chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Drastus - Venoms

Chronique

Drastus Venoms (Compil.)
Non, ce n’est pas en remontant à la source que l’on trouvera ici des réponses. C’est pourtant avec cet objectif en tête que j’ai acquis cette compilation des débuts de Drastus – entre autres, le principal étant bien entendu d’écouter tout ce qu’a produit le one man band d’un des créateurs du label Flamme Noire, découvert sur le tard avec l’excellent La Croix de Sang. Je peux donc remercier le label Norma Evangelium Diaboli d’avoir réuni au sein de Venoms le premier album Roars from the Old Serpent’s Paradise ainsi que l’EP Taphos et deux titres issus d’un split avec Hostis et C.Y.T., permettant d’avoir toutes ces réalisations en un seul objet.

Pour autant, Venoms n’offrira aucune nouvelle grille de lecture permettant d’éclairer ce que fait ressentir ce black metal ambient aussi hermétique que fascinant. Car quiconque cherchera à aller au-delà de la puissance sans équivoque de La Croix de Sang s’en rendra compte : plus qu’un projet que l’on pourrait rattacher à la va-vite aux mouvances orthodoxe et française de la scène, Drastus développe une façon bien particulière de partager son occultisme, non pas de façon intellectuelle, non pas de façon charnelle, mais comme un adepte qui n’a nul besoin de séduction ou raisonnement pour accomplir sa vénération pour le Diable. Implacable, impénétrable, malfaisant, louvoyant sans cesse autour de ses proies, la morsure se déclarant toujours de manière inattendue : voici ce que, dès ses débuts, l’entité donne à entendre, blasts frénétiques et plages minimalistes, inquiétantes et mécaniques, s’accumulant dans un ordre qui ne paraît pas guidé par une logique humaine.

Un style qui pourra en rebuter plus d’un, le contraste appuyé pouvant paraître trop répétitif si l’on y prête trop attention (chose qui ressort particulièrement sur le premier disque, composé de l’album Roars from the Old Serpent’s Paradise). Dichotomie nette, qui cependant ne relève pas d’une schizophrénie aux effets faciles – plutôt d’un rite qui se déroule selon des étapes connues par son seul initiateur, où la sensation d’une personnification progressive se fait. C’est cela qui marque sur Venoms, une fois dépassée la recherche du moment tueur ou de l’envoutement direct : ce frisson signifiant que l’atmosphère change, que l’écoute développe un autre état d’esprit en nous, insidieusement, sans que l’on arrive à mettre le doigt sur ce qui parvient tant à nous hypnotiser dans cette austérité opaque.

Un assujettissement qui me rappelle ici Elend plus qu’aucun autre converti faisant du black metal une religion. On pourrait presque faire ici un parallèle formel, tant les passages nerveux m’évoquent les cacophonies sadiques composant les œuvres de la formation orchestrale tandis que les éléments ambients partagent une même sécheresse dans leurs sonorités lugubres. Mais cela serait mettre au second plan l’unité d’une démarche qui, consciemment ou non, profite du positionnement de chaque œuvre dans cette compilation, l’écoute avançant vers une figuration de plus en plus concrète au fur et à mesure. Ainsi, l’EP Taphos accule davantage, rend la menace plus tangible et constante jusqu’aux deux derniers titres acclamant l’arrivée prochaine, avant de s’arrêter à des portes que Serpent’s Chalice – Materia Prima et surtout La Croix de Sang se chargeront d’ouvrir.

« Le tout est plus que la somme des parties » : c’est à cette expression que fait penser Drastus, en particulier lorsque l’on possède toutes les clés en main – et Venoms se doit d’être tenue comme les autres. Assimilable à un gigantesque rituel débouchant sur la victoire de l’Adversaire, cette discographie a des débuts qui pourront paraître des balbutiements pour certains, les jugeant encore trop hasardeux malgré une personnalité indéniable, tandis que d’autres se laisseront prendre, prêts à être de nouveau déroutés dans des méandres diaboliques invoqués comme rarement cela a été fait auparavant. Un labyrinthe impalpable, parfois inégal… mais indéniablement venimeux.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
04/05/2021 14:32
Rien à jeter chez ce groupe. Je conseille CYT et Hostis.
lkea citer
lkea
02/05/2021 10:49
En écoute sur Bandcamp ! Discographie complète, youpi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drastus
Black Metal / Ambient
2020 - Norma Evangelium Diaboli
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Drastus
Drastus
Black Metal - 2004 - France
  

tracklist
Disc 1 : Roars from the Old Serpent's Paradise

01.   Roars from the Old Serpent's Paradise  (07:33)
02.   Aeon's Corpse  (06:29)
03.   Raging Spectre  (08:15)
04.   Phtisique  (12:24)
05.   Le Génie du Mal  (03:00)
06.   Taphos  (12:28)
07.   March of the Tyrannic  (03:36)

(53:45)

Disc 2 : Taphos / Ferocious

01.   Flow Divine  (08:02)
02.   Columns of Decline, Part I  (03:10)
03.   Columns of Decline, Part II  (01:37)
04.   Sacrifice for the Unity of Flames, Part I  (01:16)
05.   Sacrifice for the Unity of Flames, Part II  (05:30)
06.   Drastus  (06:01)
07.   Ferocious  (06:32)

(32:08)

parution
1 Septembre 2020

voir aussi
Drastus
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia Prima (EP)

2009 - End All Life Productions
  
Drastus
Drastus
La Croix de Sang

2019 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Slavia
Slavia
Integrity And Victory

2011 - Drakkar Productions
  
Darkspace
Darkspace
Dark Space I

2003 - Haunter Of The Dark
  
Throane
Throane
Derrière-Nous, La Lumière

2016 - Debemur Morti Productions
  
Akhlys
Akhlys
The Dreaming I

2015 - Debemur Morti Productions
  
Mosaic
Mosaic
Old Man's Wyntar

2014 - Invictus Productions
  

Goath
III : Shaped By The Unlight
Lire la chronique
Universally Estranged
Reared Up In Spectral Preda...
Lire la chronique
La Voûte #6 - Musique folklorique traditionelle
Lire le podcast
Åskog
Varþnaþer
Lire la chronique
Zemial
The Repairer of Reputations...
Lire la chronique
Purification
Perfect Doctrine
Lire la chronique
Doom Snake Cult
Love Sorrow Doom
Lire la chronique
While Heaven Wept
Vast Oceans Lachrymose
Lire la chronique
Azarath
Saint Desecration
Lire la chronique
Armagedda
Svindeldjup Ättestup
Lire la chronique
Interview NERVOUS DECAY pour la sortie de l'album éponyme
Lire l'interview
Anatomia
Corporeal Torment
Lire la chronique
The Funeral Orchestra
Negative Evocation Rites
Lire la chronique
Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique