chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
171 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gjoad - Samanōn

Chronique

Gjoad Samanōn
Comme à la vieille (grande ?) époque, celle que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître, c’est d’abord le très bel artwork qui m’a poussé à jeter une oreille sur Gjoad (une peinture de Franz Steinfeld). Le combo autrichien sort là son premier album chez Antiq, pétri au son d’un post rock très ambiant, presque dark folk, rempli d’instruments traditionnels divers et variés, pour un rendu destiné à exposer à la face du monde la grandeur de Mère Nature et, plus précisément, des montagnes autrichiennes qui l’encerclent. Axé sur les mythes et légendes alpines, pour ce que j’ai pu en saisir, Samanōn est un album tout à fait recommandable et un premier essai largement validé.

Propice à la contemplation, Rouh – Samanōn donne le ton d’entrée en plaçant l’auditeur en situation de méditation, comme placé devant l’immensité des montagnes, le regard perdu sur l’horizon dentelé des crêtes enneigées. Très ambiant, cette introduction de plus de 14 minutes évolue au gré de ses arrangements, petites cloches et bols tibétains en arrière plan, notes de guitares éthérées, légers tambours et harpe dressent un voile mystique reposant alors que surgit la guitare sèche et ses accords dark folk lumineux et enlevés. La contemplation mute ; la grandeur du paysage dépeint prend le dessus, sa dynamique impose à l’auditeur de bouger le regard, de se déplacer pour éviter la menace animale, naturelle ou humaine à l’image des tambours qui traduisent l’arrivée d’une tribu hostile. Tel un voyage, la musique de Gjoad fait défiler devant nos yeux les images que la musique dépeint. Dès la moitié du morceau, point de pont central, mais un changement de direction, le combo adoptant des atours bien plus proche du post rock, avec ses montées en puissance caractéristiques et ses explosions idoines (évident vers la 10’). De nouveau, après 11’30, c’est de nouveau le dark folk qui reprend le devant de la scène, pour un nouveau changement d’ambiance.

Peraht et Hagazussa reprennent les mêmes codes. Les aspects post rock sont très forts sur ces titres, qui montent en puissance durant plusieurs minutes, empli d’atours prog’ et ultra mélodiques, gonflé de réverb’ et propice, de nouveau, à la méditation. La même impression d’une promenade sur les sentiers enneigés, au cœur d’une forêt dense de conifères, accompagnée des senteurs et couleurs propres aux végétaux d’altitude, se fait ressentir. De nouveau, la musique traduit puissamment les images que l’on se donne. Peu de combos peuvent se targuer de cette science, à l’image d’Earth and Pillars, Panopticon ou Wolves in the Throne Room par exemple. Gartsang traduit également cette mélancolie, la tristesse contemplative qui vous envahit un jour maussade de pluie ou d’orage arrosant la forêt. Quant à Untar, il clôture l’album en cohérence, avec quelques touches mystiques, quasi religieuses et une longue complainte mélancolique, annonçant la fin du voyage.

Profondément habité, ce premier album de Gjoad est une vraie réussite, un voyage initiatique de toute beauté au-delà des cimes et de la canopée, une ballade lente et contemplative qui n’oublie jamais de retranscrire en musique les merveilles que l’on se donne à voir. Antiq avait déjà mon respect ; Gjoad vient de l’acquérir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gjoad
Dark folk / Post rock
2020 - Antiq Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Gjoad
Gjoad
Dark folk / Post rock - Autriche
  

tracklist
01.   Rouh - Samanōn
02.   Peraht
03.   Gartsang
04.   Hagazussa
05.   Untar

Durée : 35:28

parution
15 Décembre 2020

Melvins
Bullhead
Lire la chronique
Lingua Ignota
Sinner Get Ready
Lire la chronique
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)
Lire la chronique
Superbloom
Pollen
Lire la chronique
Fates Warning
A Pleasant Shade Of Grey
Lire la chronique
Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique