chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Anatomia - Corporeal Torment

Chronique

Anatomia Corporeal Torment
« Définitivement de grands maîtres de l’Ero-Guro. »

Voilà ce qui m’est rapidement venu en tête à l’écoute de Corporeal Torment et qui ne m’a plus quitté, comme une obsession. Sans doute, Anatomia a toujours eu affaire avec ce courant artistique japonais, jouant d’un érotisme macabre avec un certain sens du grotesque, perturbant et fascinant. Pour autant, malgré une sensualité traversant Decaying in Obscurity et, d’une autre manière, le baiser de la mort qu’est Cranial Obsession, jamais cela n’avait été aussi prégnant qu’ici.

Quatre titres, quarante-et-une minutes au total, un exercice faussement humble après les étirements précédents cachant en réalité un groupe plus que jamais sûr de lui, quittant toujours un peu plus ses révérences faites à Autopsy pour réaliser un death / doom metal n’ayant pu provenir que de l’archipel. Dès «  Dismemberment », et tout le long de ce qui représente la face A de Corporeal Torment, on sent que le propos s’est condensé, ne cherchant plus à perdre mais à aller droit au but dans une démarche réfléchie de bout en bout. Anatomia montre alors sa maestria pour écrire des hymnes death / doom, les deux premiers morceaux étant de véritables moments de grâce, que ce soit lors de ces tremolos pataugeant à vive allure dans des eaux punks (miam, ce pont sur « Slime of Putrescense » !) ou lors de ces ralentissements massifs et ternes, abandonnant la fluorescence typique de la bande à Chris Reifert pour une chair grise et froide peinte avec appétit.

Certes, l’amateur de longue-date pourra se dire qu’il n’y a rien de neuf de ce côté-ci, ces éléments ayant déjà été abordés en long et large sur les précédentes œuvres de la formation. Il constatera cependant que Corporeal Torment, passés deux titres à classer parmi les plus efficaces du groupe tout en gardant cette personnalité propre, plonge dans une abîme où l’on n’a jamais vu les Japonais aller avec autant d’emphase. Si « Despaired Void » semble terminer avec fluidité les assauts le précédant, comme un final enterrant ce death / doom de son funeral, des voix japonaises étrangement enjôleuses envahissant l’esprit, « Mortem » est définitivement un ailleurs que la formation a souvent exploré – on se souvient des derniers titres de Cranial Obsession – mais jamais avec une telle profondeur. Sa transe morbide disséquant et épluchant notre cervelle réussit à marquer durablement, là où d’autres essais de ce genre de la part d’Anatomia avait pu laisser poindre chez moi une légère déception.

C’est qu’il y a un fil rouge constant sur Corporeal Torment, permettant de suivre Anatomia dans ses délicieux méandres. Une cohérence dont la voix de Takashi Kanaka se fait l’élément palpable, par son growl d’une lubricité enivrante se transformant parfois en un long râle de plaisir (le début de « Slime of Putrescense ») ou en un chant rauque évoquant la paix du mort d’Evoken. Si l’on doit absolument chercher ce que ce nouvel album réalise d’autre que ses grands frères, la porte d’entrée se trouve clairement dans cette voix, toujours aussi fervente mais également plus narrative dans ses histoires d’accouplements interdits, d’expériences de la chair faites avec concupiscence ainsi que la maîtrise d’un chirurgien expert.

Ce qui, somme toute, fait beaucoup pour un album étant le plus court des Japonais, d’autant plus réalisé avec le moins d’effets possible, le duo Takashi Kanaka / Jun Tonosaki s’appuyant majoritairement sur leurs instruments pour transmettre leurs atmosphères putrides et séduisantes. Corporeal Torment est une réussite de plus d’un groupe qui – merci ! – s’est fait moins rare que d'habitude tout en allant encore plus loin dans son appropriation de l’héritage laissé par Autopsy. Certes, la majesté de « Dismemberment » et « Slime of Putrescense » fait un peu regretter qu’ils ne soient que deux de cet acabit à être ici, mais cette plongée progressive dans une abîme frigor(e)ifique rend cette œuvre aussi essentielle que les autres d’Anatomia, ce dernier créant tranquillement une discographie aussi originale que culte, une des seules dans le genre à laisser à chaque écoute aussi repus qu’avide de death / doom metal. Il n’est jamais trop tard pour y goûter.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
16/06/2021 16:49
note: 8.5/10
L'artwork complet ne trompe pas : très très Ero-Guro ! (Et un intérieur qui fait penser au manga "Spirale" de Junji Ito, miam)
Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
17/05/2021 21:52
lkea a écrit :
Il s'écoute déjà (lien plus bas dans les commentaires) si tu veux te faire un avis ! Clin d'oeil


Bon ben je viens d'écouter ça, et même si une écoute sur PC comme ça n'est pas franchement le top pour se laisser happer dans leurs ambiances, je rejoins ton avis, c'est encore du très bon. J'ai particulièrement aimé les quelques samples de dialogues en japonais répétés en boucle, ça apporte un petit malaise supplémentaire qui va bien. Je préfère d'ailleurs leurs plages atmo au début plus brutos, peut-être un peu "chargé" sur le premier titre. Achat probable donc Sourire
Sagamore citer
Sagamore
17/05/2021 09:32
D'une saleté repoussante et pourtant très, très séduisante. Bien accroché !
lkea citer
lkea
17/05/2021 08:57
note: 8.5/10
Rigs Mordo a écrit : J'ai récemment replongé dans Canial Obsession après avoir lu leur itw dans un fanzine, et étant dans le mood ce soir-là il ne m'a jamais autant séduit. Grosse attente pour ce nouveau skeud du coup, surtout après ce que tu en dis Sourire

Il s'écoute déjà (lien plus bas dans les commentaires) si tu veux te faire un avis ! Clin d'oeil
Rigs Mordo citer
Rigs Mordo
16/05/2021 13:51
J'ai récemment replongé dans Canial Obsession après avoir lu leur itw dans un fanzine, et étant dans le mood ce soir-là il ne m'a jamais autant séduit. Grosse attente pour ce nouveau skeud du coup, surtout après ce que tu en dis Sourire
lkea citer
lkea
13/05/2021 16:55
note: 8.5/10
Comme annoncé dans la news de ce jour, l'album s'écoute en intégralité sur le site de Decibel Magazine.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anatomia
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Anatomia
Anatomia
Death / Doom Metal - 2002 - Japon
  

tracklist
Side A

01.   Dismemberment  (07:10)
02.   Slime of Putrescense  (08:37)
03.   Despaired Void  (04:57)

Side B

04.   Mortem  (20:59)

Durée : 41:43

line up
parution
20 Mai 2021

voir aussi
Anatomia
Anatomia
Dissected Humanity

2005 - Necroharmonic
  
Anatomia
Anatomia
Cranial Obsession

2017 - Nuclear War Now! Productions
  
Anatomia
Anatomia
Decaying in Obscurity

2012 - Nuclear War Now! Productions
  
Anatomia / Undergang
Anatomia / Undergang
Anatomia / Undergang (Split 10")

2017 - Me Saco Un Ojo Records
  

Essayez aussi
Derkéta
Derkéta
In Death We Meet

2012 - Autoproduction
  
Cavurn
Cavurn
Rehearsal (Démo)

2017 - Autoproduction
  
Black Sun Aeon
Black Sun Aeon
Routa

2010 - Cyclone Empire Records
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Emerald Forest and the Blackbird

2012 - Spinefarm Records
  
Mortiferum
Mortiferum
Disgorged From Psychotic Depths

2019 - Profound Lore Records
  

Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique