chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Stormkeep - Tales Of Othertime

Chronique

Stormkeep Tales Of Othertime
Si l’intérêt suscité par Stormkeep est lié d’une part à son line-up particulièrement alléchant (eh oui, je vous rappelle quand même que l’on y retrouve entre autre des membres de Blood Incantation et Wayfarer) et de l’autre à la sortie il y a maintenant un petit peu d’un an d’un excellent EP des plus convaincants et prometteurs (Galdrum), nul doute que tous les auditeurs passés jusque-là entre les mailles du filet seront irrésistiblement attirés par ce somptueux artwork signé Les Edwards.
Peintre anglais né à la fin des années 40, l’homme qui aujourd’hui a usé l’essentiel de ses pinceaux dans les milieux de la fantasy, de la science-fiction et de l’horreur afin d’illustrer les œuvres d’auteurs tels que Robert E. Howard, Franck Herbert, Sir Terence David John Pratchett, Anne Inez McCaffrey et Jack Vance, n’est pas non plus tout à fait étranger à l’univers de la musique. De Metallica (le single Jump In The Fire) à Paradox (Heresy) en passant par Celtic Frost (l’intérieur du livret d‘Into The Pandemonium, Krokus (Alive And Screamin’) et même The Prodigy (l’intérieur du livret de Music For The Jilted Generation), il a en effet signé quelques travaux pour le moins immersifs et emblématiques. Commissionné par les Américains, il livre ici une œuvre hors du temps et paradoxalement délicieusement obsolète qui invite à la découverte et surtout au voyage et à l’imaginaire...

Pour ce premier album intitulé Tales Of Othertime, Stormkeep a souhaité pousser son concept un petit peu plus loin qu’à l’accoutumé. On appréciera ainsi tout le soin apporté au packaging d’une version digipack particulièrement immersive que je me réjouis d’ailleurs d’avoir acheté avant qu’elle ne soit complètement sold out (1000 exemplaires écoulés en moins de trois semaines). Outre le fourreau découpé, gravé et numéroté qui laisse entrevoir une partie du travail de monsieur Edwards, on a le plaisir de retrouver à l’intérieur un très chouette livret avec les paroles et quelques photos imprimées sur un papier de qualité ainsi qu’une grande carte détaillée d’Elda, monde fantastique et médiéval sortie de l’imagination des membres de Stormkeep et qui va servir de terrain de jeu à tous ses personnages et à leurs aventures. Et ce n’est pas tout puisqu’en guise de bonus, Stormkeep nous gâte également d’un deuxième CD intitulé Lost Relics sur lequel on va pouvoir trouver six compositions instrumentales inédites permettant de poursuivre l’immersion dans ce monde de dragons, de sorciers, de combats à l’épée, de magie et autres châteaux imprenables...

Album de saison s’il en est, Tales Of Othertime est la suite tout à fait logique, bien que plus aboutie, de l’excellent Galdrum. Sans surprise, ce premier essai longue durée conserve donc en ligne de mire ces pierres angulaires qui à leur manière et avec leurs spécificités ont façonné en leur temps ce sous-genre qu’est le Black Metal symphonique et médiéval. Un style quelque peu tombé en désuétude au milieu des années 2000 mais qui depuis maintenant quelques temps connaît un véritable regain d’intérêt. Si chacun tracera ses propres parallèles, difficile de ne pas penser à Emperor, Dimmu Borgir, Dissection, Abigor, Obtained Enslavement, Limbonic Art et tous ces groupes de la grande époque à l’écoute de ces six compositions dont deux superbes instrumentaux ("The Citadel" et "An Ode To Dragons"). Si Stormkeep n’a donc strictement rien inventé (à l’exception de cet univers servant de base centrale à ses contes et autres aventures), il faut bien avouer que cela n’a aucune espèce d’importance puisque ce n’est pas du tout ce qu’il faut retenir de Tales Of Othertime et de son Black Metal élégant, racé et aristocratique.
En effet, ce qui frappe surtout à la découverte de ce premier album ce sont tous les progrès réalisés par Stormkeep depuis la sortie de Galdrum qui pourtant à l’époque avançaient déjà de sérieux argument. De cette production soignée aux ambitions largement revues à la hausse (plus propre et plus ronde, elle offre en effet davantage de puissance ainsi qu’un aspect conquérant pour le moins évident) à ces compositions un poil plus harmonieuses et aventureuses (richesses des idées, transitions soignées, apport mélodique encore un petit peu plus marqué), il ne fait effectivement aucun doute que les Américains ont cherché à élever leurs intentions dans le but de frapper un grand coup. Si le traitement réservé au packaging laissait déjà admiratif d’un certain travail et d’une réelle volonté d’élaborer de bout en bout un projet qui n’appartiendrait qu’à eux, c’est bien à l’écoute de ces compositions que tout cela prend un sens.
Toujours aussi généreux, Stormkeep s’exprime une fois de plus à travers de longues compositions où les idées et les séquences s’enchainent avec une homogénéité telle que tous ces titres affichés à plus de huit minutes semblent finalement n’en durer que quatre ou cinq tout au plus. De cette générosité découle également une véritable richesse qui donne lieu à des compositions particulièrement variées et captivantes. Car même si l’album est empreint d’une dynamique qui pourrait donner le sentiment d’un disque mené pied au plancher de bout en bout, Stormkeep n’est cependant pas du genre à ne jamais relever la tête. Aussi, outre toutes ces accélérations et autres passages menés tel un cavalier en pleine charge ("The Seer" à 0:56, 4:41 et 7:36 et "The Serpent’s Stone" à 0:30, 2:41 et 4:34 marqués tous les deux par ces fulgurances dignes d’un Emperor de la grande époque, "A Journey Through Storms" à 1:19 et 9:53, "Eternal Majesty Manifest" à 0:15 et 4:01...), l’auditeur est invité également à se délecter de nombreux moments plus nobles, élégants et mélodiques qui vont apporter énormément de relief et de profondeur au Black Metal épique, médiévale et symphonique de Stormkeep. Des instants plus ou moins fugaces où les ardeurs de chaque musicien laissent place à des séquences d’une grandeur et d’une éloquence aristocratiques qui émerveillent autant qu’elles forcent le respect. Ceux-ci passent par un très grand travail mélodique que Stormkeep a pris soin de peaufiner et qui est certainement ici l’un de ses plus grands atouts. De ces nombreuses nappes de synthétiseurs qui vont venir habiller chaque compositions plus ou moins discrètement (l’introduction de "The Seer" puis par bribes à 0:56 ou lors de ce break à partir de 4:24, "The Citadel", les premières mesures de "A Journey Through Storms" qui n’est pas sans rappeler un certain Dimmu Borgir, "The Serpent’s Stone" et sa mélodie d’introduction presque guillerette et sautillante, "Eternal Majesty Manifest", etc) à ces sonorités médiévales (clavecin, harpe...) qui entretiennent une atmosphère délicate d’un autre temps ("The Citadel", le break de "A Journey Through Storms" à 4:22, "An Ode To Dragon") à ces voix mélodiques tantôt prophétiques tantôt menaçantes ("The Seer" à 6:54, "A Journey Through Storms" à partir de 9:24 sous forme de nappes, celles plus inquiétantes en entame de "The Serpent’s Stone" puis plus loin à 2:32 et surtout à 3:51, "Eternal Majesty Manifest" à 6:04), ces quelques solos racés ("The Seer" à 5:46 et 7:52, "A Journey Through Storms" à 3:00, 6:32 et 7:24, la dernière partie de "The Serpent’s Stone") en passant par tout un tas d’arrangements plus ou moins discrets (la guitare acoustique sur l’introduction de "The Seer") et autres samples judicieusement disposés afin d’apporter de la matière et du contexte à l’ensemble ("The Citadel" et ses bruits de charrette, de chevaux et d’oiseaux, les combats à l’épée faisant rage au début de "Eternal Majesty Manifest"), les éléments ne manquent pas pour se laisser embarquer, tel un livre que l’on dévore, dans l’univers imaginaire de Stormkeep.

Avant de conclure cette chronique, évoquons tout de même les cinq compositions instrumentales de Lost Relics pour lesquelles ne j’ai malheureusement pas beaucoup d’informations à vous partager. Si cet intitulé laisse entendre qu’il s’agit de compositions oubliées dans les profondeurs d’un terrible donjon humide et obscur, il y a fort à parier qu’il s’agit surtout de titres composés en parallèle de ceux figurants sur Tales Of Othertime. Conduits à coup de nappes de synthétiseurs, de clavecins, d’instruments à cordes et à vent (synthétiques) et autres samples, ces titres vont offrir à l’auditeur la possibilité de rester immergé dans les terres lointaines d’Elda. Un voyage d’une vingtaine de minutes aux atmosphères plus ou moins variées puisque si globalement ces quelques titres possèdent une aura empreinte de Fantasy, de magie et de toutes ces images imaginaires qui gravitent autour (dragons, châteaux, sorciers, chevaliers, paysages fantastiques et improbables...), on note néanmoins quelques changements de tons d’un titre à l’autre. Si "Through Decayed Corridors" possède quelque chose d’inquiétant, "Obsidian Wyvern Gates" offre quant à lui des sonorités plus fières et conquérantes alors que sur "Drýcræft II" l’atmosphère se fait plus diffuse, etc. Aussi assez peu clients d’albums composés uniquement de ce genre de titres, je dois bien reconnaître qu’une fois de plus le travail effectué par Stormkeep permet de plonger corps et âmes dans cet univers fantastique et ainsi prolonger la voyage entamé avec l’excellent Tales Of Othertime. Court EP varié et toujours aussi immersif, Lost Relics fait naturellement office de parfait petit compagnon à ce premier album et offre ainsi la possibilité de faire durer le plaisir le temps de compositions où chacun pourra laisser vagabonder son imagination au gré de ses propres références.

Un an après l’excellent Galdrum qui pourtant ne souffrait d’aucun véritable défaut, Stormkeep vient mettre un sacré coup de pression à tous ceux qui ont redonné au genre ses lettres de noblesses ces dernières années avec des albums pourtant particulièrement solides (on pense à Vargrav, Ringarë, Warmoon Lord, Faustian Pact, Gardsghastr et j’en passe…). Une chose est sûre, malgré le poids de certaines références absolument évidentes tout au long de ce premier album (Emperor et Dimmu Borgir en tête), les Américains ont su trouver avec Tales Of Othertime le moyen d’exprimer pleinement leur personnalité et leur univers. Sans surprise, celui-ci se glisse parmi les plus belles réalisations de l’années. Un disque d’une très grande maturité, aussi varié qu’homogène, dynamique et plein de reliefs, aux sonorités à la fois radicales, grandioses et immersives dans lesquelles en dépit des écoutes successives (plutôt bon signe) il est toujours aussi agréable de se perdre et de voyager. Oui, en effet, bravo messieurs, vous n’avez pas volé vos lauriers...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
12/01/2022 18:59
Funky Globe a écrit : Froid. Cet album me laisse froid. Je ne retrouve pas du tout la magie des 90's. Il n'y a rien de novateur que ce soit dans le son ou les compos. Tout respire de déjà-vu.

Je passe encore mon tour sur un disque hyper hypé, sûrement à raison, mais bon...


Tu n'es pas le seul à avoir ce constat, j'ai du mal à saisir la hype autour de cet album et, parfois, je me demande si les gens ont déjà écouté les deux premiers albums de Limbonic Art.
Funky Globe citer
Funky Globe
11/01/2022 18:14
Froid. Cet album me laisse froid. Je ne retrouve pas du tout la magie des 90's. Il n'y a rien de novateur que ce soit dans le son ou les compos. Tout respire de déjà-vu.

Je passe encore mon tour sur un disque hyper hypé, sûrement à raison, mais bon...
Dantefever citer
Dantefever
15/12/2021 13:30
note: 9/10
Jean-Clint a écrit : Très bien fait et ne tombe jamais dans le kitch mais après plusieurs écoute je trouve qu'il manque un truc supplémentaire pour y adhérer totalement, au contraire d'un VARGRAV plus direct mais finalement plus redoutable.

Sur le fond je suis d'accord, mais je surnote un rien Stormkeep parce que je le trouve plus créatif, là où Vargrav est plus scandaleusement accrocheur pour la bonne raison qu'il est à la limite du plagiat d'Emperor
Jean-Clint citer
Jean-Clint
15/12/2021 12:59
note: 7.5/10
Très bien fait et ne tombe jamais dans le kitch mais après plusieurs écoute je trouve qu'il manque un truc supplémentaire pour y adhérer totalement, au contraire d'un VARGRAV plus direct mais finalement plus redoutable.
Dantefever citer
Dantefever
15/12/2021 12:35
note: 9/10
Tuerie, ya pas d'autre mot.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Stormkeep
Black Metal
2021 - Ván Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (7)  8.64/10
Webzines : (1)  8.67/10

plus d'infos sur
Stormkeep
Stormkeep
Black Metal - 2017 - Etats-Unis
  

tracklist
Tales Of Othertime
01.   The Seer  (09:16)
02.   The Citadel  (03:10)
03.   A Journey Through Storms  (11:25)
04.   The Serpent's Stone  (08:13)
05.   An Ode To Dragons  (02:45)
06.   Eternal Majesty Manifest  (08:20)

Lost Relics
01.   Through Decayed Corridors  (04:08)
02.   Obsidian Wyvern Gates  (06:05)
03.   Drýcræft II  (04:02)
04.   Dragonfire In The Nightsky  (06:29)
05.   Epilogue  (02:10)

Durée : 66:30

parution
19 Novembre 2021

voir aussi
Stormkeep
Stormkeep
Galdrum (EP)

2020 - Ván Records
  

Essayez aussi
Katharsis
Katharsis
Fourth Reich

2009 - Norma Evangelium Diaboli
  
Forsmán
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)

2021 - Ván Records
  
Fustilarian
Fustilarian
All This Promiscuous Decadence

2021 - Amor Fati Productions
  
Ende
Ende
The God's Rejects - Demo MMVIII (Démo)

2015 - Cold Dark Matter
  
Krieg
Krieg
Transient

2014 - Candlelight Records
  

Album de l'année
Cenotaph
Precognition to Eradicate
Lire la chronique
Dordeduh
Har
Lire la chronique
Pillars Of Ivory
The Biblical Scripturez (Co...
Lire la chronique
Wiegedood
There’s Always Blood At The...
Lire la chronique
Telluric Effluvium
Dissolution of the Threefol...
Lire la chronique
Pombagira
Baron Citadel
Lire la chronique
Occulsed
Crepitation Of Phlegethon
Lire la chronique
Wombbath
Agma
Lire la chronique
Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique