chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
144 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hatemonger - The Vile Maxim

Chronique

Hatemonger The Vile Maxim (EP)
On l’a déjà dit et répété mais s’il y’a bien une chose positive à retenir de ses foutus confinements à tire-larigot et totalement excessifs c’est l’incroyable créativité artistique qui en ont découlé, tant on ne compte plus le nombre de formations qui se sont créées durant cette période afin de s’occuper et de crier au monde entier toute sa frustration. C’est ce qui s’est passé pour ce nouveau venu au sein de la scène de Chicago fondé par un vieux briscard de l’underground local, et rejoint dans la foulée par deux membres des excellents BEAR MACE qui ont eu l’idée et l’envie d’élargir leur spectre musical en allant faire un tour du côté de la Suède. S’il est possible que les vigoureux hivers de l’Illinois ont pu influencer le trio (devenu quatuor une fois le passage en studio terminé) et lui faire penser aux conditions hivernales de la Scandinavie, le résultat n’a quant à lui franchement rien à envier au pays de DISMEMBER, ENTOMBED et autres grands habitués de la pédale HM-2. En effet durant vingt-deux minutes les trois acolytes vont nous renvoyer vers l’époque bénie du Swedeath, où l’on se fait transporter entre Stockholm et Göteborg à grands coups de riffs grassouillets et de caisse claire menée tambour battant, pour un rendu impeccable qui montre une vraie maîtrise technique autant que dans l’écriture. Si la vitesse reste largement prédominante les gars ne vont jamais hésiter à relâcher leur étreinte et alourdir leurs compositions pour les rendre encore plus débordantes d’humidité et d’obscurité, un choix qui va s’avérer payant et dont on va s’apercevoir d’entrée sur l’excellent, puissant et court « Perpetual War ».

En effet dès les premiers instants de cette compo d’ouverture (et certainement la plus radicale proposée sur cet Ep) on s’aperçoit que ceux-ci ne sont pas là pour rigoler tant l’énergie déployée y est conséquente, et où est balancé en alternance blasts furibards et parties rapides déchaînées qui donnent l’envie de tout envoyer valdinguer. Aidée par une production brute de décoffrage et naturelle cette boule de nerf survitaminée ne ralentit qu’à sa toute fin histoire de permettre à l’auditeur de reprendre son souffle avant l’arrivée du dense et long « Death Age ». S’étirant de façon plus consistante pour mieux gagner en profondeur cette plage va montrer ici toute la palette de jeu des Américains qui misent autant sur la rapidité que les passages plus lourds et massifs qui ne cessent de s’entremêler l’un après l’autre, tout en étant immédiatement accrocheurs et faciles d’écoute. Car s’il est vrai que tout cela est très classique dans l’esprit ça peut être aussi relativement prévisible, un défaut inévitable et récurrent dans un style si calibré que celui-ci mais qui est largement compensé par la fluidité qui règne en permanence sur ce disque, et par son côté sans prétentions et addictif.

Que ce soit via le varié et enlevé « Famine Driven Thirst » ou le remuant « Plague For Days » (à l’obscurité totale et à la graisse encore plus imposante) l’ensemble reste là-encore constant et implacable, aidé en cela par une violence intense et une homogénéité sans failles tant la hargne qui s’en dégage fait office de coup de poing dans la gueule absolument salvateur. D’ailleurs cette force de frappe qui sent bon le Punk s’entend sur la conclusion intitulée « Disinformation Campaign » de par son riffing encore plus primitif et sa rythmique à fond les ballons, qui voit l’apport au démarrage d’une ambiance tribale parfaite pour monter en pression, avant que le tout n’explose totalement à la face de l’auditeur qui n’attendait que cela pour se défouler. Servant de parfait exutoire et permettant de mettre le cerveau en veille le temps d’en arriver au bout, ce cinq titres ultra-efficace ne réinventera rien mais ravira les amateurs du genre toujours en quête de nouveaux noms à découvrir, et confirme s’il y’avait besoin que c’est désormais hors de son pays natal que ce Death typiquement local a le vent en poupe et qu’il est le plus inspiré (il n’y a qu’à voir la récente découverte des Hongrois de MOLIS SEPULCRUM pour en être convaincu). En attendant de voir si tout cela restera aussi efficace au format supérieur (il faudra sans doute à la bande oser un peu plus et être moins scolaire… au risque d’être relativement redondant) on se délectera de cette sortie impeccable et sans fausses notes, qui prouve une nouvelle fois le talent de découvreur hors pair de son label toujours à l’affût de combos talentueux et de gros son qui fait du bien par où ça passe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hatemonger
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hatemonger
Hatemonger
Swedeath - 2020 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Perpetual War
02.   Death Age
03.   Famine Driven Thirst
04.   Plague For Days
05.   Disinformation Campaign

Durée : 22 minutes

line up
parution
13 Août 2021

Essayez aussi
Feral
Feral
Flesh For Funerals Eternal

2018 - Transcending Obscurity
  
Molis Sepulcrum
Molis Sepulcrum
Left For The Worms (EP)

2021 - Pulverised Records
  
Befouled
Befouled
Refuse To Rot

2018 - Great Dane Records
  
Feral
Feral
From The Mortuary (EP)

2016 - Cyclone Empire Records
  

Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique
Igric
Svet svetlom stvorený
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Roughly Excised (Putrefindi...
Lire la chronique
Sépulcre pour la démo "Ascent Through Morbid Transcendence"
Lire l'interview
Dead Soul Alliance
Behind The Scenes
Lire la chronique
Venefixion
A Sigh From Below
Lire la chronique
Marduk
Dark Endless
Lire la chronique
L'Acéphale
L'Acéphale
Lire la chronique
Clandestine Blaze
Secrets of Laceration
Lire la chronique
Hooded Menace
The Tritonus Bell
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique
Suad
Waves
Lire la chronique
The Flight Of Sleipnir
Eventide
Lire la chronique
Fluids
Not Dark Yet
Lire la chronique
Wraith
Undo The Chains
Lire la chronique
Le Prochain Hiver
Hiver '96
Lire la chronique
Bloodlet
Entheogen
Lire la chronique
Deicide
In The Minds Of Evil
Lire la chronique
Caveman Cult
Blood And Extinction
Lire la chronique