chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gharmelicht - Gharmelicht

Chronique

Gharmelicht Gharmelicht
Au même titre qu’Ancient Necromancy (voir la chronique de Diabolical Forest Alchemy), Gharmelicht fait lui aussi partie du Cultus Caliginous Circle. D’ailleurs, on retrouve dans cette entité formée en 2020 monsieur Eldrinacht accompagné pour l’occasion par deux autres musiciens, un certain Hierophant Of The Void au chant et rien de moins que Vercingetorix à la guitare et à la basse. Tous les trois ont décidé de ne pas passer par la case démo, préférant ainsi sortir en guise de préambule ce premier album éponyme. D’abord au seul format cassette chez Cultus Caliginous Records en décembre 2020 puis en vinyle en mai dernier grâce à Nuclear War Now! Productions qui, on l’a vu, se chargera également de rééditer en LP d’ici la fin de l’année la première démo d’Ancient Necromancy.

Vraisemblablement porté lui aussi sur l’architecture médiévale, le trio derrière Gharmelicht a choisi d’illustrer son premier album comme à peu près tous les groupes estampillés "Raw Black Metal" de ces dernières années (artwork en noir et blanc, logo indéchiffrable, entrelacs épineux et atmosphère moyenâgeuse). Pour autant, malgré cette absence flagrante d’originalité, je continue à trouver du charme à ce genre d’artworks qui bien souvent réussissent d’un simple regard à me transporter ailleurs...

Composé de six titres (contrairement à ce que laisse supposer la page Bandcamp de Nuclear War Now! où l’introduction a été pour une raison que j’ignore dissociée du morceau "Arcane Relics Of The Ancient Night" auquel elle est pourtant rattachée sur la version LP), Gharmelicht joue sans surprise la carte d’un Black Metal décharné puisant l’essentiel de son inspiration du côté de la scène norvégienne des années 90. En effet, passé ces deux minutes d’introduction plutôt immersives entre nature apaisée et apaisante (ces oiseaux qui sifflotent gaiement) et mélodie solitaire, Gharmelicht va embrayer sur un titre aux très forts relents de Burzum, notamment pour ce riff particulièrement sinistre et lancinant que Vercingetorix va choisir de répéter un petit moment avant que le rythme ne s’accélère sensiblement à coup de fulgurances plus ou moins soutenues (alternance de blasts et de patterns hérités de la scène Punk).

Si la musique de Varg demeure à coup sûr l’influence principale du Black Metal de Gharmelicht, sa formule se fait néanmoins plus accessible car bien moins portée sur le caractère répétitif et hypnotique que celle du Norvégien. Au contraire, si on trouve bel et bien quelques séquences durant lesquelles le trio se plaît effectivement à jouer la répétition et à entretenir un petit peu de ce côté aliénant ou en tout cas à travailler davantage sur la notion d’atmosphère ("Noxious Blades Thrust Into The Womb Of Solace" à 1:17 et ce jusqu’à la fin ou presque, la première moitié de "Crimson Banners Of Everlasting Scorn", quelques passages sur "Ornate Daggers Of Ritual Death"), l’essentiel de ces six morceaux est ici mené bon train grâce justement à ces accélérations entrainantes et dynamiques entre blasts exécutés tête dans le guidon ("Ruinous Death Rides Under The Weeping Moon" à 0:13, "Crimson Banners Of Everlasting Scorn" à 2:52, l’entame musclée de "Elder Shades Of A Regal Past"...) et passages Punk plus chaloupés ("Ruinous Death Rides Under The Weeping Moon" à 0:52, "Elder Shades Of A Regal Past" à 0:27, "Ornate Daggers Of Ritual Death" à 0:27 également...). Une dualité qui permet comme toujours d’apporter du relief à une musique pourtant simple et rudimentaire n’ayant clairement pas pour but affiché de révolutionner quoi que ce soit. Du relief que Gharmelicht va également apporter grâce à quelques séquences beaucoup plus atmosphériques tranchant quelque peu avec la dynamique du reste de l’album (l’introduction d’"Arcane Relics Of The Ancient Night", la dernière minute de "Noxious Blades Thrust Into The Womb Of Solace" sur fond de pas dans la neige, les touches mélodiques de "Ornate Daggers Of Ritual Death" à 3:05 puis à 4:24 pour une conclusion aux sonorités bien différentes grâce à ces nappes de synthétiseurs crépusculaires et fantomatiques).

Si vous n’êtes pas déjà fatigués de cette résurgence Black Metal particulièrement primitive et dépouillée dans laquelle on trouve du bon mais aussi du moins bon, ce premier album de Gharmelicht s’avère extrêmement convaincant et surtout particulièrement agréable. On y trouve tout ce qui fait le charme de ces groupes qui se foutent bien de savoir s’ils possèdent une production digne de ce nom où si leur formule révolutionnera le genre ou y apportera ne serait-ce qu’un soupçon de fraîcheur. Non, tout chez Gharmelicht s’accorde à respecter à la lettre un cahier des charges imaginé il a une trentaine d’années par quelques Norvégiens en quête de quelque chose qui n’appartiendrai qu’à eux. Une musique dangereuse et fascinante qui trente années plus tard continue de faire parler les petits chroniqueurs comme moi et ravir les petits auditeurs comme nous.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gharmelicht
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gharmelicht
Gharmelicht
Black Metal - 2020 - Etats-Unis
  

formats
  • K7 / 15/12/2020 - Cultus Caliginous
  • Vinyl / 31/05/2021 - Nuclear War Now! Productions

tracklist
01.   Arcane Relics Of The Ancient Night  (01:55)
02.   Ruinous Death Rides Under The Weeping Moon  (07:02)
03.   Noxious Blades Thrust Into The Womb Of Solace  (04:15)
04.   Crimson Banners Of Everlasting Scorn  (03:29)
05.   Elder Shades Of A Regal Past  (02:35)
06.   Ornate Daggers Of Ritual Death  (07:39)

Durée : 26:55

line up
parution
15 Décembre 2020

Essayez aussi
Sa Meute
Sa Meute
50 contre 1

2006 - Stronghold Diaphora
  
Dark Fortress
Dark Fortress
Eidolon

2008 - Century Media Records
  
Nuit Macabre
Nuit Macabre
Perversion de Dieu (EP)

2018 - Hypogea Invictus
  
Kawir
Kawir
Exilasmos
(Εξιλασμός)

2017 - Iron Bonehead Productions
  
False
False
Portent

2019 - Gilead Media
  

Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique
Ancient Necromancy
Diabolical Forest Alchemy (...
Lire la chronique
Ancient Wisdom
A Celebration in Honor of D...
Lire la chronique