chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
187 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pillars Of Ivory - The Biblical Scripturez

Chronique

Pillars Of Ivory The Biblical Scripturez (Compil.)
(Genesis To Leviticus)

Adolescent, j’ai toujours vu le Rap comme l’ennemi numéro un du Hard Rock que j’écoutais. Aussi comme dans n’importe quel autre collège, il y avait dans ma cour de récréation deux clans (enfin trois si on compte ceux qui n’écoutaient que la radio), d’un côté les amateurs de Rap, de l’autre les amateurs de Punk et de Hard Rock. L’entre-deux, possible, était tout de même extrêmement rare. De fait, si ma curiosité pour le genre s’est développée avec le temps et que mes goûts en la matière se sont affinés, j’ai néanmoins passé l’essentiel de mes jeunes années à fuir ce mouvement musical qui à quelques exceptions près (Cypress Hill et Beastie Boys, à doses homéopathiques) ne me touchait guère...
Lorsque j’ai commencé à m’intéresser de plus près au Hardcore, j’ai vite compris que le Rap, sans forcément faire partie intégrante de la scène, était une musique particulièrement appréciée par de nombreux protagonistes. La découverte de Biohazard et de son State Of The World Address ou de la bande-originale du film Judgment Night ont ainsi largement contribué à me faire petit à petit changer d’avis sur la question et m’ont également permis de mieux comprendre pourquoi Rap et Hardcore, deux musiques provenant essentiellement de la rue, partagent encore aujourd’hui bien plus de points communs que je ne l’imaginais de prime abord.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Et bien parce que Pillars Of Ivory, jeune groupe américain réunissant des membres de Age Of Apocalypse, Colossus, Out For Justice, Mindforce et Death Threat, s’est amusé en pleine pandémie à faire le pont entre ces deux genres en insufflant à son Hardcore de grosses influences Rap. Naturellement, ce n’est pas le premier groupe à le faire puisque de Candiria à E. Town Concrete en passant plus récemment par Cold World, les exemples de ce genre ne manquent pas. Pour autant, on ne peut pas dire que cela soit monnaie courante. Aussi, lorsqu’un groupe au line-up aussi alléchant se risque à l’exercice, forcément on tend l’oreille attentivement.

Sortie l’année dernière sur Daze Records (Queensway, Out For Justice, Pain Of Truth, Koyo, Momentum, Ends Of Sanity...), The Biblical Scripturez est une compilation LP et CD réunissant les trois démos de Pillars Of Ivory disponibles jusqu’ici sous forme dématérialisée (à l’exception cependant de Genesis Demo Twenty-Twenty proposée également en vinyle par Daze Records). Du pain béni pour tous ceux souhaitant avoir entre les mains l’une des plus grosses sensations Hardcore de ces derniers mois...
Naturellement, ce que propose la jeune formation ne révolutionnera absolument ni le Rap ni le Hardcore mais sa capacité à faire cohabiter les deux avec autant d’aisance et de fluidité sans jamais paraître à côté de la plaque n’en fait pas moins un groupe particulièrement rafraîchissant par les temps qui courent. Aussi, sans jamais vraiment manquer d’homogénéité bien que l’on puisse tout de même distinguer quelques subtilités en matière de production, The Biblical Scripturez va donc proposer à l’auditeur une plongée dans les bas fonds de New-York au son de beats bien lourds, de punchlines impeccables, de riffs nerveux et autres accélérations Punk / Hardcore / Thrash décapantes, d’instrus plutôt bien ficelées (à l’exception peut-être de "Gotti Du$t Bluntz" qui ne me touche pas des masses) dans un esprit résolument marqué par l’âge d’or des années 90 ou bien encore de samples habilement détournés comme par exemple sur les deux "Key 2 Success" où l’on peut y entendre le thème principal du film Suspiria ou bien encore sur "Tearz Fall" qui reprend le célèbre "Everybody Wants To Rule The World" de Tears For Fears… Alors c’est vrai, les morceaux purement Rap ne sont pas particulièrement développés et servent finalement davantage d’interludes plus qu’autre chose mais ces derniers, au-delà du simple fait qu’ils participent à nourrir toutes ces ambiances résolument urbaines dans lesquelles trempent ces dix-huit compositions (quelque part entre cages d’escaliers délabrées ("Gotti Du$t Bluntz", "Key 2 Success Part II", "Cash On Delivery"), trottoirs crasseux mal fréquentés ("Strawberry Mac 10", "Fearz Rize", "Lukey Cage SDS Connect") et terrain de basket à l’atmosphère décontractée ("Tearz Fall", "Yellow Hearts / Pink Diamonds", "Whitney")), entretiennent également un groove sensiblement différent (le pouvoir des beats et autres boucles entêtantes et toutes les images auxquelles elles renvoient), certes un petit peu facile, mais ô combien irrésistible et addictif.
Côté compositions purement Hardcore, Pillars Of Ivory fait également un peu plus que seulement convaincre puisqu’entre les membres de Mindforce dont un Jason Petagine au timbre de voix reconnaissable entre mille et le chanteur de Death Threat (les deux se partagent ici régulièrement le micro), on tient là un sacré line-up à qui il n’est pas nécessaire de dire quoi faire. Très proche d’un Mindforce lors de ces nombreuses fulgurances thrashisantes et autres breaks au groove typiquement new-yorkais (vous allez avoir du mal à rester stoïque et à ne pas rouler des épaules et du reste), le groupe prend le temps de varier les plaisirs et d’apporter un peu de nuances à sa formule. C’est le cas notamment sur "Salute" avec ces quelques accélérations à l’esprit résolument plus Punk et très proche de ce Hardcore originel des débuts ou sur "Voyage" qui sur les premières mesures va calmer le jeu et revêtir des sonorités plus mélodiques mais également plus lourdes rappelant notamment un certain E. Town Concrete.

Si Pillars Of Ivory n’est pas le premier groupe à s’intéresser à ce genre d’union a priori contre-nature, force est néanmoins de constater que son Hardcore largement mâtiné de Rap fonctionne pourtant à merveille et reste malgré tout d’une efficacité particulièrement rafraichissante. Une chose est sûre, tous ceux qui ont grandi au son des premiers albums de Biohazard, Life Of Agony, Leeway, E. Town Concrete et compagnie trouveront chez Pillars Of Ivory matière à se réjouir tant la musique du groupe reste définitivement ancrée dans ce qui se faisait au sein de la scène new-yorkaise durant les années 90. Et si le groupe a depuis sorti un split en compagnie de l’infâme Wicca Phase Springs Eternal (Emo/Rap dégueulasse), on attend surtout qu’un album "longue durée" voit le jour pour se délecter de ces brulots bien "thugs". Yo !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pillars Of Ivory
Hardcore
2021 - Daze Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Pillars Of Ivory
Pillars Of Ivory
Hardcore - 2020 - Etats-Unis
  

tracklist
Book 1. Genesis
01.   Key 2 Success  (01:42)
02.   D.R.E.A.M.  (02:01)
03.   Strawberry Mac 10  (01:28)
04.   Salute!  (01:48)
05.   Gotti Du$t Bluntz  (01:07)
06.   T.W.C.T.P.O.I.  (01:49)
07.   Tearz Fall  (02:34)
08.   Puffin' At The Lantern  (00:45)
Book 2. Exodus
09.   Key 2 Success Part II  (01:27)
10.   Voyage  (02:17)
11.   Yellow Hearts / Pink Diamonds  (01:58)
12.   Light Inside (featuring Lukey Cage)  (01:46)
13.   Fearz Rise  (01:36)
14.   Lost Soulz  (01:48)
15.   Whitney  (02:23)
Book 3. Leviticus
16.   SDS Connect (featuring Lukey Cage)  (01:39)
17.   Leviticus  (01:47)
18.   Cash On Delivery  (01:46)

Durée : 31:43

line up
parution
30 Avril 2021

Essayez aussi
Higher Power
Higher Power
Soul Structure

2017 - Flatspot Records
  
All Out War
All Out War
For Those Who Were Crucified

1998 - Victory Records
  
Integrity
Integrity
Humanity Is The Devil (EP)

1996 - Victory Records
  
Mortality Rate
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)

2019 - Isolation Records
  
Inclination
Inclination
Midwest Straight Edge (EP)

2017 - Life & Death Brigade Records
  

Terror
Pain Into Power
Lire la chronique
Sentient Horror
Rites Of Gore
Lire la chronique
Soul Blind
Third Chain (EP)
Lire la chronique
Clarent Blade
Return Into Forever
Lire la chronique
Zdań
Pakuty
Lire la chronique
Move
Freedom Dreams (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus
Mend (EP)
Lire la chronique
Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique