chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
184 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Third Eye Rapists - Hets Mot Allt

Chronique

The Third Eye Rapists Hets Mot Allt (EP)
Né en 2012 des cendres de Morbid Insulter, The Third Eye Rapists est un duo suédois mené par P. Psilocin (chant, guitare) et A. AIDS (batterie), deux gus dont les pseudonymes laissent peu doute quant à leur immense connerie. Ces garçons furent bien accompagnés d’un bassiste en la personne de Daniel Jonsson (Zombified) mais cette collaboration fut cependant de courte durée (2014-2015). Aussi depuis ses premiers pas il y a maintenant dix ans, le groupe s’est montré modérément actif avec les sorties entre 2014 et 2017 de deux EPs et d’une démo dont on attend toujours la suite encore aujourd’hui. Si le tour de Magicians Of The Holocaust et de Deathtrip Transcendence viendra avec une chronique de la compilation du même nom éditée il y a deux ans par Amor Fati Productions, on va essayer de faire les choses proprement en nous intéressant aujourd’hui à la toute première parution des Suédois, un EP de dix-sept minutes intitulé Hets Mot Allt.

Paru en 2014 sous la forme d’une édition cassette limitée à 88 exemplaires (je vous ai dit que les garçons n’avaient pas l’air d’avoir fait Science-Po ou alors dans une version PMU au rabais), celui-ci sera réédité dès l’année suivante avec un artwork revu et corrigé pour l’occasion. Il faudra attendre 2017 pour voir le label suédois Shadow Records (Funeral Mist, Lifvsleda, Malign, Marduk, Ultra Silvam…) s’intéresser de nouveau à ce EP et nous offrir une version vinyle digne de ce nom (avec là encore un nouvel artwork à la clef signé David Herrerias (Akhlys, Antichrist, Irkallian Oracle, Wrathprayer...)). Pour célébrer cette nouvelle itération, The Third Eye Rapists choisira d’y ajouter deux morceaux inédits, "Ecstatic Molestation" et une relecture du titre "Worshipper Of The Ultimate Funeral" (d’où le "(MMXII)") qui, et c’est à n’y rien comprendre, ne trouveront pas place sur l’édition CD proposée début 2020 par Dybbuk Records (Atomicide, Morbus Chron, Slaughtbbath...). (edit : en fait si, seulement ni Metal Archives ni Discogs ne sont à jour sur le sujet puisqu'il a fallu que je reçoive ma copie pour m'apercevoir qi'ls étaient tous les deux dans l'erreur).

Si le duo donne l’image d’une formation peu subtile, c’est parce que The Third Eye Rapists produit une musique qui ne l’est absolument pas. Le groupe s’adonne en effet à la pratique d’un Black Metal chaotique et foutraque rappelant pas mal celui d’un groupe comme Katharsis mais avec une inclinaison Punk / Rock’n’Roll nettement plus prononcée, notamment lors de ces solos bordéliques dispensés ici ou là ou bien encore lors de quelques accélérations moins radicales. Ainsi à défaut de transpirer Satan par tous les pores de la peau, la musique des Suédois évoque davantage la pisse, l’héroïne et les salles de shoot cradingue baignant dans une lumière blanche fragile et aveuglante... Une vision peu reluisante d’une réalité mise ici en musique pour le plus grand bonheur de tous les détraqués et autres dégénérés qui lisent ces pages…
Servi par une production particulièrement abrasive, les cinq titres de ce EP ne font pas vraiment dans la dentelle. Si "Intro" (surtout) et "Outro" (déjà moins) vont tous les deux calmer le jeu en comparaison du bazar servi sur "Black Sphere Messiah", "Worshiper Of The Ultimate Funeral" et "Void Penetration", c’est surtout parce que P. Psilocin à choisi de ne pas y pousser de gueulante puisque pour le reste c’est essentiellement le couteau entre les dents que le duo suédois mène son rafiot moisie. Pour cette entrée en matière pour le moins tonitruante, The Third Eye Rapists ne s’embarrasse donc d’aucune fioriture et livre une musique dangereuse et particulièrement intense qui en dépit de quelques moments moins sous tension ("Black Sphere Messiah" à 1:11 et 1:44, les premières secondes de "Worshiper Of The Ultimate Funeral" ou un petit peu plus loin à 1:23, "Void Penetration" à 1:11) n’en reste pas moins extrêmement agressive pour autant. Et c’est justement ce côté particulièrement corrosif, déglingué et jusqu’au-boutiste qui rend cette formule aussi jouissive. Une recette ultra-régressive qui ne s’apprécie ni pour sa finesse, ni pour ses nuances et encore moins pour son originalité mais justement parce qu’elle réveille en nous nos instincts les plus vils et les plus primitifs.

Les deux titres bonus proposés sur l’édition vinyle de ce premier EP marchent sans surprise dans les pas de ces cinq précédentes compositions. Déjà parce que l’un de ces deux morceaux est une version revisitée du titre "Worshipper Of The Ultimate Funeral" ensuite parce The Third Eyes Rapists n’est pas le genre de groupe à changer son fusil d’épaule pour ajuster un tant soit peu sa formule. Du coup, hormis cette production encore plus agressive et dégueulasse qu’auparavant (le groupe en fout littéralement partout, se souciant peu d’être systématiquement dans le rouge), on va retrouver ce même Black Metal toujours aussi bruyant et déglingué. Un Black Metal qui ne manquera pas de vous faire saigner les tympans. Pour être honnête, malgré les secondes supplémentaires qui ne sont finalement dû qu’à une introduction en mode Dungeon Synth / Retro Gaming, je ne vois pas grandes différences entre "Worshiper Of The Ultimate Funeral (MMXII)" et sa version originale mais bon peu importe car la branlée est une fois encore au rendez-vous et ne fait que renforcer le sentiment de frustration lié à ce silence radio opéré depuis maintenant cinq longues années...

Absolument pas là pour rigoler ni faire de la figuration, The Third Eye Rapists livre avec Hets Mot Allt un premier EP particulièrement abrasif qui ne devrait pas manquer de distribuer quelques secousses bien senties à ceux qui aiment se faire malmener en long, en large et en travers. Naturellement, le groupe n’invente rien mais son goût pour la débauche et la bagarre font de ces dix-sept minutes (ou vingt-cinq si vous préférez opter pour la version améliorée de ce EP) un pur moment de bonheur malveillant et agressif. Bref, en dix mots comme en cents, c’est la putain de branlée !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
12/05/2022 14:13
Petite mise à jour concernant la version CD proposée par Dybbuk qui embarque bien les titres proposés sur l'édition LP de 2017...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Third Eye Rapists
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
The Third Eye Rapists
The Third Eye Rapists
Black Metal - 2012 - Suède
  

formats
  • K7 / 2014 - Autoproduction
  • Vinyl / 2017 - Shadow Records
  • CD / 2020 - Dybbuk Records

tracklist
01.   Intro  (02:44)
02.   Black Sphere Messiah  (03:21)
03.   Worshiper Of The Ultimate Funeral  (03:08)
04.   Void Penetration  (04:03)
05.   Outro  (04:06)
06.   Ecstatic Molestation (Bonus Track)  (03:55)
07.   Worshipper Of The Ultimate Funeral (MMXII) (Bonus Track)  (03:50)

Durée : 25:08

line up
parution
6 Avril 2014

Essayez aussi
Funeral
Funeral
Catacumbas

2021 - Depressive Illusions Records / Murder Records / Nocturnal Silence
  
Cénotaphe
Cénotaphe
Monte Verità

2020 - Ossuaire Records
  
Skáphe
Skáphe
Skáphe²

2016 - I, Voidhanger Records
  
Brouillard
Brouillard
Brouillard

2018 - Transcendance
  
Pure
Pure
Seeds of Despair

2021 - Obscure Abhorrence Productions / Satanath Records
  

Terror
Pain Into Power
Lire la chronique
Sentient Horror
Rites Of Gore
Lire la chronique
Soul Blind
Third Chain (EP)
Lire la chronique
Clarent Blade
Return Into Forever
Lire la chronique
Zdań
Pakuty
Lire la chronique
Move
Freedom Dreams (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus
Mend (EP)
Lire la chronique
Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique