chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
163 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mourning Dawn - Dead End Euphoria

Chronique

Mourning Dawn Dead End Euphoria
Si, comme moi, tu aimes le doom sous toutes ses facettes, le nom de Mourning Dawn ne t’est pas inconnu. Actifs depuis plus de 20 ans, les franciliens délivrent précisément un doom qu’il est parfois difficile de catégoriser, tant la recherche de diversité a toujours semblé, selon mon appréciation, animer le combo. D’autant que, par ailleurs, d’un album à l’autre, d’un EP à l’autre, les qualifications purent changer, voguant d’un doom dark metal (Straight to the past, The Freezing Hand of Reason) à un doom death plus classique (Les Sacrifiés), voire à un funeral doom bien senti (Waste). Quant aux membres, même si, comme moi, tu te moques des liens avec la scène metal, le chanteur Laurent Chaulet t’est peut-être également familier, sous son joli nom d’emprunt de Pokemonslaughter, pour les chroniques qu’il délivre sur l’excellent webzine confrère, Guts of Darkness.

Dead End Euphoria est donc le cinquième album longue durée du combo, qui comprend 6 titres pour plus d’une heure de musique. Et, cette fois-ci, la patte funeral et black est bien plus présente qu’à l’accoutumée. Dès Dawn of Doom et Never too Old to Die, on ressent la profondeur du son, l’emphase qui s’en dégage, l’ampleur globale du morceau. La réverb’ est de mise, qui ne gâche rien aux mélodies que l’on entend parfaitement. Les aspects BM se dégagent par bribes, tantôt dans les dissonances, tantôt dans les hurlements possédés qui habitent la structure. Le contraste est tout à fait saisissant entre, d’une part, une atmosphère et des ponts éthérés et lancinants et, d’autre part, une lourdeur évidente qui se dégage de la rythmique en arrière plan, notamment cette basse tellurique qui martèle la structure. Les quelques solis (avant les 5’ sur Dawn of Doom par exemple) aèrent merveilleusement les morceaux, modifiant parfois leur thème musical (sur Dawn of Doom, le titre repart sur des accents plus lumineux, sans que la rythmique perde en lourdeur ; sur Never too Old to Die, les mélodies tricotent littéralement un thème qui change sans cesse au gré des solis, par exemple après la 12’ ; dès la 13’, la pesanteur extrême redevient la norme et vers les 17’, le rythme est plus enlevé, plus entraînant).

L’enchaînement est néanmoins radical ; Dead End Euphoria et Conclusion brisent la dynamique en plongeant l’auditeur dans un funeral doom plus marqué, fait d’atmosphères menaçantes et désespérées mais également apaisantes et enveloppantes. Les contrastes, de nouveau, se taillent la part du lion, les titres étant conçus pour écraser autant que pour caresser, les mélodies le disputant à la voix hantée et à la rythmique massive. La voix ultra plaintive couplée à l’ambiance mystique tire l’auditeur vers le fonds des abysses. Le chant guttural et les chœurs noyés sur Conclusion apportent le surcroit d’ambiance qui finit d’emporter la conviction, comme la prolongation de cette rythmique toujours aussi massive et hypnotique, un peu à la Verdun et les accélérations brutales qui stoppent net. Le relief est fort, les variations nombreuses et la structure est, de fait, chargée en informations. Loin du simplisme coupable de bien des formations du genre, Mourning Dawn fait ici étal de sa science de la composition, à la manière d’un Ataraxie ou d’un Funeralium.

The Five Steps to Death, la pièce maîtresse de près de 30 minutes, joue le rôle de synthèse. Passant de l’emphase aérienne aux abysses insondables, les montagnes russes identifiées depuis le départ se renouvellent ici, les 30 minutes voyant défiler tout ce qui fait la science du combo francilien : rythmique lourde, ponts atmosphériques, voix d’outre-tombe, solis lumineux, interludes à la guitare sèche et dissonance BM sur les passages les plus désespérés. Adieu, qui clôture l’album, comprend des atours encore plus surprenants, presque drones, qui achèvent Dead End Euphoria sur des notes industrielles qui collent parfaitement à l’ambiance noire dépeinte depuis le départ.

Pour ma part, ce Dead End Euphoria est l’un des meilleurs albums délivré par Mourning Dawn. Fort en contrastes, accompagné d’un son ample et lourd, Dead End Euphoria embarque l’auditeur dans des montagnes russes émotionnelles de haut niveau. Non seulement il résume parfaitement leur carrière mais, en outre, il démontre de nouveau l’étendue du talent de la formation et, au-delà, de la scène doom française.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Hallu citer
Hallu
17/08/2021 09:34
note: 8.5/10
A l'instart d'un black metal orthodoxe typiquement français, la France semble avoir trouvé sa voie avec le blackened doom. Entre Eibon, Mourning Dawn, Throane, dans une moindre mesure Verdun, il semble qu'en France on aime ce doom apocalyptique avec un chant proche du black ou du screamo, souvent avec un espace sonore immense, et une souffrance vicérale finalement assez inhabituelle pour du doom, plus proche du harcore ou du post métal. Avant ça en France le doom c'était Ataraxie et Monolithe, pas grand chose d'autre. Et si jusqu'à il y a quelques années Mourning Dawn était plus connu pour être "le groupe de Pokemonslaughter" il a pris suffisamment de bouteille pour être devenu un vrai groupe professionnel avec des tripes et un sens de la composition affuté. Cet album est énorme.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mourning Dawn
Black / Doom
2021 - Aesthetic Death
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (2)  8/10

plus d'infos sur
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Black / Doom - 2002 - France
  

tracklist
01.   Dawn Of Doom  (08:59)
02.   Never Too Old To Die  (12:00)
03.   Dead End Euphoria  (06:03)
04.   Conclusion  (10:44)
05.   The Five Steps To Death  (26:05)
06.   Adieu  (05:13)

Durée : 69:04

line up
parution
26 Mars 2021

voir aussi
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Les Sacrifies

2014 - Total Rust
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Mourning Dawn

2007 - Total Rust
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
The Freezing Hand Of Reason (EP)

2003 - Ostra Records
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Waste (EP)

2017 - Aesthetic Death
  

Essayez aussi
Atriarch
Atriarch
Forever The End

2011 - Seventh Rule Recordings
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Season of Seance, Science of Silence

2003 - Rise Above Records
  
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Mourning Beloveth / The Ruins Of Beverast
Don’t Walk on the Mass Graves (Split-CD)

2020 - Ván Records
  
Nortt
Nortt
Endeligt

2017 - Avantgarde Music
  
Into Coffin
Into Coffin
Unconquered Abysses

2019 - Terror From Hell Records
  

Melvins
Bullhead
Lire la chronique
Lingua Ignota
Sinner Get Ready
Lire la chronique
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)
Lire la chronique
Superbloom
Pollen
Lire la chronique
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique