chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cirith Ungol - Forever Black

Chronique

Cirith Ungol Forever Black
Selon ma formule consacrée, tu sais que je ne vais pas te faire l’injure de te présenter Cirith Ungol, à toi qui baigne dans le metal depuis tes 10 ans et alors que tu as déjà passé la quarantaine vrombissante. Les ricains, qui existent quand même depuis 1972…, continuent de délivrer leur doom épique, le plus souvent totalement heavy, le plus pur, avec une constance qui frôle l’admiration. Si King of the Dead restera, pour ma part, leur sommet, le groupe n’a jamais vraiment failli jusqu’à sa traversée du désert de 1991 à… 2020 et ce Forever Black donc. 30 ans à glander, juste émaillés par un Witch’s Game sympa en 2018 et chroniqué dans ces mêmes colonnes.

Forever Black, soyons francs, comme toujours, marque le retour en force de Robert Garven et de son groupe. La belle voix de Tim Baker à la même place et Elric de Melnibone sur la couv’, histoire de montrer que ce retour est en fait celui d’un déplacement à la source et non d’une volonté de passer à autre chose.

Dès The Call, les trompettes résonnent, un souffle épique balaie le visage de l’auditeur, de beaux accords s’étirent dans l’espace sonore : le heavy ultra épique, porté sur l’emphase et les atmosphères guerrières est de retour, comme en attestent Legion Arise et The Frost Monstreme, leurs contours orientaux (Nightmare encore), sa vitesse élevée et les pics atteints par Baker pour l’un, la lenteur et les riffs heavy plus lourds, pour l’autre. Les solis se déchainent, les refrains s’enchainent et les chansons défilent sans qu’on y prenne garde (Stormbringer, Fractus Promissum). Parfois, c’est le rock n’ roll dans toute sa splendeur qui prend le dessus, qui fournit son architecture principale au morceau (The Fire Divine, Fractus Promissum), repoussant le doom épique dans des recoins plus groovy.

Cirith Ungol ne se prive pas, au passage, de rendre hommage, notamment à son Elric avec le titre Stormbringer dont, de nouveau, les passages épiques emportent l’auditeur sur le champ de bataille, comme les mélodies d’introduction et la voix profonde de Baker. Les solis sont magnifiques, portés par la grâce, quasi solaires. La voix de Baker, parlons-en. Elle constitue toujours, avec les solis épiques, le cachet du combo ricain. Moins haute que par le passé, elle n’en demeure pas moins identifiable entre mille, puissante et profonde, habitée et centrale (Stormbringer, Forever Black…).

Le doom n’est pas sacrifié sur l’autel du heavy. Plusieurs titres plus lourds, plus lents, rappellent que Cirith Ungol y puise aussi ses racines : The Frost Monstreme, Nightmare, Forever Black et Before Tomorrow se placent en bonne position sur le créneau, sans que jamais cependant les solis ne s’éloignent, comme autant de phares dans la nuit, de traits lumineux transperçant les nuages sombres. Forever Black se permet même quelques phrasés plus thrash.

Tu m’auras compris. Cirith Ungol, vénérable chêne multi décennal, opère un retour en force en proposant un album magnifique, dont les racines plongent directement dans les 70’ mais sans oublier que sa canopée culmine au 21ème siècle. Forever Black offre tout ce que l’amateur de heavy/doom épique apprécie : de la mélodie, du groove et des solis à se damner. Buy or die.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

jeje29 citer
jeje29
03/05/2021 10:18
Je ne connaissais pas. J'ai zappé sur quelques titres. C'est sympa... jusqu'à ce qu'il chante, enfin gueule, enfin bref...
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
01/05/2021 21:29
L'on a connu pas mal de retours foireux de certaines légendes, mais ce n'est pas le cas de Cirith Ungol et cet album est excellent, certes pas au niveau des trois premiers, mais je m'attendais pas à ceci. Bref, que du tout bon.
Keyser citer
Keyser
01/05/2021 16:18
note: 7.5/10
Un bien bon retour même si j'ai mis un peu de temps à y adhérer. Ça vaut tout de même pas les trois premiers cela dit.
Astraldeath citer
Astraldeath
01/05/2021 13:50
Sceptique à l'annonce de ce nouvel album, après trente ans de vide. J'ai été agréablement surpris par cet album, en rien inférieur aux autres.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cirith Ungol
Heavy / Doom
2020 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (6)  8.93/10

plus d'infos sur
Cirith Ungol
Cirith Ungol
Heavy / Doom - 1972 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Call  (01:04)
02.   Legions Arise  (03:19)
03.   The Frost Monstreme  (05:15)
04.   The Fire Divine  (03:51)
05.   Stormbringer  (05:58)
06.   Fractus Promissum  (04:08)
07.   Nightmare  (05:59)
08.   Before Tomorrow  (03:57)
09.   Forever Black  (05:34)

Durée : 39:05

line up
parution
24 Avril 2020

voir aussi
Cirith Ungol
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)

2021 - Metal Blade Records
  
Cirith Ungol
Cirith Ungol
One Foot In Hell

1986 - Restless Records
  
Cirith Ungol
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)

2018 - Indépendant
  

Essayez aussi
Grand Magus
Grand Magus
Wolf God

2019 - Nuclear Blast Records
  
The Wizar'd
The Wizar'd
Ancient Tome of Arcane Knowledge

2014 - Barbarian Wrath
  
The Wizar'd
The Wizar'd
Pathways Into Darkness

2010 - Barbarian Wrath
  
Satan's Satyrs
Satan's Satyrs
The Lucky Ones

2018 - Bad Omen Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Live at Last (Live)

1980 - NEMS Records
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique