chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
178 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pombagira - Baron Citadel

Chronique

Pombagira Baron Citadel
Au commencement était le son. Un son vibrant, bourdonnant, d’une force à craquer les éléments et les remodeler. Un son que Pombagira aura pris le temps de magnifier, faisant de son doom d’amplifier worship l’argile-même, l’élément premier où pratiquer son alchimie. Un son qui n’est pas que « lourd », « monumental », « mammouthesque » ou que sais-je encore comme mots qu’on ne lit que trop souvent comme des qualités en elles-mêmes et entraînant chez moi un drone personnel fait de bâillements… Mais un son qui ondule, malaxe, fait de nos tympans un monde, un son anesthésiant et lysergique, Big Bang à la découverte puis lente transformation de la matière.

Puis vint le Verbe. Le Verbe fait Riff, où Pombagira déploie ses incantations. Ici se situe la différence avec les précédentes œuvres du duo Carolyn et Pete Hamilton-Giles, The Crooked Path et Black Axis Abraxas ayant déjà ce pouvoir sonore à l’état de balbutiement et de bégaiement là où Baron Citadel déclame avec limpidité. Il y a de quoi s’interroger durant cette longue heure cyclique et minimaliste, faisant sienne une austérité typiquement doom où l’absence de variation devient pourtant oscillation, nuance, recherche d’un ailleurs foisonnant. Le psychédélisme vaudou dont se réclame les Anglais, le Baron Samedi créant sa citadelle au prosélytisme implacable, fonctionne malgré tout dès les premières secondes de « Causeway Charred » pour ne plus nous lâcher. Enveloppant de sa tessiture grave, il emmène avec lui au sein du monde des morts, le feeling comme réanimateur, une batterie pulsant de vie avançant d’un pas tranquille et enfiévré à a fois.

Au Verbe succéda le sentiment, né car nommé. Un sentiment d’engourdissement des sens, de totale sujétion, le craquement de la terre devenant celui de nos émotions, érosion du corps et remuement de l’esprit. Il est toujours complexe d’expliciter ce que créé en nous une musique hypnotique, ce qui se passe entre l’avant et l’après, ces rites séquencés et dont on ressort avec une impression de changement. Ce passage que Pombagira rend une fin en soi contient cependant ses propres évènements marquants, tel que les passages soulful du morceau-titre, « Seals of Grace » et « Corporeal Altar », les amplifications s’éloignant au profit d’une méditation où l’émoi devient un guide. Une sensibilité blues s’affiche alors clairement, semblable à ce qu’on retrouvera dans les œuvres suivantes du duo (Maleficia Lamiah et Flesh Throne Press). Une preuve tangible – si rare dans ce qui s’apparente à un tour de magie aux ficelles indétectables – de la beauté de ce disque-ci, la voix rageuse de Pete exprimant alors une force impassible, souveraine, remuant l’extérieur aussi bien que l’intérieur.

Au sentiment s’est alors supplanté la pensée. Celle que Pombagira n’a clairement pas eu le succès qu’il mérite, relativement anonyme au sein d’une scène où d’autres ritualistes de son temps ont profité d’une meilleure lumière (Om, Suma, Bongripper…). Certainement, quatre titres vénérant autant un doom excessif, monotone, ne s’adressent pas à tout le monde (ils me perdent moi-même par instant). C’est pourtant le monde que convoque Baron Citadel, un monde qu’il créé de lui-même, où les convertis ne pourront s’échapper qu’à sa toute fin tant sa régularité se trouve aussi dans l’excellence de sa musique. Un pic dans la discographie particulière des Anglais qui, après une redite frôlant l’inutile (Iconoclast Dream) iront dans une direction autrement délicieuse avec Maleficia Lamiah. Manière de dire que Baron Citadel est, dans son optique, difficilement dépassable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pombagira
Amplifier Worshipping Doom
2010 - Black Axis Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Pombagira
Pombagira
Psychedelic Rock / Doom Metal - 2006 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Causeway Charred  (08:32)
02.   Baron Citadel  (08:18)
03.   Seals of Grace  (24:43)
04.   Corporeal Altar  (29:04)

Durée : 70:37

line up
parution
24 Août 2010

voir aussi
Pombagira
Pombagira
Maleficia Lamiah

2013 - Black Axis Records
  
Pombagira
Pombagira
Iconoclast Dream

2011 - Black Axis Records / Mordgrimm
  
Pombagira
Pombagira
Flesh Throne Press

2015 - Svart Records
  

Terror
Pain Into Power
Lire la chronique
Sentient Horror
Rites Of Gore
Lire la chronique
Soul Blind
Third Chain (EP)
Lire la chronique
Clarent Blade
Return Into Forever
Lire la chronique
Zdań
Pakuty
Lire la chronique
Move
Freedom Dreams (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus
Mend (EP)
Lire la chronique
Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique