chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
139 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Wombbath - Agma

Chronique

Wombbath Agma
Après avoir pondu en 2020 ni plus ni moins que deux albums complets mais à l’attractivité toute relative, revoilà le quintet de retour à peine un an après le mitigé « Tales Of Madness » avec son quatrième long-format depuis 2018, un record dont son auditoire se passerait volontiers tant qualitativement ça ne cesse de décliner. Toujours aussi productif le combo signe ici l’œuvre la plus longue de toute sa carrière avec pas moins de seize (!) morceaux pour soixante-douze minutes de musique, ce qui sur le papier a de quoi alimenter les craintes tant on est en droit de se dire qu’une fois encore les Suédois confondent vitesse et précipitation. Et malheureusement il faut bien avouer que ce nouveau cru ne va guère relever l’intérêt pour le groupe qui s’enfonce de plus en plus vers les limbes de la troisième division du genre, et ce malgré un début d’opus particulièrement réussi où l’on a cru durant son premier tiers à une amélioration notable.

Car son démarrage va se faire sur les chapeaux avec le furibard et intense « The Law Of Everything » où la pression et le tabassage vont être prépondérants et portés par un groove imparable comme on ne l’espérait plus l’entendre chez ses géniteurs, et qui prouvent que quand ils lâchent les chevaux et se sortent les doigts du cul arrivent encore à écrire des titres déchaînés et ultra-accrocheurs. Ceci va être confirmé directement après coup via le très bon et toujours bien varié « At The Giant’s Feet » où passages rapides et écrasants se mélangent habilement et offrent une furieuse envie de remuer la nuque, pour là-encore prouver que le début de cette galette est diablement efficace, et ce même si le mitigé « The Seventh Seal » qui enchaîne juste après montre des plans rampants mais vite répétitifs… qui servent de préambule à la chute à venir. Mais en attendant après ce petit coup de mou c’est le très agréable « Inquisition Reborn » qui est mis à l’honneur et se montre également très réussi (notamment via l’apport d’ambiances légèrement Thrash des plus agréables), tout comme le redoutable « Blindly They Follow » à la brutalité plus affirmée et à la diversité de tous les instants, qui amène une densité et une puissance supplémentaire aidée par une inspiration retrouvée.

Mais malheureusement une fois ce bon départ terminé les choses vont sérieusement se gâter à cause d’un criant manque d’inspiration et d’une baisse de tempo préjudiciable, où les gars vont franchement s’endormir et faire piquer un roupillon à leur auditoire qui n’en avait franchement pas besoin. Car l’arrivée du monotone et ennuyeux « A World Of Destruction » (à la durée largement excessive) va signer un long passage à vide rédhibitoire, vu qu’entre le linéaire et répétitif « Misantropi Och Förakt » et l’emmerdant « Breathe In The Flames » (qui ne décolle jamais) il n’y a rien de nouveau à se mettre sous la dent… hormis ce violon joué par le guitariste Thomas von Wachenfeldt. Si celui-ci nous en avait déjà fait entendre avec parcimonie sur les deux précédentes réalisations il s’est ici carrément lâché mais cela ne s’est pas fait sans heurts, il suffit d’écouter le raté « The Age Of Death » pour en être convaincu tant le rendu y est dégueulasse. Entre effets sonores synthétiques très moches conjugués aux excès du violoniste qui en fait des caisses (on est plus proche de Catherine Lara que de Niccolò Paganini) tout ceci est juste infâme, d’autant plus avec des plans à rallonge qui n’en finissent pas. Si l’efficace et classique « Oh Fire Of Hate » permet de retrouver un semblant d’intérêt, à l’instar du mélodique « In Decay They Shall All Fester » (où des arpèges acoustiques se font entendre et amènent une touche de tristesse) différent du reste et franchement sympathique, le dernier tiers va lui aussi être d’un ennui sans nom.

En effet que ce soit le déséquilibré « Divine Pain », le court et redondant « The Dead And The Dying », l’interminable « Departure From The Light » (qui contient pourtant de bons passages), le chiantissime « Scorned Existence » et le radical « On A Path Of Repulsion » où là-encore l’envie d’aller titiller Renaud Capuçon se révèle être une très mauvaise idée (tant ça gâche l’ambiance générale qui pourtant partait pour le mieux dans un déferlement de violence). Du coup pas grand-chose à sauver une fois encore dans cette livraison même si on y a cru quelques minutes avant de sacrément déchanter, la faute aussi à des abus de rythmiques bridées pachydermiques qui ne sont qu’une vaste redite sur la longueur, et on aurait aimé qu’ils appuient plus fréquemment sur l’accélérateur tant ils sont bien meilleurs quand ils jouent à fond la caisse. Sans en être au niveau affligeant d’un SIX FEET UNDER il serait quand même bon pour les nordiques de se poser des questions sur leur avenir, sur la façon de (re)faire un bon disque, et aussi de penser à prendre le temps de la réflexion au risque pour eux de perdre le peu de crédibilité qu’il leur reste. Car il leur ait désormais indispensable de revenir à une musique plus directe et sans fioritures tant celle-ci a perdu tout intérêt ou presque, à force de synthétisme et d’effets sonores de mauvais goût, vu que même les fans les plus acharnés ont fini par rendre les armes à contre-cœur tant ils sont résignés et dégoûtés.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Mitch citer
Mitch
21/01/2022 21:20
note: 5/10
Ah ouais ! Pour une fois que tu es plus sévère que moi. Clin d'oeil
Tout pareil, 16 chutes de studio (avec quelques timides passages prenants) impossible à tenir.
J'attends le Gods Forsaken !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wombbath
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (3)  9.06/10

plus d'infos sur
Wombbath
Wombbath
Death Metal - 1990 - Suède
  

tracklist
01.   The Law Of Everything
02.   At The Giant's Feet
03.   The Seventh Seal
04.   Inquisition Reborn
05.   Blindly They Follow
06.   A World Of Destruction
07.   Misantropi Och Förakt
08.   Breathe In The Flames
09.   The Age Of Death
10.   Oh Fire Of Hate
11.   In Decay They Shall All Fester
12.   Divine Pain
13.   The Dead And The Dying
14.   Departure From The Light
15.   Scorned Existence
16.   On A Path Of Repulsion

Durée : 72 minutes

line up
parution
31 Décembre 2021

voir aussi
Wombbath
Wombbath
Choirs Of The Fallen

2020 - Soulseller Records
  
Wombbath
Wombbath
Tales Of Madness

2020 - Transcending Obscurity
  
Wombbath
Wombbath
The Great Desolation

2018 - Soulseller Records
  
Wombbath
Wombbath
Downfall Rising

2015 - Pulverised Records
  

Essayez plutôt
Act Of Impalement
Act Of Impalement
Perdition Cult

2018 - Unspeakable Axe Records
  
Autopsy
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)

2017 - Peaceville Records
  
Grimfist
Grimfist
Ghouls Of Grandeur

2003 - Century Media Records
  
Purgatory
Purgatory
Ωmega Void Tribvnal

2016 - War Anthem Records
  
Bodyfarm
Bodyfarm
Dreadlord

2019 - No Dust Records
  

Terror
Pain Into Power
Lire la chronique
Sentient Horror
Rites Of Gore
Lire la chronique
Soul Blind
Third Chain (EP)
Lire la chronique
Clarent Blade
Return Into Forever
Lire la chronique
Zdań
Pakuty
Lire la chronique
Move
Freedom Dreams (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus
Mend (EP)
Lire la chronique
Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique