chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Azarath - Saint Desecration

Chronique

Azarath Saint Desecration
Franchement, je ne donnais pas cher de la peau d'Azarath. Le dernier album In Extremis, bien que convenable en soi, avait marqué un retour en arrière dommageable pour les Polonais après le splendide Blasphemers' Maledictions, son œuvre la plus ambitieuse et la plus aboutie. S'en est suivi le départ du frontman Necrosodom (Anima Damnata, Deus Mortem, ex-Thunderbolt) qui apportait beaucoup au groupe. Pour le remplacer, les Slaves ont choisi le leader d'Embrional, combo plein de talent mais qui souffle le chaud et le froid depuis ses débuts. Autant dire que j'avais quelques doutes concernant ce Saint Desecration sorti fin 2020 chez Agonia Records. La pochette classe de Marta Promińska, femme du batteur Inferno, ornée du logo sobre utilisé sur Blasphemers' Maledictions, permettait toutefois de retrouver une lueur d'espoir. En ces temps troublés, on se raccroche à la moindre bonne petite chose !

Et on a bien fait de continuer à espérer car Saint Desecration, sans tout à fait renouer avec la maestria de Blasphemers' Maledictions ou l'extrémisme de Diabolic Impious Evil mais en n'en tombant pas loin pour autant, rattrape fort bien le coup. Azarath n'a pas changé son style facilement reconnaissable. L'efficacité millimétrée du death à la polonaise qui doit tout à Morbid Angel mêlée à la furie sud-américaine à la Krisiun, le tout auréolé d'influences black metal. Il a juste repris du poil de la bête en retrouvant davantage d'inspiration et un niveau de sauvagerie des plus satisfaisants. Et à ce petit jeu de qui a la plus grosse sulfateuse, Inferno remporte allègrement la palme. Le batteur, bien connu pour son rôle dans Behemoth (ainsi que chez Witchmaster, Terrestrial Hospice et ex-Damnation et Deus Mortem), délivre ici une prestation tout feu tout flamme. Blasts "mitraillette", blast-beats en courtes rafales, roulements éclairs entre deux salves de blasts, tchouka-tchouka thrashy, cymbales aguicheuses, le bonhomme balance la sauce à une cadence infernale impressionnante tout en se permettant de groover de façon diabolique ou en posant quelques accalmies, toujours malsaines. Car oui, si Azarath se meut la plupart du temps en bête haineuse déchaînée, il passe aussi parfois en mode furtif pour mieux fondre sur sa proie par la suite ("Let Them Burn..." à 2'04 avec la petite lead menaçante, début de "No Salvation", Life Is Death, Death Is Life" à 2'05, etc.). Sans doute la contribution du guitariste d'Embrional qui injecte un peu de ses dissonances evil et angoissantes  comme sur "Sancta Dei Meretrix" à 2'34, "Fall of the Blessed" à 2'49, "No Salvation" à 2'10, au début de "Reigning over the Death", "Life Is Death, Death Is Life" peu avant la fin et très régulièrement sur "Beyond the Gates of Burning Ghats" en particulier à 1'00 que l'on pourrait qualifier de "orthodox". On pourra également croiser quelques arpèges sombres en début ("Death-at-Will") et fin ("Beyond the Gates of Burning Ghats") de tourmente. Pour le reste, ça bourre à mort et évidemment, les guitares par-dessus suivent le rythme. Nous bombardant d'une tornade d'excellents riffs sombres et bouillonnants (du tremolo la plupart du temps), de solos/leads chaotiques épileptiques dont certains se font toutefois plus mélodiques et lumineux ("Let The Burn..." à 0'53, "Fall of the Blessed" à 1'48, final de "Inflicting Blasphemy upon the Heavens" ...), d'harmoniques sifflées et aux autres joyeusetés typiques du blackened death blasphématoire de l'Est.

Et l'absence de Necrosodom, point que j'appréhendais le plus, s'avère finalement bien compensée par le travail du nouveau venu Skullripper. Si son growl assez particulier, evil et sadique, donne d'abord l'impression d'écouter une version plus extrême d'Embrional, on s'aperçoit qu'il fait des efforts pour s'adapter à Azarath. Il reprend même parfois les "euargh" typiques de Necrosodom que j'adorais. Une performance qui ne dénature pas l'esprit du groupe tout en apportant sa propre touche, voilà qui conforte le combo dans son choix. On appréciera aussi les dernières syllabes des vers bien accentuées et les vocaux parfois superposés, renforçant ainsi le côté habité et malfaisant de l'œuvre.

Si j'émettais des doutes après la semi-déception In Extremis comparé au merveilleux Blasphemers' Maledictions et le départ de Necrosodom, ceux-ci ont été balayés par l'ogive musicale que représente Saint Desecration. On oubliera alors vite la légère contrariété précédente pour se délecter de ce mitraillage en règle qui, s'il ne propose rien de bien nouveau dans ce mélange de blackened death polack et de death metal sud-américain si cher à la formation, permet de la faire remonter dans la hiérarchie. Les riffs de Bart ont retrouvé de leur splendeur, Inferno remet à l'amende 95% des batteurs extrême et Skullripper, par son jeu de guitare dissonant et son chant fielleux, distille brillamment malveillance et perversité dans une œuvre radicale qui nous offre toutes les facettes qu'Azarath a su nous montrer tout au long de son endurante carrière. De la haine, de la violence, du blasphème, du sombre, du dissonant, de la mélodie, du groove et du blast, beaucoup de blast, Saint Desecration s'impose ainsi comme une des réalisations les plus convaincantes du quatuor slave. C'est ce que l'on appelle un retour en grande forme ! Promis, je ne me mettrai plus l'Azarath au court-bouillon !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
19/05/2021 18:48
J'avais bien aimé In Extremis moi… Bizarrement les extraits promo m'avaient pas trop bottés, avec entre autre cette batterie qui sonnait trop gentille, du coup je l'ai laissé de côté, à tort visiblement, va falloir réparer ça.
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
15/05/2021 11:12
note: 8.5/10
Excellent album en effet !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
14/05/2021 16:22
je ne me mettrai plus l'Azarath au court-bouillon - bravo ! Clin d'oeil

Sérieusement bon album en effet après un prédécesseur un peu décevant. Le groupe retrouve la forme et le changement de frontman n'a eu aucun effet sur sa bonne dynamique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Azarath
Blackened Death Metal
2020 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Azarath
Azarath
Blackened Death Metal - 1998 - Pologne
  

tracklist
01.   Death-at-Will  (03:46)
02.   Sancta Dei Meretrix  (03:10)
03.   Let them Burn…  (03:25)
04.   Fall of the Blessed  (03:33)
05.   No Salvation  (04:31)
06.   Profanation  (02:48)
07.   Reigning over the Death  (03:47)
08.   Life Is Death, Death Is Life  (03:48)
09.   Inflicting Blasphemy upon the Heavens  (03:42)
10.   Beyond the Gates of Burning Ghats  (06:10)

Durée : 38:40

line up
parution
27 Novembre 2020

voir aussi
Azarath
Azarath
Blasphemers' Maledictions

2011 - Witching Hour Productions
  
Azarath
Azarath
In Extremis

2017 - Agonia Records
  

Essayez aussi
Necroblood
Necroblood
Necroblood (EP)

2011 - Spikekult Rekords
  
Vale Of Pnath
Vale Of Pnath
Accursed (EP)

2019 - Willowtip Records
  
Atriarch
Atriarch
Dead as Truth

2017 - Relapse Records
  
Dalkhu
Dalkhu
Descend... Into Nothingness

2015 - Satanath Records
  
Spearhead
Spearhead
Theomachia
(The Doctrine Of Ascension And Decline)

2011 - Agonia Records
  

Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique