chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
186 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Aurvandil - Thrones

Chronique

Aurvandil Thrones
On est fortiches quand même, nous autres les francs de Francie. On se débrouille déjà pour afficher l’une des scènes black metal les plus intéressantes du monde toutes périodes confondues, mais en plus de ça, on arrive à planquer derrière cet impressionnant plastron toute une kyrielle de formations moins connues mais presque aussi folles que les têtes de file. Tu as siroté tes Légions Noires, dévoré ton Deathspell Omega sur son lit de Blut Aus Nord, éclusé ton Belenos et ton Aosoth, et tu t’es même envoyé les suppléments Peste Noire, Antaeus et Nehëmah ? Ben j’espère que t’as encore de la place, parce que le cellier déborde toujours !

Dans la galaxie des groupes français, une constellation brille particulièrement en ce moment ; celle formée autour de ce cher Fog, seigneur et maître d’Ossuaire Records, actif récemment sur des projets tels que Cénotaphe, Caverne ou Nécropole, plutôt à la mode donc. Mais avant cela, le sieur avait bossé sur de jolis noms tels qu’Angmar, Iphicrate… et Aurvandil. Cet étrange nom à consonances tolkieniennes m’avait souvent intrigué, mais jamais suffisamment pour me pousser à dépasser le stade de l’écoute rapide et trop peu concentrée. Il a fallu que Monsieur Marchenoir qui chronique ici-même rappelle le groupe à mon bon souvenir lors d’une discussion passionnée au Jardin du Luxembourg pour que je me décide à poser une nouvelle oreille sur cet album.

Et pan, en plein dans l’égo, tiens. Album de folie inattendu dans ta tronche. Il est beau le connaisseur de black metal, à passer à côté d’une telle tuerie pendant des années.

Thrones ne déconne pas une minute. Une heure de black metal épique au possible, la bride lâchée, les sabots fumants, le vent en lanières franches pile dans les yeux et les flancs qui chavirent des deux côtés de la fragile selle émotionnelle. On démarre doucement, sur un petit feu tout calme et une gentille guitare folk humblissime. On avance, on s’attend presque à du black contemplatif et forestier, puis débarque soudain cette mélodie arpégée aristocratique au possible, d’abord érigée lentement puis brutalement abattue sur le tonnerre de blast qui débarque sans prévenir. Re-pan. Pensez à quelque chose dans le goût d’un Satyricon période Nemesis Divina, ou bien peut-être à… ben Cénotaphe. Pas la peine de jouer le mystère, la voix ressemble fort à celle de Khaosgott, et le riffing ne trompe pas. C’est la même équipe, m'est avis, et contrairement à ce que l'on peut lire un peu partout. Autant dire que le duo a déjà fait ses preuves.

De fait, Aurvandil sonne très Cénotaphe. Peut-être la version moins solaire et zénithale de Cénotaphe, plus tourmentée, moins claire, plus guerrier et moins ascète. Pas mal tiens, voyons cela comme les deux facettes de ces parèdres antiques, l’archétype du combattant contre celui de l’ermite. Cénotaphe n’est plus d’ici. Il a quitté les vicissitudes d’en-bas, il se tient sur son Mont Vérité, il contemple l’Ailleurs, l’Ultime, et n’a plus que faire des luttes de ce monde. Aurvandil, au contraire, mène le combat jusqu’au bout. Victoire, défaite, pertes, regains… lui aussi se fait détaché, distant. Tout ce qui compte, c’est l'affrontement, la lutte. Le reste peut bien s’éteindre, lui brûle toujours.

Le combat, certes, mais jamais sans sous-jacence de l’éternel tragique qui caractérise toute action. Aurvandil sait parfaitement faire ressentir sa haine comme son dépit, son amertume (n’est-ce pas ?), ses velléités comme ses défiances. Les riffs se tendent et se détendent, comme de juste, sur un mur de blast à peu près constant mais non pas monotone. On officie dans le traditionnel de chez traditionnel, mais avec le plus grand des talents. Jamais à l’abri d’une lead poignante, d’un passage particulièrement mélodique ou d’un changement de rythme. Là, à mi-parcours sur « Summon the Storms », après cet extraordinaire épanchement à trois guitares, la cassure à la batterie sur gros larsen qui remonte ensuite en accords folks galvanisés aux trémolos mélancoliques, c’est-y pas superbe ça ? Et puis cette production toute chaude, granuleuse, typique de la Fogosphère, avec guitares qui sonnent comme du magma, la batterie très réverbérée, la basse grondante et la voix lointaine… Parfait.

Aurvandil ne risque vraiment pas de sonner avant-garde, bien sûr. Il fait partie de ces groupes qui ne dépassent pas d’un centimètre le périmètre de leur style, mais s’y dévouent avec tellement de sincérité qu’ils s’élèvent naturellement loin au-dessus des autres. Un trône, c’est exactement ce sur quoi peut compter Aurvandil pour faire sentir à quiconque qu’il n’a rien à faire avec les faiblards et les timorés des pitoyables étages inférieurs. En cela, et malgré une voie différente que celle choisie par son alter ego Cénotaphe, il parvient finalement à la même hauteur, au même sommet. L’ascète et le guerrier se retrouvent debout en haut du même aplomb, chacun ayant gravi un versant différent. Finalement, les voici qui se tiennent droits et fiers sous le même soleil invaincu.


Erratum du chroniqueur penaud : il semblerait que je me sois emmêlé les pinceaux sur le line-up, comme indiqué en commentaire. Plutôt que de tout passer sous le tapis dans l'immédiat, je préfère rectifier le tir plus tard et admettre ma bourde ici. Amertume = Aurvandil, groupe comme musicien, Fog n'est effectivement que batteur et ingé son sur ce disque, et Khaosgott n'a rien à faire ici (ils braillent pareil aussi...). Mea culpa.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
17/10/2021 21:02
note: 9/10
HäxäH a écrit : Chronique pour le moins fantaisiste quand on sait que Fog est présent uniquement sur le dernier album d'Aurvandil en tant qu'ingé son/batteur de session glorifié. Quel dommage. Une simple visite des Metal Archives aurait pourtant suffi. En bref, Aurvandil est un one man band qui n'a pas de membre en commun avec Cénotaphe, sauf une fois au châlet. Il a bien un membre en commun avec Nécropole, mais manque de nez, c'est le seul qui n'est pas mentionné ici. En bref, la copie est à retravailler; on frise le hors-sujet, et c'est bien dommage pour un album qui vaut vraiment le détour.

Tu imagines bien que je suis allé voir metal archives, entre autres. Faut pas oublier que c'est comme wiki, on y écrit ce que l'on veut. Je ne prétends pas savoir réellement qui est derrière si c'est ce qui te tracasse, dans mon ressenti c'est la même équipe que pour Cénotaphe, et ce ne serait pas la première fois que des albums de black planquent des membres cachés. Après si tu as d'autres infos, je suis preneur. Et en ce qui concerne Amertume, il est cité, cherche bien.

edit : mea culpa, j'ai juste bêtement confondu Khaosgott et Amertume à cause de leurs voix très proches je crois...
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
17/10/2021 20:00
Jean-Clint a écrit : Jamais entendu parler de ce projet auparavant, grave erreur ! Musique vraiment entraînante qui mélange habilement l'obscurité et la lumière. Très bon album que je regrette de ne pas avoir découvert plus tôt !
Hum, j'en ai déjà parlé, puisque c'était le groupe d'Amertume de Caverne et de Nécropopole avant qu'il ne change d'orientation politique.
HäxäH citer
HäxäH
17/10/2021 15:44
Chronique pour le moins fantaisiste quand on sait que Fog est présent uniquement sur le dernier album d'Aurvandil en tant qu'ingé son/batteur de session glorifié. Quel dommage. Une simple visite des Metal Archives aurait pourtant suffi. En bref, Aurvandil est un one man band qui n'a pas de membre en commun avec Cénotaphe, sauf une fois au châlet. Il a bien un membre en commun avec Nécropole, mais manque de nez, c'est le seul qui n'est pas mentionné ici. En bref, la copie est à retravailler; on frise le hors-sujet, et c'est bien dommage pour un album qui vaut vraiment le détour.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
15/10/2021 11:21
note: 8/10
Jamais entendu parler de ce projet auparavant, grave erreur ! Musique vraiment entraînante qui mélange habilement l'obscurité et la lumière. Très bon album que je regrette de ne pas avoir découvert plus tôt !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aurvandil
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (5)  7/10

plus d'infos sur
Aurvandil
Aurvandil
Black Metal - 2006 † 2013 - France
  

tracklist
01.   For Whom Burnest Thou  (12:20)
02.   The Harvest of Betrayal  (12:46)
03.   Summon the Storms  (18:47)
04.   Ingen lindring  (16:05)

Durée : 59:58

Essayez aussi
Au Champ des Morts
Au Champ des Morts
Dans la Joie

2017 - Debemur Morti Productions
  
Gravesend
Gravesend
Preparations For Human Disposal (Démo)

2020 - Stygian Black Hand
  
Sale Freux
Sale Freux
Vindilis

2017 - Les Créations Clandestines
  
Seder
Seder
Sunbled

2020 - Northern Silence Productions
  
Malum
Malum
Devil's Creation

2021 - Purity Through Fire
  

First Fragment
Gloire Éternelle
Lire la chronique
Warning
Watching from a Distance - ...
Lire la chronique
Concrete Winds
Nerve Butcherer
Lire la chronique
Gloomy Grim
Agathonomicon
Lire la chronique
Nächtlich
Satanas Solum Initium Est
Lire la chronique
Dungeon Steel
Bloodlust (EP)
Lire la chronique
Burial
Inner Gateways To The Slumb...
Lire la chronique
Verdun / Old Iron
Verdun / Old Iron (Split 12")
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Eyes Of Satan (EP)
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Deeds Without A Name (EP)
Lire la chronique
Morte Incandescente
Vala Comum
Lire la chronique
Muscipula
Little Chasm of Horrors (Dé...
Lire la chronique
Θλίψις​ (Thlipsis)
Θλίψις (EP)
Lire la chronique
Noctule
Wretched Abyss
Lire la chronique
Unholy
Rapture
Lire la chronique
Gorgon
Traditio Satanae
Lire la chronique
Eldritch
EΩS
Lire la chronique
Marasmus
Necrotic Overlord
Lire la chronique
Horns Of Domination
Where Voices Leave No Echo
Lire la chronique
Häxkapell
Eldhymner
Lire la chronique
Massacre
Resurgence
Lire la chronique
Celestial Key
Immortal Crown
Lire la chronique
Aborted
Retrogore
Lire la chronique
Organic
Where Graves Abound
Lire la chronique
Baxaxaxa
Catacomb Cult
Lire la chronique
Witnesses
The Collapse
Lire la chronique
Lock Up
The Dregs Of Hades
Lire la chronique
Evoken
Embrace the Emptiness
Lire la chronique
Cathedral
Supernatural Birth Machine
Lire la chronique
Our Survival Depends on Us
Scouts on the Borderline Be...
Lire la chronique