chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
185 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Necrom - All Paths Are Left Here...

Chronique

Necrom All Paths Are Left Here...
Il y’a parfois des disques dont la date de sortie peut être vue comme un signe divin ou du destin (c’est selon), on ne compte plus effectivement ceux qui ont été publiés soit après la séparation pure et simple de ses créateurs ou le décès de l’un d’entre eux. Sauf que parmi ces possibilités on n’avait pas eu le cas d’une entrée en guerre et c’est cela qui rend aujourd’hui l’arrivée du premier album de NECROM si particulière, vu que sous ce nom qui sent bon le Death Suédois bien rétro et graisseux se cache un quatuor originaire de Kharkiv… en Ukraine. Du coup il est évident que cet opus prend une saveur spéciale de par le contexte national comme par la violence qui s’en dégage vu que les membres de l’entité ne sont pas là pour rigoler, il faut dire qu’on y retrouve en son sein toute une belle brochette de vieux briscards locaux dont la réputation n’est plus à faire. Car si le line-up a pas mal bougé depuis sa création en 2018 il a vu défiler autour de son fameux leader Varggoth (NOKTURNAL MORTUM)… Roman Saenko (DRUDKH, HATE FOREST) et Khaoth (KHORS) - remplacés depuis par Astargh (ex-camarade au sein de sa formation phare) et Lev Kurgansky (HORROR GOD). Autant dire que tout cela a fière allure sur le papier, et le moins que l’on puisse dire c’est que le rendu va être à la hauteur des espoirs engagés. Si tous ces mouvements ont été une des causes de la longue attente de ce long-format elle aura eu le mérite de voir les compositions être peaufinées à l’extrême et offrir ainsi presque trois quart-d’heure de gros son HM-2, où l’on retrouve pour l’occasion trois titres tirés de l’Ep de 2019 être réenregistrés avec les membres actuels.

Ceux-ci ont d’ailleurs gagné en puissance et en graisse sans y perdre en attractivité (ça sent l’hommage permanent aux deux premières livraisons culte d’ENTOMBED), tant leur diversité rythmique se montre toujours ultra-efficace et a permis aux musiciens de se faire la main et trouver exactement leur style du côté de l’écriture. On va en effet entendre sur les plages inédites une continuité dans la droite ligne de celles plus anciennes, difficile effectivement de ne pas avoir une suite à « Food For Worms » dans le tout aussi varié « Fathers Will Feasts », qui reprend le même schéma entre des passages enlevés rapides d’obédience Punk-Crust situés au début et à la fin avant que ne se greffe en son centre des parties rampantes au groove imposant, et qui suinte l’humidité par tous les pores. Cet effet de mimétisme va continuer ensuite sur le long et froid « Dagon » assez ressemblant à « The Oldest Horror », où ça n’hésite pas à ralentir pour renforcer le côté inquiétant via l’apport de nappes de claviers glaciales et obscures où retentissent les cloches sonnant le glas, pour un résultat global assez dense où tout le panel de jeu des Slaves est mis en avant. D’ailleurs tout du long l’homogénéité va être de mise tant ce tank musical ne va souffrir d’aucun moment de faiblesse, surtout en étant d’un dynamisme à toute épreuve porté par un groove contagieux qui donne autant l’envie de headbanger que se dandiner. Là-encore cela était prévisible vu que « The Light Has Never Been Here » ouvrait la voie reprise dorénavant par « The City The Old Ones Built » par une alternance généreuse entre passages rapides échevelés et mid-tempo ravageur, dont le côté instinctif et direct font mal aux cervicales même les plus solides.

Néanmoins les gars ne se sont pas uniquement contentés de reprendre ce qu’ils avaient déjà fait par le passé, vu qu’ils ont poussé leur coordination un peu plus loin sans pour autant s’éloigner de leur base Scandinave, et cela marche aussi bien quand ils poussent l’explosivité à son paroxysme autant que quand ils la brident au maximum. Car avec le très court et frontal « Tomahawk Of Bone » l’heure n’est pas à la négociation ni à la réflexion vu que ça joue vite et fort de façon continue et sans jamais ralentir, aidé en cela par une radicalité exacerbée et une primitivité redoutable car là techniquement c’est rudimentaire au possible et défoule comme il faut. Si le rendu est imparable celui offert sur « Templars Are Coming » et « The Woods Of Weird West » l’est tout autant, même si ici nulle trace d’accélérations ou excès de vitesse vu que c’est le bridage en règle qui est à l’honneur, afin d’alourdir une musique qui va clairement augmenter côté suffocation et obscurité. Point de violence exacerbée ici celle-ci étant contenu comme une cocotte-minute prête à exploser, qui démontre que sans en faire des caisses ni traînant en longueurs les vétérans locaux gardent leur force de frappe même en ralentissant la cadence. Cela permet ainsi de mettre la putridité et la noirceur encore plus en avant… à l’instar de ce son de claviers angoissant typiquement 80’s de « Walls Have Hands » qui sent bon les œuvres du regretté Wes Craven et des fameux « Contes de la crypte ».

Oubliant les intro et outro qui ne servent qu’à faire du remplissage cet enregistrement sans surprises se montre néanmoins particulièrement habile et sans concessions, ne faiblissant à aucun moment et gardant son accroche de la première à la dernière seconde. Si l’on pourra pinailler sur le fait qu’il est difficile de retenir un plan plus qu’un autre il fait peu de doutes qu’on passera un très bon moment à écouter cet ensemble cohérent et sans fautes de goût, qui ravira les fans de bon son à l’ancienne sans aucune prétention hormis celle faire passer un bon moment et de se vider la tête. Autant dire que vu la période troublée que traverse leur pays la musique proposée par les gars arrivera sans peine à donner encore plus de motivation et d’envie à leurs courageux compatriotes, avec cette boule guerrière remplie d’énergie qui nous renvoie vers les grandes heures du royaume de Suède - dont les couleurs jaune et bleu sont d’ailleurs les mêmes que celle du drapeau ukrainien. Tout sauf un hasard sans doute et un symbole de résistance héroïque au propre comme au figuré, qu’il convient de saluer et d’encourager avec force et panache.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necrom
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Necrom
Necrom
Swedeath - 2018 -
  

tracklist
01.   Dagon
02.   Fathers Will Feast
03.   Food For Worms
04.   The City The Old Ones Built
05.   The Oldest Horror
06.   Walls Have Hands
07.   The Light Has Never Been Here
08.   Templars Are Coming
09.   Tomahawk Of Bone
10.   The Woods Of Weird West

Durée : 45 minutes

line up
parution
25 Mars 2022

Essayez aussi
Feral
Feral
Flesh For Funerals Eternal

2018 - Transcending Obscurity
  
Feral
Feral
From The Mortuary (EP)

2016 - Cyclone Empire Records
  
Hatemonger
Hatemonger
The Vile Maxim (EP)

2021 - Redefining Darkness Records
  
Befouled
Befouled
Refuse To Rot

2018 - Great Dane Records
  
Organic
Organic
Where Graves Abound

2021 - Testimony Records
  

Terror
Pain Into Power
Lire la chronique
Sentient Horror
Rites Of Gore
Lire la chronique
Soul Blind
Third Chain (EP)
Lire la chronique
Clarent Blade
Return Into Forever
Lire la chronique
Zdań
Pakuty
Lire la chronique
Move
Freedom Dreams (EP)
Lire la chronique
Au-Dessus
Mend (EP)
Lire la chronique
Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique