chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
165 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Chamber Of Unlight - Realm Of The Night

Chronique

Chamber Of Unlight Realm Of The Night
Si les membres de Chamber Of Unlight se cachent derrière des pseudonymes plutôt mignons du genre Leper, Infection, VnoM ou Necrosis, ces derniers ne font néanmoins aucun mystère de leurs identités. Originaire de Tempere en Finlande, le groupe réunit beaucoup de beau monde puisque l’on y retrouve en effet Juha Harju (Ajattara) au chant, Iiro Illman (Ajattara) et Mynni Luukkainen (Ajattara, Behexen, Bythos, Horna…) aux guitares, Ville Markkanen (Cryptborn, Horna, True Black Dawn, ex-Maveth, ex-Archgoat) à la basse et enfin Lauri Rytkönen (Bythos, Horna) à la batterie. Un line-up de choix pour un groupe qui après une démo parue en 2017 vient de sortir son premier album sur Werewolf Records.

Néanmoins, au-delà de ce line-up effectivement alléchant, il est surtout intéressant de noter que l’écriture de cet album s’étale sur une période particulièrement étendue puisque Juha Harju, tête pensante et unique compositeur au sein de Chamber Of Unlight, à effectivement commencer à plancher sur le sujet dès 1996 et ce jusqu’en 2019... Un détail qui revêt toute son importance ici puisque cela explique en grande partie la couleur particulière de ce disque qui ne va pas hésiter à nous ramener vingt-cinq ans en arrière, à la grande époque où le terme Black Metal symphonique n’était pas encore complètement galvaudé à cause d’instrumentations trop envahissantes, de costumes prêtant plus à sourire qu’à imposer un quelconque respect et de maquillages que même une pute du bois de Boulogne n’oserait porter...

Le décor ainsi planté, vous ne serez donc pas étonné si je vous dit que Realm Of The Night vient s’ajouter à la liste de ces récents albums ayant permis de redorer le blason d’un genre tombé quelque peu en désuétude au début des années 2000 et cela pendant une bonne quinzaine d’années. De Warmoon Lord à Vargrav en passant par Ringarë, Muvitium ou Gardsghastr, nombreuses sont aujourd’hui les formations à sortir de l’oubli, avec panache et éclat, un genre souvent moqué voir dénigré par une certaine frange de la population Black Metal. Chamber Of Unlight est lui aussi de ces groupes même s’il le fait peut-être un peu plus discrètement que ses quelques confrères.
En effet, chez Chamber Of Unlight, les claviers ne tiennent pas nécessairement le haut du pavé. Car s’ils sont pourtant présents sur chaque titre ou presque, ils n’en restent pas moins tempérés (ce qui, pour un groupe originaire de Tempere, est plutôt bien vu...). Leur usage ainsi restreint ou devrais-je dire discret ainsi que leur place dans le mix, légèrement en retrait par rapport aux autres instruments, permet ainsi d’amener via ces nappes synthétiques (présentées essentiellement sous forme de voix fantomatiques et de cordes et autres instruments à vent symphoniques) une atmosphère grandiose et magique sans pour autant s’imposer à en dégueuler de tous les bords. Une parcimonie qui permet ainsi de ne garder à l’esprit que les Finlandais ne sont pas là pour amuser la galerie.

Car si Chamber Of Unlight pratique en effet un Black Metal dit Symphonique, Realm Of The Night n’en reste pas moins un album particulièrement dynamique. Plus Norvégien que Finlandais dans l’esprit, il me rappelle beaucoup le Dimmu Borgir de Enthrone Darkness Triumphant et Spiritual Black Dimensions avec qui il partage la même intensité et le même goût pour les séquences symphoniques (bien qu’elles soient quand même beaucoup plus en avant chez les Norvégiens). On va notamment retrouver chez le groupe de Tempere ce goût pour les attaques frontales menées à coups de blasts et autres tremolos implacables ("Revelations Of Dark Crafts" à 1:01, le redoutable "On The Path Of Thy Shadow", "From Grey Tombs", "Summoning The Spirit Of The Dead" à 0:38 et ainsi de suite), cette facilité à insuffler un caractère grandiose et magistral à bon nombre de ses compositions sans pour autant donner le sentiment d’en faire des caisses ("Crowns Of Divinity" à 0:42, "Revelations Of Dark Crafts" à 1:38, l’entame de "Summoning The Spirit Of The Dead", etc), cette aptitude à nuancer son propos pour varier les plaisirs comme il se doit et ainsi offrir à ses auditeurs autre chose que des salves de blasts en continue ("Crowns Of Divinity" à 1:13, "On The Path Of Thy Shadow" à 1:45, "From Grey Tombs" à 1:37, "Summoning The Spirit Of The Dead" à 2:04, la première partie de "Slumber" ainsi qu’à 2:44...) et enfin cette inclinaison mélodique exprimée de bien des manières, que ce soit évidemment à travers ce riffing débordant de feeling, ces voix déclamatoires comme sur "On The Path Of Thy Shadow » ou "From Grey Tombs" mais également lors de ces quelques leads et autres solos fort sympathiques ("Revelations Of Dark Crafts" à 1:35, "On The Path Of Thy Shadow" à 1:24 et 3:04, "Uncelestial Light (The Chamber)" à 5:00...) mais qui, et ce sera là le seul reproche que j’adresserai aux Finlandais, auraient pu être davantage mis en avant.

S’il n’a au final rien de bien nouveau à proposer, ce premier album s’avère néanmoins mené d’une main de maître. Vous allez me dire qu’avec le temps qu’il a fallu à son géniteur pour accoucher de ces huit compositions, il est plutôt normal qu’il n’y ait rien à jeter mais le fait est que malgré un manque relativement flagrant de personnalité, on a quand même bien du mal à ne pas s’enthousiasmer face à des compositions toutes plus efficaces et redoutables les unes que les autres. Évitant ainsi avec intelligence toutes les fautes de goût qui dans le style ne manquent pas, Chamber Of Unlight nous rappelle que le Black Metal Symphonique, quand il est bien fait comme c’est le cas ici, peut s’avérer extrêmement plaisant. Frontal et pourtant mélodique, varié mais néanmoins très cohérent, Realm Of The Night est un album qui n’aurait pas fait tâche s’il était sorti en 1996 lorsque Juha Harju en a débuté l’écriture. Surtout, il aurait très aisément figurer parmi les sorties les plus remarquables du genre au regard de l’intensité qui s’en dégage, de la qualité de ces compositions, de son riffing aussi excellent qu’implacable, de sa grande variété dont il fait preuve tout au long de ces quarante minutes et de ces atmosphères sombres et imposantes. Non, il n’y a là rien de nouveau mais on y revient avec plaisir, encore et encore sans jamais se lasser. Et cela, c’est forcément bon signe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
23/09/2021 12:49
note: 8/10
Excellent album qui rend un bel hommage à un genre qui semble revenir en force et en forme après des années de vaches maigres. Ecriture fine et appliquée, claviers discrets, ambiance rétro agréable et ensemble homogène et jamais redondant cet album porté par des vieux briscards expérimentés fait le boulot sans jamais tomber dans le ridicule et se montre très accrocheur sans jamais faiblir. Du tout bon !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Chamber Of Unlight
Black Metal
2021 - Werewolf Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (2)  7.5/10

plus d'infos sur
Chamber Of Unlight
Chamber Of Unlight
Black Metal - Finlande
  

tracklist
01.   Prooemium  (01:36)
02.   Crowns Of Divinity  (04:01)
03.   Revelations Of Dark Crafts  (05:01)
04.   On The Path Of Thy Shadow  (05:11)
05.   From Grey Tombs  (05:32)
06.   Summoning The Spirit Of The Dead  (05:12)
07.   Slumber  (06:36)
08.   Uncelestial Light (The Chamber)  (05:58)

Durée : 39:07

line up
parution
12 Août 2021

Essayez aussi
Riivaus
Riivaus
Lyöden Taudein Ja Kirouksin

2017 - Wolfspell Records
  
Darkthrone
Darkthrone
Arctic Thunder

2016 - Peaceville Records
  
Kjeld
Kjeld
Skym

2015 - Hammerheart Records
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Memoria Sylvarum

2017 - Indépendant
  
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Onwards to the Spectral Defile

1999 - Osmose Productions
  

Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique
Igric
Svet svetlom stvorený
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Roughly Excised (Putrefindi...
Lire la chronique
Sépulcre pour la démo "Ascent Through Morbid Transcendence"
Lire l'interview
Dead Soul Alliance
Behind The Scenes
Lire la chronique
Venefixion
A Sigh From Below
Lire la chronique
Marduk
Dark Endless
Lire la chronique
L'Acéphale
L'Acéphale
Lire la chronique
Clandestine Blaze
Secrets of Laceration
Lire la chronique
Hooded Menace
The Tritonus Bell
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique
Suad
Waves
Lire la chronique
The Flight Of Sleipnir
Eventide
Lire la chronique
Fluids
Not Dark Yet
Lire la chronique
Wraith
Undo The Chains
Lire la chronique
Le Prochain Hiver
Hiver '96
Lire la chronique
Bloodlet
Entheogen
Lire la chronique
Deicide
In The Minds Of Evil
Lire la chronique
Caveman Cult
Blood And Extinction
Lire la chronique