chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Gontyna Kry - Ignipoten

Chronique

Gontyna Kry Ignipoten
Tiens, le club des revenants au bout de 10 ans s’aggrandit ! Après DEINONYCHUS et NORTT, c’est au tour des vilains Polonais de GONTYNA KRY de faire leur retour. Et sans prévenir en plus. Beaucoup de fans ont dû passer à côté de l’annonce de ce 4ème album, sorti en mars 2018 dans une surprenante clandestinité, pour ne pas dire dans le secret absolu. Ou alors il faut vraiment que je revoie mes sources. Bref, GONTYNA KRY est là, 10 ans après un Arystokracja ducha qui en avait convaincu beaucoup, dans un style black symphonique très rêche.

À l’origine, GONTYNA KRY est « vilain » parce qu’il fait partie de ces formations qui ont participé à l’aventure The Night ans The Fog. Un de leurs titres se trouvait carrément sur le premier volume de ce rassemblement de groupes acceptant le lien avec le NSBM. C’était en 1999 aux côtés de THOR’S HAMMER, ABSURD, VELES, FULLMON ou encore KRISTALLNACHT. En 1999 et donc avant même le premier album, qui date lui de 2001. En plus de 20 ans d’existence, le line-up a beaucoup bougé et il ne reste désormais plus que Warterz Neur de la formation originelle. Certains ont pu le découvrir chez PERUNWIT, AETHERES ou encore LECHIA. Il est apparemment accompagné uniquement de Piaty, de SUNWHEEL, pour quelques lignes de chant. Je dis « apparemment » parce que le livret ne contient aucune information à ce sujet. On y trouve les paroles des chansons, en polonais, mais pas d’autre information.

Maintenant, si GONTYNA KRY est « vilain », c’est plus dans le sens qu’il vient de proposer un album d’une inutilité affligeante. Oui, c’est totalement subjectif. L’appréciation de la musique, quelle qu’elle soit, implique toujours du subjectif. Mais alors que je cherche - et trouve - toujours du positif dans un album, et que j’essaie d’orienter le potentiel auditeur intéressé vers un album, Ignipoten m’a totalement désespéré. Et j’ai mis du temps à me rendre compte de la raison exacte. J’ai trouvé ça mauvais, sans plaisir, et fastidieux. Les compositions ne veulent rien dire. Il y a beaucoup d’agressivité, mais qui ne fait pas froncer le moindre sourcil. Ça bourrine sec mais la plupart des riffs sont chiants. Et puis qu’est-ce que c’est surchargé... La batterie (une BAR en plus) qui ne s’arrête pas, les vocaux rêches qui grincent, les guitares qui jouent aux héros et se lancent dans des soli sans saveur... Tout ça en même temps par moment... On se demande fréquemment si l’on est pas en train d’écouter deux albums en même temps. « Oh, j’avais laissé Youtube en même temps que le CD ! ». Mais non, c’est bien un seul titre qu’on écoute. Il y a bien entendu quelques passages exceptions, qui donnent tout de même envie de taper un peu du pied, mais ils ne durent pas, et surtout ils ne rattrapent pas le reste.

Et puis au fil des écoutes j’ai compris ce qui me dérangeait le plus : le style pratiqué. Le black sympho qui était déjà léger est encore moins mis en avant que par le passé, et ce sont des influences death qui prennent de la place... Le death... Et là je vais faire une digression, mais on peut tout à fait être fan de black metal sans aimer les autres branches du metal. Et moi je ne supporte ni le death, ni le thrash, ni tout ce que vous voulez d’autre. J’apprécie quelques formations, et j’ai les discographies complètes de HYPOCRISY, MEGADETH ou encore GWAR et IRON MAIDEN, mais ce sont des « groupes » que j’aime, pas un « style ». Au contraire du black où là je peux manger et manger tout et n’importe quoi, et aller « mettre des bonnes notes à des albums vraiment moyens, tu me déçois, je ne sais pas si je peux faire confiance en tes conseils parce que quand tu mets 9 moi je voudrais mettre 6 ».

GONTYNA KRY fait beaucoup appel au death, plus qu’au black désormais, mais je pense que même un fan de death ne sera pas vraiment convaincu. Le groupe ne fait pas mouche. L’album est chiant, mais désagréable également la plupart du temps...

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gontyna Kry
Black Death
2018 - Wolfspell Records
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gontyna Kry
Gontyna Kry
Black Death - 1993 - Pologne
  

écoutez
tracklist
01.   Ignipoten I
02.   Ogniem zwyciężamy
03.   Etos zdobywców
04.   Kratofania kuźni stworzenia
05.   Odrodzenie
06.   Ignipoten II
07.   Wskrzeszając dawny płomień
08.   Praźródło
09.   Ignipoten III
10.   Pogański monumentalizm
11.   W hołdzie ziemi
12.   Niegasnąca siła

Durée : 54:32

line up
parution
20 Mars 2018

Essayez plutôt
Sarcasm
Sarcasm
Within The Sphere Of Ethereal Minds

2017 - Dark Descent Records
  
The Legion
The Legion
Awakened Fury (EP)

2003 - Deepsend Records
  
7th Nemesis / Punishment
7th Nemesis / Punishment
Chronicles Of A Sickness (Split-CD)

2003 - Skull Fucked Productions
  
Chthonic
Chthonic
Bú-Tik

2013 - Spinefarm Records
  
Decameron
Decameron
My Shadow...

1996 - No Fashion Records
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique