chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
177 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cenotaph - Precognition to Eradicate

Chronique

Cenotaph Precognition to Eradicate
Il aura cette fois-ci fallu moins longtemps à Cenotaph pour accoucher d'un nouvel album après le très bon Perverse Dehumanized Dysfunctions en 2017 qui avait laissé un gap de sept ans entre lui et le goûtu Putrescent Infectious Rabidity. Pourtant, l'indéboulonnable Batu Çetin ne s'était pas rendu la tâche facile en remaniant intégralement le line-up de la formation, incluant en plus des membres étrangers. Si le Turc Eren Pamuk a rejoint le combo à la basse, ce sont en effet le Français Mattis Butcher (Darkall Slaves) et le Suisse Florent Duployer (Anachronism, Kakothanasy ...) qui sont venus compléter l'équipe respectivement à la guitare et à la batterie. Pas des manchots les gars, et j'étais assez excité à l'idée d'entendre le fou furieux Helvète derrière les fûts sur ce Precognition to Eradicate sorti en octobre dernier sur le jeune label français Tentacles Industries qui après Diabolic se permet de signer un autre vétéran estimé de la scène death metal.

Brillamment illustré par le Japonais Delic Saike dont le travail donnait lui aussi bien envie (sans problème la pochette la plus réussie de la discographie des Ottomans), Precognition to Eradicate ne diffère pas beaucoup de son prédécesseur malgré le ravalement de façade quasi intégral. On reste sans surprise dans le brutal death à l'américaine entre Disgorge pour l'aspect le plus gras et bourru et Defeated Sanity pour la partie plus tarabiscotée, quoique la balance penche ici plus vers le bourrinisme exacerbé. Et comme sur Perverse Dehumanized Dysfunctions, le combo ankariote s'est offert un son maousse costaud qui colle au mur et donne à sa musique peu finaude la force de frappe nécessaire pour atteindre sa cible.

Mission accomplie ! Cenotaph fait ici preuve d'une efficacité indéniable, notamment grâce à ce côté mur du son allié à la barbarie auditive qui fait de Precognition to Eradicate un gros exutoire assez jouissif. Une gageure car si l'on y regarde d'un peu plus près, la musique du quartette s'avère tout sauf facilement assimilable. Les changements de rythme n'arrêtent pas, les harmoniques sifflées stridentes pleuvent comme sur un album de Malignancy, les riffs ne sont pas toujours simples à discerner dans le vacarme ambiant, la basse frétille dans tous les sens comme une écrevisse au-dessus d'une casserole d'eau bouillante, les vocaux entre yaourt et gargouillis de Batu Çetin restent inaudibles même si mine de rien il varie un peu ses éructations, et le batteur pilonne à tout-va (je plains sa femme !), enchaînant les cassures rythmiques à la fois rapides (beaucoup de blast-beats en rafales très courtes) et techniquement exigeantes, sans toutefois montrer autant d'influences jazzies que ses prédécesseurs Lille Gruber et Alican Erbaş au jeu similaire. On a un peu l'impression d'un déballage de plans sans queue ni tête avec une recette identique et donc monotone sur tous les morceaux, les rendant peu dissociables les uns des autres. Les nombreuses livraisons de gras aux riffs huileux moins véloces et plus simplistes casées un peu partout apportent toutefois un groove putride bienvenu. Et les quelques schémas plus lents, sombres et parfois dissonants ("Anomalous Necrotic Breed" à 1'47, début de "Recombinant Extraterrestrial New Form" et à 2'25 puis 3'05, "Isolation Turned into Cannibalism" à partir de 3'06, démarrage de "Into the Septic Molecular New Form" et en fin de parcours sur un sample cyber) permettent elles d'aérer un minimum. Quoique l'ambiance oppressante, angoissante et suffocante suggérée n'aident pas vraiment à décompresser. 

En dépit de ces défauts presque inhérents au style, soyons clairs, cela fonctionne très bien ! Le but ici n'est pas de composer une musique facile d'accès avec couplet/refrain et des riffs dont on peut fredonner la mélodie sous la douche, mais de tirer dans le tas au bazooka pour faire le plus de victimes. Tout juste le groupe effectue-t-il quelques shoots localisés pour achever l'agonie des rares survivants. Et dans cette entreprise de démolition à grande échelle, ce septième album de Cenotaph se révèle tout à fait performant sur une demi-heure rondement menée, durée parfaite pour le genre qui au-delà deviendrait vite gavant. Si je garde une préférence pour Perverse Dehumanized Dysfunctions que je considère comme le meilleur disque des Turcs, le bien-nommé Precognition to Eradicate s'impose donc comme une nouvelle preuve de la bonne santé des vétérans, toujours au top malgré les problèmes de line-up et ce après presque trente ans de carrière. Quelle brutalité, quelle production, quelle maîtrise, quelle technique (ce batteur !) ! Ce n'est pas pour rien que Cenotaph reste un de mes groupes de brutal death préférés. Une valeur sûre dans un style sclérosé avec lequel j'ai de plus en plus de mal. C'est quand même autre chose que toutes ces merdes aux pochettes colorées ornées de monstruosités dégueulasses qui se ressemblent toutes et qui inondent les distros spécialisées comme Sevared Records ou Comatose Music !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
29/01/2022 12:21
note: 8/10
Heureusement que je vous ai écouté quand il est sorti, parce que vu cette pochette naze, j'aurais fait l'impasse... Bovin et jouissif, sans temps mort, un mur du son.
Ander citer
Ander
26/01/2022 09:17
note: 7.5/10
T'as bien résumé la bête, effet mur de son surprenant au début qui vrille les tympans mais en baissant un tantinet le son ça passe tout seul.

Un cran en dessous pour moi du précédent (côté section rhythmique surtout) mais avec un line-up renouvelé au 3 quart (avec des gros doutes sur le gratteux), c'est presque miraculeux!

Faudrait que je me penche un peu plus sur les deux premier opus du combo, ça l'air de riffer avec un peu plus de retenu mais ça rend le tout plus mémorable.
AxGxB citer
AxGxB
25/01/2022 13:26
note: 8.5/10
Album particulièrement efficace qui effectivement peut donner mal à la tête mais évite néanmoins de tomber dans bien des travers. Bref, chouette !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cenotaph
Brutal Death
2021 - Tentacles Industries
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Cenotaph
Cenotaph
Brutal Death - 1993 -
  

tracklist
01.   Anti-Pathogenic Morbid Incubation  (04:23)
02.   Progeny of Embryonic Congenital Malformations  (03:08)
03.   Anomalous Necrotic Breed  (02:57)
04.   Virus Induced Dehumanization  (02:37)
05.   Recombinant Extraterrestrial New Form  (03:46)
06.   Isolation Turned into Cannibalism  (04:07)
07.   Precognition to Eradicate  (03:11)
08.   Pandemic Bacterial Reverse Mutation  (03:35)
09.   Into the Septic Molecular New Form  (02:52)

Durée : 30:36

line up
parution
13 Octobre 2021

voir aussi
Cenotaph
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfunctions

2017 - Sevared Records
  
Cenotaph
Cenotaph
Putrescent Infectious Rabidity

2010 - Sevared Records
  

Essayez aussi
Visceral Throne
Visceral Throne
Omnipotent Asperity

2012 - Brutal Bands
  
Suffocation
Suffocation
... Of The Dark Light

2017 - Nuclear Blast Records
  
Defeated Sanity
Defeated Sanity
Passages Into Deformity

2013 - Willowtip Records
  
Arkaik
Arkaik
Reflections Within Dissonance

2010 - Unique Leader Records
  
Wormed
Wormed
Krighsu

2016 - Season Of Mist
  

Terror
Pain Into Power
Lire la chronique
Sentient Horror
Rites Of Gore
Lire la chronique
Soul Blind
Third Chain (EP)
Lire la chronique
Clarent Blade
Return Into Forever
Lire la chronique
Zdań
Pakuty
Lire la chronique
Move
Freedom Dreams (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus
Mend (EP)
Lire la chronique
Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique