chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vomit The Soul - Cold

Chronique

Vomit The Soul Cold
Si chez certaines formations l’attente de nouveauté finit par être interminable (n’est-ce pas DISGORGE ?!) chez d’autres au contraire rien ne presse, tant on sent qu’elles n’ont pas grand-chose à offrir de plus… et encore tout cela fonctionne si entre-temps on ne les a pas complètement oubliées, chose qui arrive fréquemment pour beaucoup de noms de seconde zone. On peut dire facilement cela de VOMIT THE SOUL qui depuis le pataud « Apostles Of Inexpression » n’avait absolument plus rien sorti depuis douze ans, une éternité à l’heure de la grande mode du single digital (qui permet à ses créateurs de montrer qu’ils sont toujours en vie, en attendant de revenir avec un format plus long). Après avoir été mise en sommeil durant une décennie l’entité du binôme Maurizio Orsanigo/Max Santarelli s’est remise en marche cette année (complétée par l’arrivée d’un nouveau bassiste) et est bel et bien décidée à en découdre sans pour autant changer son fusil d’épaule, tant sa musique reprend les choses où elles étaient restées à l’époque. Evoluant toujours dans un Death brutal aux accents Slam le trio va balancer pendant un peu plus d’une demi-heure la suite de son précédent opus, sans que l’ensemble n’y gagne en accroche comme en densité vu qu’on va avoir l’impression durant tout le disque d’avoir affaire au même morceau… un défaut récurrent dans ce genre si balisé et saturé.

Il ne va pas falloir longtemps pour s’apercevoir de tout cela, tant les premières secondes de « Cold » vont donner le ton du reste de cet album en proposant un mélange régulier de tabassage intensif et passages lourds en mode xxl à la noirceur suffocante, aidés en cela par un chant profond où le porc à l’agonie n’est jamais bien loin. Lambda à l’extrême et d’un classicisme à toute épreuve ce titre d’ouverture montre un combo qui maîtrise ses instruments et dont le son ressort parfaitement du fait d’une production légèrement granuleuse et naturelle, où chacun d’entre eux se fait entendre et notamment la basse chaude qui amène un supplément bienvenu. Car si tout cela est agréable et énergique ça montre quand même rapidement certaines limites du fait d’une certaine répétition des plans, et ce malgré une durée d’à peine plus de trois minutes chrono. Heureusement d’ailleurs que chacune des compositions ne s’éternise pas en longueur (ça ne va jamais au-delà des quatre minutes et demi) car sinon il aurait été certain que nombre d’auditeurs auraient fini par décrocher en chemin, au lieu de cela ça reste cohérent et relativement attractif à défaut d’être mémorable et mémorisable. En effet on va avoir déjà l’impression de recyclage dès la plage suivante (« Irreversible Damnation ») qui lui ressemble beaucoup dans la construction générale, avec cependant quelques passages propices au headbanging bien foutus et sympathiques, à défaut de plus… ce qui sera toujours supérieur à ce qui va suivre où l’ennui va être flagrant. En effet avec les hermétiques, linéaires et redondants « Unchained From The Reflection » et « Mausoleum Of Ineptitude » on va avoir la sensation que ceux-ci durent une plombe (et ne veulent jamais se terminer), et qu’ils sont en mode pilotage-automatique tout en ayant été écrits à l’arrache au moment d’entrer en studio. Un constat que l’on fera plus loin dans l’écoute avec les monotones « The Lost Aurea » et « Venerable No-One » où la brutalité et les passages pachydermiques se côtoient en bonne intelligence, sans pour autant que cela captive au-delà d’un cercle restreint de fans peu exigeants.

Heureusement au milieu de tout cela « Prelude To Nothing » tire son épingle du jeu par son dynamisme plus présent et un bassiste qui se lâche en mettant son instrument sur le devant de la scène de façon plus intense, amenant de fait un supplément d’âme au milieu des variations typiques. Sans toucher au génie (loin de là) le résultat est cependant plus intéressant et accrocheur même si ça reste standardisé à outrance et totalement sans surprises, constat identique pour l’agréable et groovy « Wordless Litany » à la violence plus conséquente à l’instar de la conclusion « Deprivation Of The Soul » qui mise sur la radicalité plus marquée dans un sens comme dans l’autre, créant une densité supérieure qui termine correctement les débats.

A l’instar de leurs compatriotes de DEVANGELIC les Lombards signent donc une réalisation quelconque et loin d’être indispensable (totalement dans la lignée de ces précédentes), qui sans être aussi naze que celles pondues par nombre d’avatars venus de Russie est trop limitée et basique pour qu’on en retienne quelque chose. Tout cela viendra donc à coup sûr grossir les rangs des disques et combos de deuxième division, condamnés à errer dans le milieu de tableau de cette catégorie où se trouvent les trois acolytes. Du coup ça n’était franchement pas la peine de revenir après aussi longtemps pour enregistrer un long-format où la passion est toujours là mais sans aucune folie, d’ailleurs c’est sans doute également le ressenti de son label qui bien que l’ayant gardé sur son catalogue en a fait une promotion minimale. Comme quoi il vaut mieux parfois ne pas essayer de revenir aux affaires, tant les come-back ratés et inutiles ont pullulé ces derniers temps sans qu’on y retrouve l’aura originel pour les meilleurs, ou une tentative hasardeuse voire désespérée d’accrocher le bon wagon pour les autres… et à ce petit jeu les transalpins sont clairement sur ce second point.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vomit The Soul
Slam/Brutal Death Metal
2021 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Vomit The Soul
Vomit The Soul
Slam/Brutal Death Metal - 2000 - Italie
  

tracklist
01.   Cold
02.   Irreversible Damnation
03.   Unchained From The Reflection
04.   Mausoleum Of Ineptitude
05.   Prelude To Nothing
06.   Wordless Litany
07.   The Lost Aurea
08.   Venerable No-One
09.   Deprivation Of The Soul

Durée : 33 minutes

parution
12 Novembre 2021

voir aussi
Vomit The Soul
Vomit The Soul
Apostles Of Inexpression

2009 - Unique Leader Records
  

Essayez plutôt
Wormhole
Wormhole
The Weakest Among Us

2020 - Lacerated Enemy Records
  
Gortuary
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament

2018 - Amputated Vein Records
  
Abominable Putridity
Abominable Putridity
In The End Of Human Existence

2007 - Lacerated Enemy Records
  
Crepitation / Kastrated / Ingested
Crepitation / Kastrated / Ingested
North-West Slam Fest (Split-CD)

2007 - Grindethic Records
  
Parasitic Extirpation
Parasitic Extirpation
Knee Deep In Disease (EP)

2008 - Autoproduction
  

Cenotaph
Precognition to Eradicate
Lire la chronique
Dordeduh
Har
Lire la chronique
Pillars Of Ivory
The Biblical Scripturez (Co...
Lire la chronique
Wiegedood
There’s Always Blood At The...
Lire la chronique
Telluric Effluvium
Dissolution of the Threefol...
Lire la chronique
Pombagira
Baron Citadel
Lire la chronique
Occulsed
Crepitation Of Phlegethon
Lire la chronique
Wombbath
Agma
Lire la chronique
Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique