chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
186 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ghastly - Mercurial Passages

Chronique

Ghastly Mercurial Passages
Trois ans après un très bon Death Velour qui à l’époque m’avait permis de faire connaissance avec ces Finlandais pourtant en activité depuis 2011, Ghastly signe cette année son retour aux affaires avec la parution en avril dernier d’un troisième album intitulé Mercurial Passages. Mais si le groupe semble effectivement réglé comme du papier à musique avec la sortie d’un nouvel album tous les trois ans (2015, 2018 et 2021), il n’empêche que le line-up a pas mal bougé ces derniers mois avec notamment l’arrivée de Jussi Rajala des excellents Stench Of Decay. Venu dans un premier temps prêter mains fortes au duo en tant que second guitariste et deuxième chanteur, celui-ci remplace désormais Sami Harju qui depuis la sortie de ce troisième album a en effet quitté la formation qu’il avait en partie fondée avec le multi-instrumentiste Micke Suvanto. Enfin, s’il n’a pas participé à l’enregistrement de Mercurial Passages, on note que Jussi Rinta-Kiikka (Sonic Poison) a également rejoint Ghastly depuis peu en tant que bassiste et chanteur. Des changements de taille qui pour le moment demeurent néanmoins sans incidence particulière sur la musique de la formation finlandaise.

Sans surprise c’est sur le label 20 Buck Spin Records qu’est paru Mercurial Passages. Sans surprise non plus c’est encore une fois leur compatriote Riikka Pesonen qui signe l’artwork très réussi de ce nouvel album même si à titre personnel je garde une préférence pour les couleurs bleutés et violacées de son prédécesseur. Côté production, Micke Suvanto s’est également chargé ici de l’enregistrement et du mixage de l’album alors que le mastering a été confié au producteur et musicien suédois Magnus Lindberg (Cult Of Luna, Lowen, Lucifer, Morbus Chron, Naglfar, Tribulation...). Un travail évidemment impeccable mettant une fois de plus l’accent sur l’abrasivité de ces guitares tout en favorisant le caractère éthéré et onirique que revêt très souvent le Death Metal de Ghastly.

Car en effet, hormis ces histoires de line-up évoquées un petit peu plus haut, n’importe qui ayant déjà posé ses oreilles sur l’album Death Velour aura vite fait de remarquer qu’il n’y a pas beaucoup de bouleversements dans ce que proposent ici les Finlandais. On va ainsi retrouver avec plaisir ce Death Metal progressif et rêveur porté pour l’essentiel par de longues séquences mid-tempos auxquelles viennent s’opposer sans heurt mais avec fracas quelques accélérations judicieusement placées.
Une fois de plus, si vous n’avez aucune accointance avec ce genre de Death Metal accélérant la cadence qu’en de très rares occasions, il y a peu de chances pour que vous puissiez apprécier celui proposé ici par les Finlandais qui à travers ces nombreux passages mid-tempos se définit par des atmosphères tour à tour mystérieuses, vaporeuses et oniriques. Des ambiances léchées dans lesquelles on prend énormément de plaisir à s’immerger et que Ghastly va cultiver de différentes façons. Tout d’abord à travers ce jeu en retenu et en suspension hérité de cette tradition Doom à laquelle le duo historique derrière la formation a toujours adhéré (notamment à travers le groupe Garden Of Worm). Ensuite par ces nombreux accords, leads, solos et autres petites notes mélodiques et oniriques dispensées tout au long de ces quarante minutes (les premières et dernières minutes de "Ouroborus", "Sea Of Light" à 1:48, 2:51 et 3:58, "Parasites" à 3:15 et 3:41, "Dawnless Dreams" à 1:43, 3:31 et à partir de 5:27, "Mirror Horizon" à 6:24). Enfin grâce à l’ajout de quelques nappes de synthétiseur proposées notamment sous formes de voix fantomatiques (sur les dernières secondes de "Ouroborus", "Out Of The Psychic Blue" à 0:54, "Dawnless Dreams" à 6:00). Ce travail d’atmosphères tout en délicatesse est à rapprocher de ce que l’on peut trouver chez des groupes tels que Bedsore, Sweven, Morbus Chron, Chapel Of Disease, Venenum et Tribulation dont le Death Metal est effectivement marqué par le même caractère progressif.

Bien conscient qu’il ne pouvait pas espérer convaincre l’amateur de Death Metal avec seulement une succession de plans mid-tempos et de leads mélodiques, Ghastly a toujours eu à cœur de contrebalancer ces moments par de franches accélérations permettant très justement d’apporter ce contraste nécessaire. Alors non, les Finlandais ne donnent pas pour autant dans la course aux BPMs mais tous ces tchouka-tchouka hérités des scènes Punk et Thrash et autres blasts dispensés peu ou prou sur chaque morceau entretiennent une véritable dynamique que l’auditeur ne peut qu’accueillir les bras grands ouverts. De "Out Of The Psychic Blue" à 0:08 à "Sea Of Light" à 1:36 en passant par "Perdition" à 1:46, "Parasites" à 0 :16 ou "Dawnless Dreams" à 0:22, ces passages beaucoup plus viriles - en plus de contraster avec le reste - apportent également une force ainsi qu’une aura plus obscure à la musique de Ghastly. Ajoutez-y ce growl rugueux et profond et ce chant plus lointain mais aussi plus véhément et vous obtenez alors une formule parfaitement balancée capable de séduire autant l’amateur de Death Metal dit « classique » souvent peu enclin à aller au-delà de sa zone de confort que celui qui n’a pas peur de sortir un petit peu des sentiers battus le temps de moments plus progressifs et aériens.

Dans la continuité de son très sympathique prédécesseur, Mercurian Passages confirme tout le bien que l’on pensait déjà des Finlandais. Assurément, Ghastly est l’un des meilleurs représentants dans ce genre de Death Metal qui, tout en restant encore à la marge, commence à faire des émules un peu partout à travers le monde entier. Bref, si Death Velour fait déjà parti de vos albums de chevet, il n’y a aucune raison pour que vous n’ayez pas déjà succombé aux charmes de ce troisième album. De la même manière, si vous n’avez encore jamais croisé la route des Finlandais malgré un intérêt évident pour tous les groupes évoqués un petit peu plus haut, il y a fort à parier que Ghastly devienne rapidement l’une de vos découvertes incontournables de l’année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ghastly
Death Metal
2021 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (3)  8.17/10

plus d'infos sur
Ghastly
Ghastly
Death Metal - 2011 - Finlande
  

tracklist
01.   Ouroborus  (05:46)
02.   Out Of The Psychic Blue  (03:34)
03.   Sea Of Light  (04:41)
04.   Perdition  (05:34)
05.   Parasites  (04:49)
06.   Dawnless Dreams  (08:33)
07.   Mirror Horizon  (07:24)

Durée : 40:21

line up
parution
28 Mai 2021

voir aussi
Ghastly
Ghastly
Death Velour

2018 - 20 Buck Spin Records
  

Essayez aussi
Maze Of Sothoth
Maze Of Sothoth
Soul Demise

2017 - Everlasting Spew Records
  
Blame
Blame
Resilience

2013 - Autoproduction
  
ZOM
ZOM
Flesh Assimilation

2014 - Invictus Productions / Dark Descent Records
  
Gruesome
Gruesome
Savage Land

2015 - Relapse Records
  
God Dethroned
God Dethroned
Under The Sign of the Iron Cross

2010 - Metal Blade Records
  

First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique
Θλίψις​ (Thlipsis)
Θλίψις (EP)
Lire la chronique
Noctule
Wretched Abyss
Lire la chronique
Unholy
Rapture
Lire la chronique
Gorgon
Traditio Satanae
Lire la chronique
Eldritch
EΩS
Lire la chronique
Marasmus
Necrotic Overlord
Lire la chronique
Horns Of Domination
Where Voices Leave No Echo
Lire la chronique
Häxkapell
Eldhymner
Lire la chronique
Massacre
Resurgence
Lire la chronique
Celestial Key
Immortal Crown
Lire la chronique
Aborted
Retrogore
Lire la chronique
Organic
Where Graves Abound
Lire la chronique
Baxaxaxa
Catacomb Cult
Lire la chronique
Witnesses
The Collapse
Lire la chronique
Lock Up
The Dregs Of Hades
Lire la chronique
Evoken
Embrace the Emptiness
Lire la chronique
Cathedral
Supernatural Birth Machine
Lire la chronique
Our Survival Depends on Us
Scouts on the Borderline Be...
Lire la chronique