chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Lonewolf - Raised On Metal

Chronique

Lonewolf Raised On Metal
On va clore le chapitre "albums heavy metal de 2017 toujours pas chroniqués parce que je suis grave à la bourre mais de toute façon sur Thrasho ils s'en foutent ils n'aiment que l'extrême" avec le dernier opus de Lonewolf. J'aurais pu faire l'impasse sur ce Raised On Metal vu tous les trucs déjà en attente mais je me sens toujours un peu redevable quand je télécharge un promo auprès d'un label, même si ce ne sont que des foutus MP3. Et puis j'ai assez laissé de côté les Français depuis The Fourth And Final Horseman. Ce n'était qu'en 2013 mais Lonewolf a un rythme de sorties assez frénétique qui est dur à suivre. Entre temps, le combo a ainsi livré deux albums, Cult Of Steel (2014) et The Heathen Dawn (2016), que je n'ai même pas écouté. Il était donc temps de retrouver la meute histoire de voir si elle avait toujours les crocs sur ce nouveau disque sorti fin septembre 2017 via Massacre Records.

En fait, c'est comme si je n'avais jamais arrêté de suivre le groupe. C'est ce qu'il y a de bien avec Lonewolf. On peut zapper plusieurs albums et y revenir quelques années après. On n'a rien manqué et on se sent tout de suite à l'aise. Enfin, rien manqué, j'exagère. Le line-up a tout de même été renouvelé de moitié avec l'arrivée d'un nouveau guitariste pour épauler le mâle alpha Jens Börner (Mickael Rigollet des sympathiques voisins Elvenstorm, dit Michael Hellström pour faire plus allemand) ainsi que d'un nouveau batteur en la personne de Christophe "Bubu" Brunner en remplacement d'Antoine Buissière qui finira chez... Elvenstorm. Question musique par contre, rien n'a changé. Alors c'est sûr, on repassera pour l'effet de surprise. Là n'est pas l'intérêt de Lonewolf qui se voue corps et âme à son heavy/power/speed 80s/90s sans en dévier d'un centimètre. On est dans l'hommage appuyé à Running Wild (guitares), Grave Digger (chant) et au metal teuton en général. Un son donc très traditionnel, très classique, à l'image du titre de l'œuvre et de sa pochette ultra clichés. Pas du tout original donc, très calibré, mais ça passe toujours bien. La différence entre les albums, outre l'inspiration qui peut varier légèrement, c'est le rythme. Des fois plus mid-tempo, des fois plus speed. Sur les deux opus chroniqués ici, Army Of The Damned et The Fourth And Final Horseman, les Grenoblois avaient tendance à favoriser le mid-tempo, ce que je leur reprochais un peu. Ici, si la formation fait preuve de diversité rythmique, avec toujours du mid-tempo appuyé headbangant ("Through Fire, Ice And Blood" et "Evil" pour les plus réussis, "Flight 19" et surtout "No God, No Master" et son riff principal simpliste balourd pour les moins intéressants) ou plus thrashisant ("Souls Of Black" bien punchy), elle penche tout de même du côté du up-tempo. Parfait! D'autant que les Français s'avèrent particulièrement inspirés niveaux riffs et mélodies. Ah ça y va les cavalcades power sur des tremolos mélodiques bien épiques qui donnent la pêche! Le hit "Unleash The Wolf", le meilleur morceau de l'album, donne le ton d'entrée. Ça joue vite, le feeling mélodique est bien présent et les lignes de chant se montrent ultra catchies. Voilà un premier titre d'une efficacité redoutable comme il se doit. Loin d'être un cache-misère, les Français continueront d'envoyer la sauce sur bon nombre d'autres titres comme "Raised On Metal", "Extinction Of The Stars" (argh ce refrain entêtant!), "Skinless Smile" ou encore "Dark World Order" (c'est moi d'ailleurs ou ça sifflote sur celui-là?). La durée de l'album et des morceaux raccourcit avec moins de quatre minutes en moyenne puisque les dix titres s'arrêtent sous la barre des quarante minutes (37'55). L'efficacité s'en trouve dédoublée et on ne retrouve pas ce côté légèrement lassant de certains opus traînant un peu en longueur même si on reste toujours dans le même ton mélodico-épique runningwildien qui n'est rien d'autre que l'essence de Lonewolf. Et puis bon des fois, l'atmosphère s'assombrit quand même pas mal. Là le groupe va droit au but et c'est un régal grâce à une production nickel chrome, des rythmiques entraînantes, des riffs incisifs, un chant rauque couillu prenant (bon peut-être pas toujours, certaines lignes s'avérant plus poussives comme sur "Flight 19"), des gros chœurs et samples épiques. Sans oublier bien sûr et surtout des leads entêtantes à la pelle et tout plein de solos qui shreddent. Un pur bonheur! La version digipak dépasse elle les trois quarts d'heure avec deux titres bonus, "Swansong" et "Demon's Call". Vu leur qualité néanmoins, la lassitude n'est pas non plus au programme. Ils ne sont toutefois pas vraiment indispensables et vont un peu à l'encontre de cette volonté de faire un disque court et direct.

Album après album, Lonewolf continue son petit bonhomme de chemin. Un chemin qui va tout droit et que les Rhône-Alpins suivent sans jamais s'en écarter. Celui du power/speed à l'allemande aux mélodies épiques entraînantes qui doit tout à Running Wild, sur un chant rocailleux viril à la Chris Boltendahl de Grave Digger. Et vous savez quoi? Ça me va très bien! Lonewolf fait du Lonewolf avec les les qualités et les défauts que cela implique. C'est à dire que ceux qui n'ont jamais aimé le groupe, à cause du fait que ce soit un peu toujours la même chose, du chant assez spécial, du manque de personnalité et d'originalité ou pour je ne sais quelle autre raison, continueront à le bouder, et que ceux qui l'apprécient, parce que ça rappelle la fin des années 1980, parce que ça s'inspire de groupes cultes, parce que les mélodies attrapent l'oreille, parce que ça ne joue pas avec des moufles ou parce que c'est juste putain d'efficace, ne changeront pas non plus d'avis. Lonewolf continue à faire ce qu'il sait faire avec un talent qui ne se dément pas au fil des années. Raised On Metal fait même partie du haut du panier de leur neuf albums grâce à une inspiration presque au top (deux-trois riffs et lignes de chant plus aléatoires dirons-nous) et des rythmiques souvent bien enlevées, pour un rendu plus court et efficace que jamais. Si Made In Hell et The Dark Crusade resteront sans doute ce que Lonewolf a fait de mieux, ce très cool Raised On Metal ne fait absolument pas tâche dans la longue discographie d'une formation qui en a encore sous le coude. Et ça, ça force le respect pour le plus allemand des groupes français.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
11/05/2018 10:22
note: 7/10
C'est curieux mais je n'ai jamais vraiment réussi à l'adorer cet album...
Je sais pas, je le trouve moins inspiré.
Pourtant comme tu le soulignes, la recette est connue.

M'enfin ça reste quand même le haut du panier en matière de heavy/speed burné à l'ancienne.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lonewolf
Power Metal
2017 - Massacre Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (10)  7.21/10

plus d'infos sur
Lonewolf
Lonewolf
Power Metal - 1992 - France
  

tracklist
01.   Unleash The Wolf  (04:19)
02.   Souls of Black  (03:30)
03.   Through Fire, Ice And Blood  (05:03)
04.   Raised On Metal  (03:19)
05.   Flight 19  (04:05)
06.   Extinction Of the Stars  (02:45)
07.   Evil  (04:02)
08.   Skinless Smile  (03:23)
09.   No God, No Master  (04:01)
10.   Dark World Order  (03:28)

Titres bonus digipak:
11.   Swansong  (03:50)
12.   Demon‘s Call  (04:47)

Durée : 37:55 / 46:32 (digipak)

line up
parution
22 Septembre 2017

voir aussi
Lonewolf
Lonewolf
The Fourth And Final Horseman

2013 - Napalm Records
  
Lonewolf
Lonewolf
Army Of The Damned

2012 - Napalm Records
  

Essayez aussi
Firewind
Firewind
Days Of Defiance

2010 - Century Media Records
  
Dagoba
Dagoba
What Hell Is About

2006 - Season Of Mist
  
Dagoba
Dagoba
Release The Fury (EP)

2001 - Autoproduction
  
Falconer
Falconer
Falconer

2001 - Metal Blade Records
  
Stormwarrior
Stormwarrior
Thunder & Steele

2014 - Massacre Records
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report