chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gutted - Bleed For Us To Live

Chronique

Gutted Bleed For Us To Live
Le Death Metal est rarement une histoire de famille. Certes on y met bien souvent les pieds après avoir été initié par un proche à des choses généralement plus accessibles mais une fois plongé dans ces méandres obscurs, le voyage se fait presque toujours en solo, que l’on soit musicien ou simple auditeur passionné. Il existe pourtant quelques exceptions plus ou moins connues comme l’atteste les frères Cavalera, Amott, Tardy, Paul Abbott, Kiełtyka ou Ditch.

Originaire de Toledo dans l’Ohio, Gutted se forme en 1990 à la seule initiative des frères Mark, Scott et Mickael Ditch. Evoluant tout d’abord sous le nom de Demigod, le groupe va cependant opter en 1992 pour un nouveau patronyme, probablement afin d’éviter toute confusion avec son homonyme finlandais auteur la même année de l’excellent Slumber Of Sullen Eyes. Aussi, après deux démos sorties en 1992 et 1993 intitulées respectivement Into The Gates Of Insanity et Disease, Gutted signe un deal avec le label Red Light Records (Mentors, Oppressor, Post Mortem...) pour la sortie d’un premier album intitulé Bleed For Us To Live. Malheureusement et sans grande surprise, ce dernier passera alors complètement inaperçu, restant encore aujourd’hui un secret relativement bien gardé de l’underground. Et oui, nous sommes en 1994 et outre le fait que Red Light Records ne soit pas un label de très grande envergure, il faut surtout garder en tête qu’à l’époque l’intérêt du public pour le Death Metal s’était largement étiolé...

Mais malgré le relatif anonymat que va connaître cet album pendant plus de vingt ans, celui-ci finira tout de même par être réédité en 2015 par le label Repulsive Echo. Une réédition qui fera vraisemblablement la joie des connaisseurs puisque celle-ci sera rapidement sold-out malgré les 500 exemplaires proposés. Devant cet enthousiasme débordant et probablement suite à quelques demandes pressantes, le label grecque finira par proposer un nouveau pressage (exit le digipack) en août dernier. Une très bonne nouvelle pour les quelques retardataires comme moi qui voyaient déjà les prix de la première réédition s’envoler inéluctablement sur Discogs.

Sans être un groupe d’une très grande originalité, Gutted va néanmoins éviter l’écueil qui consiste à marcher avec de grands sabots dans les pas de groupes à la personnalité plus affirmée. Car s’il demeure un produit 100% American Made, la formation réussie toutefois à s’éviter les comparaisons trop faciles grâce à une musique essentiellement mid-tempo dont les accélérations thrashisantes salvatrices et le groove redoutable vont illuminer chaque composition. Bien sûr, chacun y verra ses propres parallèles plus ou moins évidents (en ce qui me concerne j’entends du Malevolent Creation lors de ces nombreuses cavalcades ainsi que du Dying Fetus ou du Suffocation pour ce groove tout aussi redoutable que celui des New-Yorkais) mais pour autant, il ne fait aucun doute sur le fait que Gutted ne marche dans l’ombre de personne.
Servi par une production qui n’a pas souffert de toutes ces années passées, Bleed For Us To Live a pour lui la force brute de ces albums de Death Metal dit "Old School" qui continuent encore aujourd'hui d’en imposer par leur simple charisme. Riffs parpaings, atmosphères plombées, growl rugueux et ultra virile... Le Death Metal de Gutted transpire l’homme des cavernes mal léché. Un Death Metal préhistorique et musculeux à l’équilibre pourtant subtil. Car ce qui fait le charme indéniable des frangins Ditch accompagnés ici par le guitariste Billy Mills c’est également le groove qu’ils réussissent à insuffler tout au long de ces quarante-cinq minutes. De "Bleed" à "Nailed To The Cross" en passant par "Sins Of God", "Chock Full Of Guts", "Skeletonized" (les premières secondes auraient pu être composées par Dying Fetus) ou bien encore le redoutable "Cold In The Coffin" et son break ultra racailleux qui devrait rappeler à certains ces deux légendes new-yorkaises déjà citées un peu plus haut, pas un titre ne passe sans que l’on ait l’irrépressible envie de bomber le torse et de tout démolir sur son passage en mode Donkey Kong. Si les breaks et le riffing y sont pour beaucoup dans cette impression de rythme fiévreux, il est également à noter que la basse joue un rôle majeur grâce à un mixage particulièrement favorable qui va ainsi mettre en avant les notes métalliques et tout en rondeur de l’instrument. Si vous êtes du genre à rester de marbre devant de tels appels à chalouper c’est sans aucun doute qu’il y a quelque chose qui cloche chez vous.

Si Gutted ne joue pas vraiment dans la cour des groupes de Brutal Death de l‘époque, il se situe assurément à la frontière entre les deux genres grâce à ce groove absolument irrésistible, son amour pour les séquences brises-nuques (que ce soit à coup de riffs ou de breaks bien sentis), ces quelques accélérations bienvenues et plus globalement grâce à cette stature imposante que revêt son Death Metal particulièrement viril. Un Death Metal brut et sans finesse qui pue l’Amérique profonde et ouvrière. Profitez en tout cas de ces quelques rééditions car avec le récent décès de Michael Ditch (guitare), il y a peu de chances pour revoir le groupe un jour.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
19/06/2018 22:25
note: 8/10
Quel enthousiasme. Merci messieurs Clin d'oeil
Les Morta Sklud sont sur ma liste de réservations.
Quant à la box Morpheus Descend, il faudrait que je la dépoussière hehe.
Deathrash citer
Deathrash
19/06/2018 19:41
note: 9/10
Le Death Metal est rarement une histoire de famille."
Et les frères Loez alors? Hehe.

Putain sinon j'adore cet album de Gutted. Pareil j'ai chopé la réédition de l'année dernière. Contrairement a pas mal de groupes Death D2, je trouve que tous les titres de cet album se démarquent. Le groove implacable de "Death Before Dismember" avec Mark Ditch qui balance un "Heuaaa !" digne de David Vincent dès l'intro au moment où l'instru s'emballe.

"Chock Full of Guts" avec encore ce growl haché qui se cale sur la rythmique, gros point fort du groupe la rythmique d'ailleurs. Et la violence du chant qui reste compréhensible.
Merci pour cette chronique !
Sim citer
Sim
19/06/2018 13:41
Très bonne chronique pour un groupe US pas assez cité, tout comme les Morpheus Descends,Morta Skuld,...
Niktareum citer
Niktareum
19/06/2018 13:23
Album fort sympathique de death suintant le groove. Irrésistible ! Headbang

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gutted
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gutted
Gutted
Death Metal - 1992 † 1997 - Etats-Unis
  

formats
  • CD, K7 / 1994 - Red Light Records
  • CD / 2015 - Repulsive Echo Records
  • CD / 2017 - Repulsive Echo Records

tracklist
01.   Bleed  (05:58)
02.   Sins Of God  (04:16)
03.   Nailed To The Cross  (03:51)
04.   Cold In The Coffin  (05:04)
05.   Chopped Up At The Altar  (03:41)
06.   Death Before Dismember  (05:45)
07.   Chock Full Of Guts  (04:32)
08.   Skeletonized  (04:37)
09.   Kickin' The Corpse  (03:35)
10.   Flood Of Blood  (03:38)

Durée : 44:57

line up
parution
29 Mars 1994

Essayez aussi
Hate
Hate
Morphosis

2008 - Listenable Records
  
Exhumed
Exhumed
Death Revenge

2017 - Relapse Records
  
Purgatory
Purgatory
Ωmega Void Tribvnal

2016 - War Anthem Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
A Taste of Extreme Divinity

2009 - Nuclear Blast Records
  
Vircolac
Vircolac
Codex Perfida (Démo)

2015 - Iron Bonehead Productions
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique