chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Big Scenic Nowhere - The Long Morrow

Chronique

Big Scenic Nowhere The Long Morrow
« The Long Morrow » débute sur un malentendu. Alors qu’elle ne comporte que 5 titres, cette quatrième livraison depuis les débuts de leur univers stoner étendu (« Dying On The Mountain », 2019) se présente comme un nouvel album, quand bien même les géniteurs de « Lavender Blues » nous jouent la carte du recyclage sur … « Lavender Bleu ». Ajoutez à cela un déséquilibre patent dans le tracklisting, le titre éponyme émargeant au-delà des 19 minutes et rien que sur ces deux aspects, on pourra tiquer sur l’emballage de la chose. Qu’à cela ne tienne me direz-vous, tant que ça joue !

C’est bien là que le bas blesse. Au-delà d’une forme questionnable, sur le fond, BIG SCENIC NOWHERE déçoit quelque peu avec une poignée de titres moins aboutis qu’à l’accoutumée, l’habituel quatuor Gary Arce/Bob Balch/Tony Reed/Bill Stinson n’étant rejoint par Reeves Gabrels (THE CURE, DAVID BOWIE) et Per Wiberg que sur « The Long Morrow ». Où l’on retrouve enfin l’ivresse de longues chevauchées électriques baignées de claviers d’un autre âge, boostées par quelques réjouissantes parties de twin guitars. De la répétition de motifs rythmiques ou mélodiques renait in extremis la magie de premiers enregistrements se nourrissant de caméos plus nombreux et variés, BIG SCENIC NOWHERE semblant resserrer les rangs autour, pour la première fois, d’un noyau dur persistant. Très à l’aise sur le format longue durée (« Lavender Blues » et « Dying On The Mountain » marquaient déjà les esprits), les Américains se montrent ici bien plus ordinaires dès lors que l’étau se resserre, l’efficace « Defector (Of Future Days) » étant encore ce qu’il y a de meilleure dans une première partie de programme par trop anonyme. On regrettera notamment l’absence de chant féminin pour contrebalancer les lignes de chant parfois un peu répétitives de Tony Reed. Sauvé par sa pièce centrale, « The Long Morrow » aurait donc gagné à changer de format. Un bon E.P. vaut mieux qu’un album moyen !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Big Scenic Nowhere
Heavy/Stoner/Desert rock
2022 - Heavy Psych Sounds Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  8.25/10

plus d'infos sur
Big Scenic Nowhere
Big Scenic Nowhere
Heavy/Stoner/Desert rock - 2019 - Etats-Unis
  

écoutez
tracklist
01.   Defector (Of Future Days)
02.   Murder Klipp
03.   Lavender Bleu
04.   LeDü
05.   The Long Morrow

Durée : 36:56

line up
parution
14 Janvier 2022

voir aussi
Big Scenic Nowhere
Big Scenic Nowhere
Lavender Blues (EP)

2020 - Heavy Psych Sounds Records
  
Big Scenic Nowhere
Big Scenic Nowhere
Vision Beyond Horizon

2020 - Heavy Psych Sounds Records
  

Terror
Pain Into Power
Lire la chronique
Sentient Horror
Rites Of Gore
Lire la chronique
Soul Blind
Third Chain (EP)
Lire la chronique
Clarent Blade
Return Into Forever
Lire la chronique
Zdań
Pakuty
Lire la chronique
Move
Freedom Dreams (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus
Mend (EP)
Lire la chronique
Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique