chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Odd Dimension - The Blue Dawn

Chronique

Odd Dimension The Blue Dawn
Le metal progressif se porte bien en Italie, à l'image du pionnier Eldritch ou de l'increvable chef de file DGM. Odd Dimension, fondé par Gigi Andreone (basse) et Gianmaria Saddi (guitares) en 2002, fait partie de cette scène dynamique qui fourmille de talents cachés. Après une première démo sortie trois ans après leur formation, New Dimension, ils livrent en 2011, accompagnés du claviériste Gabriele Ciacca, un premier album extrêmement prometteur, Symmetrical, déjà sur le label Scarlet Records. C'était l'occasion pour eux de dessiner les contours d'un metal progressif ambitieux, dans la veine d'un Dream Theater, production maousse en moins. Deux ans plus tard, ils confirment leur potentiel avec The Last Embrase of Humanity, très travaillé et accompli. S'en suit alors un hiatus de sept ans, auquel succède un changement de line-up en 2019 : au recrutement d'un nouveau batteur, Marco Lazzarini, s'ajoute un remplacement (bienvenu) de chanteur, avec l'arrivée de Gianbattista Manenti, remplaçant l'efficace mais un brin ampoulé Manuel Candiotto. Les Piémontais ont pris le temps de réfléchir et de voir les choses en grand pour The Blue Dawn, leur sortie de 2021, en proposant un concept-album de science-fiction très ambitieux.

Tant et si bien qu'un effectif digne de la Ligue des Champions vient donner du relief à cette galerie de personnages : outre l'invité de prestige Derek Sherinian (ex-Dream Theater, Sons Of Apollo), venu poser son délicieux orgue hammond sur le morceau « The Blue Dawn », plusieurs voix féminines (Eliana Parodi et Simona Aileen) ainsi que Roberto Tiranti (Labyrinth) viennent tour à tour prêter leur organe aux mélodies du groupe. Contée dans certaines pistes par le Gardien, campé par Gigi Andreone, cette histoire met en scène deux personnages principaux, les Voyageurs, envoyés coloniser la planète Axtradel par le Dirigeant, incarné par Damien Dell'Amico (Mortuary Drape). Gianbattista Manenti se garde le beau rôle, incarnant Markus qui forme avec Eloise ce couple d'émissaires partis d'Alpha Centauri un siècle auparavant pour fonder une nouvelle civilisation sur Axtradel. Alors qu'ils y cultivent paisiblement ressources et descendance depuis de nombreuses années, leur mission se heurte à une péripétie inattendue : l'invasion d'autres voyageurs belliqueux. Visiblement de longue haleine, ce travail monumental sur les paroles de cet opus regorge de bonnes idées. Cette épopée cosmique qui confronte la foi à l'obéissance, la morale à la survie contribue à la richesse de The Blue Dawn.

La qualité de cette sortie se voit de même confirmée par ses premières minutes, qui nous montrent les velléités musicales de Odd Dimension : pratiquer un metal progressif traditionnel, hérité des années 1990. Il faut dire qu'ils s'y entendent particulièrement bien! Les sonorités de claviers choisies par Gabriele Ciacca sont très riches : l'homme alterne entre les accords et notes de piano pour souligner et appuyer les riffs de guitare (« The Invasion », « The Supreme Being »),d'orgue hammond pour habiller les mélodies ou encore les tessitures cosmiques tout droit sorties des seventies (« Landing On Axtradel ») pour parader comme à la grande époque dans ses duels face à son comparse Gianmaria Saddi. Le claviériste se fend d'ailleurs de soli exceptionnels, comme celui qui illumine « Life Creators » de sa pluie de notes fulgurante. De même, le groove qu'impulse le batteur Marco Lazzarini est permanent, avec ses petits coups étouffés de cymbale charleston (« Landing On Axtradel », « The Blue Dawn ») caractéristiques de l'école Portnoy ou encore son travail d'orfèvre sur la ride et sa maîtrise des contretemps. La finesse de son jeu permet aux Italiens d'adopter plusieurs tempi et atmosphères qui leur permettent d'exposer clairement leur concept et sa progression dramatique. Attaqués par les Héliduniens, les Voyageurs et leurs enfants se voient forcés d'évacuer le cocon qu'ils s'étaient créés pour voyager à travers les galaxies.

Cette dérive spatiale d'une bonne heure permet à Odd Dimension d'exprimer leur virtuosité à de multiples reprises, comme sur ces moments instrumentaux qui illustrent l'exode de leurs personnages. La parenthèse qu'ils se permettent sur « Solar Winds » est d'une grande beauté. Tout comme le passage expérimental sur « Escape To Blue Planet » est particulièrement réussi, notamment lorsqu'il atteint son point d'orgue avec le solo de Gabriele Ciacca. Les Italiens sculptent des riffs alambiqués qui peuvent parfois avoir la richesse et la densité d'un Transatlantic, lorsque l'orgue hammond et le « sweeping » fusionnent dans un maelstrom mélodique intense à la fin de « The Invasion ». Toujours dans la finesse, leurs mélodies complexes atteignent des sommets d'allégresse, comme ce refrain diablement accrocheur dans « Life Creators »...

« High! Words are paving the way to a dome
Shed no tears ‘cause this years are so long
In this world full of insanity
Lies! We all lie ‘cause we feel so alone
Create life to fill up this world
That’s gone beyond our reality »

… d'abord chanté seul par Gianbattista Manenti, bientôt rejoint par Simona Aileen, confortable dans son rôle d'Eloïse. L'aura éclatante et instantanément accrocheuse qui en sort en fait le meilleur morceau de l'album. The Blue Dawn fait d'ailleurs la part belle au guitariste Gianmaria Saddi, qui se distingue à plusieurs reprises par ses soli poignants qui offrent un supplément de grandeur aux assauts des Italiens, soutenus par la basse solide du pilier Gigi Andreone, qui se fend d'une subtile montée de notes dans « The Supreme Being » et d'une production satisfaisante bien que perfectible. Le grain des guitares aurait par exemple gagné à exprimer davantage d'agressivité dans certains passages épiques.

Pourtant, malgré le colossal travail sur le concept et la grande maîtrise instrumentale qui en émerge, The Blue Dawn n'échappe pas à plusieurs défauts. L'organisation des lignes de chant et la multiplication des vocalistes confinent parfois à la cacophonie (« Escape To The Blue Planet »). Gianbattista Manenti, s'il se distingue par une tessiture chaude et profonde, se fend de plusieurs maladresses vocales, notamment dans ses tremoli qui manquent leur cible par un côté trop maniéré. Il en fait trop sur certains refrains, cherchant constamment la performance au profit de la simplicité, un tic partagé par beaucoup de chanteurs de ce registre. La fin de l'album est moins réussie que le début : alors qu'il débutait sur les chapeaux de roue, The Blue Dawn meurt péniblement, avec trois derniers morceaux plus faibles. Seul le début efficace de « The Supreme Being » réveille un peu cette ultime trilogie un peu ronflante. Plusieurs passages du full-length utilisent des ficelles un peu vieillottes, qui forcent le trait sur l'émotion. Par exemple, le début de « Sands Of Yazukia » et son refrain mièvre m'évoquent une chanson Disney un peu faisandée. De même, plusieurs morceaux s'étirent en longueur et comportent des riffs qui demeurent trop peu marquant. Odd Dimension perd parfois en efficacité ce qu'il gagne en complexité. En étant intransigeant, on pourrait même généraliser ce constat à des compositions qui manquent – pour la plupart d'entre elles – de motifs emblématiques capables de laisser une trace durable dans la mémoire.

En somme, malgré ses défauts, The Blue Dawn ne manquera pas de contenter les amateurs pointilleux de metal progressif qui sauront reconnaître la grande ambition de son concept ainsi que la richesse de ses compositions. Même si je ne suis pas intégralement embarqué par le talent des Piémontais, force est de reconnaître qu'il est indéniable : Odd Dimension a charbonné dur pour offrir à ses clients un album de qualité.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Odd Dimension
Metal progressif
2021 - Scarlet Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Odd Dimension
Odd Dimension
Metal progressif - 2002 - Italie
  

vidéos
Life Creators
Life Creators
Odd Dimension

Extrait de "The Blue Dawn"
  

tracklist
01.   Mission N°773  (02:38)
02.   Landing on Axtradel  (05:21)
03.   The Invasion  (06:29)
04.   Escape to Blue Planet  (06:59)
05.   Solar Wind  (02:31)
06.   Life Creators  (05:55)
07.   The Blue Dawn  (10:05)
08.   Sands of Yazukia  (07:13)
09.   Flags of Victory  (06:37)
10.   The Supreme Being  (07:12)

Durée : 01:01:00

parution
26 Mars 2021

Essayez aussi
Ihlo
Ihlo
Union

2019 - Twenty's Plenty
  
VOLA
VOLA
Witness

2021 - Mascot Records
  
Simulacrum
Simulacrum
Genesis

2021 - Frontiers Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings

2009 - Roadrunner Records
  
Meshuggah
Meshuggah
The Violent Sleep of Reason

2016 - Nuclear Blast Records
  

Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique
Ancient Necromancy
Diabolical Forest Alchemy (...
Lire la chronique
Ancient Wisdom
A Celebration in Honor of D...
Lire la chronique