chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
148 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lingua Ignota - Sinner Get Ready

Chronique

Lingua Ignota Sinner Get Ready
...Et voici ce qui sera l’album le plus saisissant de cette année – voire un peu plus.

Pourtant, rien ne le laissait envisager. Jusqu’à Sinner Get Ready, Kristin Hayter était pour moi un synonyme de rendez-vous maintes fois manqués, au travers d’albums solo qui ne me touchaient pas autant que je l’espérais. En effet, All Bitches Die et Caligula m’avaient laissé mitigé, la sincérité habitant ces œuvres ne suffisant pas à m’emporter dans une musique que je trouvais alors trop convenue dans ses influences metal et industrielles, bien trop lisse pour me partager les douleurs dont Lingua Ignota se veut la catharsis. Seules restaient en tête, comme des invitations à ne pas la laisser de côté, une prestation live hypnotisante donnée à Montpellier quelques temps avant la pandémie, brute avec ce que cela sous-entend de perte de contrôle et d’émotions, ainsi que son implication dans le projet Sightless Pit où sa performance, marquante car toute en retenue et loin des clichés habituels, m’avait convaincu. Quelque chose semblait alors germer en elle, délaissant les conventions pour laisser poindre une nouvelle forme de son art personnel.

Une sensation qui explose sur Sinner Get Ready, prouvant que la dame a bien décidé de faire cavalière seule. Certainement, on pourra citer des équivalents, Diamanda Galás, Jarboe même dans la terreur que peut créer Kristin Hayter chez quiconque l’entend. Mais cela ne sera que des indications au sujet de ce disque qui, sans pourtant le surligner autant que ses prédécesseurs, montre une vision originale dans ses thématiques et leurs interprétations. Une œuvre empreinte de la terre qui l’a vu naître, la Pennsylvanie, cette région des États-Unis pétrie de religiosité, meurtrie par des désastres perpétrés par la main de l’homme, à l’image de la ville-fantôme de Centralia et ses perpétuels incendies (auxquels est ici rendu un hommage).

Une terre qui semble être pareille à cette femme autrefois maltraitée et abusée, prenant des airs de croyante appelant une vengeance sans retour (« I Who Bend the Tall Grasses »). Exit les déflagrations noise de Caligula, Sinner Get Ready susurre, caresse mais ne maquille pas pour autant les blessures que Kristin Hayter a toujours exposé dans ses créations, sa musique comme métaphore de sa propre douleur. Seulement, là où ses prédécesseurs affichaient des plaies béantes sans aucun espoir de les voir guérir, ce nouveau longue-durée va plus loin qu’une démonstration nous laissant comme un sale goût de voyeurisme. Le traumatisme est toujours là, plus que jamais présent dans cette voix qui s’élève et se laisse aller à, nouveauté qui fait la différence, une maladresse contrôlée, étranglement des notes, incertitude des montées, errance des variations. Mais un dépassement semble se dessiner, une forme de paix qui combat le tumulte par la quiétude, lors de titres solennels, solaires dans leur mélancolie (« The Order of Spiritual Virgins »), leur proclamation (« Repent Now Confess Now » ; « Man Is Like a Spring Flower »), leur béatitude (« The Sacred Linament of Judgement » ; « The Solitary Brethren of Ephrata ») ou leur tranquillité (« Pennsylvania Furnace » ; « Perpetual Flame of Centralia »).

Un exercice de purification, contrit et contraint, où le mal ressenti, toujours appuyé (« I Who Bend the Tall Grasses » comme lame de fond, noyant l’ensemble de sa souffrance), cherche à se surmonter, en quête d’une félicité frôlant la folie. Il y a ces samples peignant une Amérique fervente jusqu’à l’abrutissement, une peinture dénuée de jugement et encore plus poignante en raison de cela. Il y a ces orchestrations généreuses, boisées et dorées, banjo, cuivres, dulcimer, piano, violoncelles, comme une irréalité qu’elle cherche à atteindre. Il y a, enfin, « elle », qui s’enlève et s’élève, console et cajole, non pas pour l’auditeur mais pour elle-même, dans une distance qui l’éloigne de ce monde d’horreurs et la laisse inventer son havre personnel, gagné au prix de son sang, d’un déclin du corps, dans une majesté qui s’exprime comme un murmure.

Cela ne fait pas de Sinner Get Ready un disque se voulant parfait. Il assume même ses imperfections, ses moments de creux ou ses hésitations (palpables sur « Many Hands » par exemple), comme autant d’instants choisis. Mais cela fait de lui un album d’une force et d’une profondeur rares laissant hébété, avec le sentiment d’avoir assisté à la naissance d’une grande artiste et – plus beau encore – la renaissance d’une femme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

MédisanteMédusa citer
MédisanteMédusa
28/09/2021 16:39
note: 9.5/10
Belle chronique qui résume bien l'ambition de ce "Sinner Get Ready".
Une oeuvre parcourue par un mysticisme assez ambivalent qui traduit aussi l'isolement ressenti par K. Hayter isolée le temps de sa maturation en Pennsylvanie.
Pour moi, un des albums de l'année.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lingua Ignota
Darkwave / Néo-classique liturgique
2021 - Sargent House
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (1)  9/10

plus d'infos sur
Lingua Ignota
Lingua Ignota
Darkwave / Néo-classique liturgique - Etats-Unis
  

vidéos
Pennsylvania Furnace
Pennsylvania Furnace
Lingua Ignota

Extrait de "Sinner Get Ready"
  
Perpetual Flame of Centralia
Perpetual Flame of Centralia
Lingua Ignota

Extrait de "Sinner Get Ready"
  

tracklist
01.   The Order of Spiritual Virgins  (9:10)
02.   I Who Bend the Tall Grasses  (6:28)
03.   Many Hands  (5:15)
04.   Pennsylvania Furnace  (5:46)
05.   Repent Now Confess Now  (5:48)
06.   The Sacred Linament of Judgement  (5:22)
07.   Perpetual Flame of Centralia  (5:34)
08.   Man Is Like a Spring Flower  (7:16)
09.   The Solitary Brethren of Ephrata  (5:11)

Durée : 55:50

line up
parution
6 Août 2021

Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique
Igric
Svet svetlom stvorený
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Roughly Excised (Putrefindi...
Lire la chronique
Sépulcre pour la démo "Ascent Through Morbid Transcendence"
Lire l'interview
Dead Soul Alliance
Behind The Scenes
Lire la chronique
Venefixion
A Sigh From Below
Lire la chronique
Marduk
Dark Endless
Lire la chronique
L'Acéphale
L'Acéphale
Lire la chronique
Clandestine Blaze
Secrets of Laceration
Lire la chronique
Hooded Menace
The Tritonus Bell
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique
Suad
Waves
Lire la chronique
The Flight Of Sleipnir
Eventide
Lire la chronique
Fluids
Not Dark Yet
Lire la chronique
Wraith
Undo The Chains
Lire la chronique
Le Prochain Hiver
Hiver '96
Lire la chronique
Bloodlet
Entheogen
Lire la chronique
Deicide
In The Minds Of Evil
Lire la chronique
Caveman Cult
Blood And Extinction
Lire la chronique