Pas de virage radical dans le style de Necrophobic, Anders reprend les délires « sataniques » de Tobias (paroles parodiques de côté) avec quelques effets (déjà présents sur The Nocturnal Silence). On imitera le gaillard sur les refrains de « Tsar Bomba », « Lamashtu » ou bien « Crown of Horns ». Malheureusement pour le reste de la galette, quelques titres « lambda » moins percutants : « Odium Caecum » (qui freine le lancement du brûlot), « Requiem for a Dying Sun » (le mid tempo chez Necrophobic a du mal à fonctionner…) et la première moitié de « From the Great Above to the Great Below » (pour finir sur un déluge délectable). En posant mon oreille (quasi sourde) de batteur, comme d’habitude (depuis presque 30 ans…) le jeu pauvre et fade de Joakim (masqué par la production) aurait pu être remplacé par une B.A.R. Une rythmique qui fera pâle figure face à la technique brute d’un Verbeuren (Naglfar) ou le groove d’un Stjärnvind (Unanimated)…

Comment faire du neuf avec du vieux. Sauf que cela n’a rien de péjoratif ici, au contraire… Retour d’un pur black/death suédois « nineties » : accrocheur, glacial et incisif. Certes on notera quelques moments de flottement et des parties réchauffées mais cela fait bien longtemps que Necrophobic n’avait pas pondu une musique si efficace et rodée. Comme à chaque fois pour un genre aux sorties faméliques (citez-moi des albums récents du style … Le désert), on ne fera pas la fine bouche. Un 7.75 qui se transformera en 8. Une bonne mise en jambe avant le retour cette année de Naglfar (pour rattraper Téras), Dawn (cette fois on y croit) et peut-être Unanimated (qui aura joué en live un nouveau titre le mois dernier).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
09/02/2018 17:42
Le vilain p'tit canard de la scène Black/Death suédoise pour ma part. Mais aussi le dernier encore activité côté sortie. Naglfar se fait attendre...
J'écouterai à l'occasion Sourire
Jean-Clint citer
Jean-Clint
06/02/2018 18:46
Ta chronique donne envie ! En tout cas le premier extrait dévoilé montre un retour à une musique plus directe que jouait le groupe fin 90 début 2000 ce qui me convient très bien, tant pour moi « Hrimthursum » et surtout « Womb Of Lilithu » étaient demi-teinte (malgré quelques titres imparables). Les gars semblent ravis de rejouer ensemble et ça s’entend, c’est direct et c’est efficace … et comme tu dis le jeu de Joakim Sterner est toujours aussi basique et simple (il n’a pas évolué depuis ses débuts) mais ça fait le boulot et c’est tout ce qu’on lui demande. Bref un très bon retour visiblement, et hâte d’écouter la suite de cet opus à la pochette magnifique !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
06/02/2018 16:34
J'aime bien. Le côté black est plutôt prononcé.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necrophobic
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (12)  7.89/10

plus d'infos sur
Necrophobic
Necrophobic
Black/Death - 1989 - Suède
  

vidéos
Pesta
Pesta
Necrophobic

Extrait de "Mark Of The Necrogram"
  

tracklist
01.   Mark of the Necrogram  (04:53)
02.   Odium Caecum  (04:25)
03.   Tsar Bomba  (05:40)
04.   Lamashtu  (05:20)
05.   Sacrosanct  (04:38)
06.   Pesta  (05:59)
07.   Requiem for a Dying Sun  (04:39)
08.   Crown of Horns  (03:59)
09.   From the Great Above to the Great Below  (05:53)
10.   Undergången  (02:48)

Durée : 48:14

line up
parution
23 Février 2018

voir aussi
Necrophobic
Necrophobic
Darkside

1997 - Hammerheart Records
  
Necrophobic
Necrophobic
The Nocturnal Silence

1993 - Hammerheart Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Womb Of Lilithu

2013 - Season Of Mist
  
Necrophobic
Necrophobic
Hrimthursum

2006 - Regain Records
  
Necrophobic
Necrophobic
Death To All

2009 - Regain Records
  

Essayez aussi
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Maelstrom Chaos

2001 - No Fashion Records
  
Belligerent Intent
Belligerent Intent
The Crucifire

2016 - Autoproduction
  
Xenoblight
Xenoblight
Procreation

2018 - Indépendant
  
Cadaver
Cadaver
Discipline

2001 - Earache Records
  
The Funeral Pyre
The Funeral Pyre
Wounds

2008 - Prosthetic Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique