chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
122 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Zdań - Pakuty

Chronique

Zdań Pakuty
Alors ça !!! Je n’en reviens toujours pas, mais je mets un 8.5/10 à cet album tout pourri ! 8.5 à cet album de sale raclure ! J’avais pourtant chroniqué le précédent en 2017 sur Thrashocore, et je lui avais donné un déjà correct 7.5/10. Alors qu’est-ce qu’il s’est passé pour que sa suite explose ainsi ? Eh bien c’est très simple : il m’a bien pris en traître ! SALIGAUD ! Moi, j’étais là, sur mon beau nouveau siège à naviguer sur le site du label japonais Zero Dimensional Records, et je m’apprêtais à faire une commande. Je regardais ce qu’il y avait à se mettre sous la dent en plus de l’album que j’avais l’intention de prendre, histoire d’amortir un peu les frais de port. C’est vrai quoi, je vais pas acheter un seul album à la fois, il faut toujours que j’essaie d’en prendre cinq au moins. Alors je feuillette, ou plutôt cliquette, sur la page Internet, et je trouve un split de groupes japonais que j’aime bien et dont je n’avais pas eu connaissance de sa sortie. Et puis je découvre qu’il y avait ce nouvel album des Biélorusses de ZDAN. Deuxième surprise du coup puisque lui non plus je n’étais pas au courant. Pire, après recherche je constate qu’il n’apparaît même pas sur Metal Archives, et pas même sur le Bancamp officiel du groupe. Il faut que j’aille sur leur page Facebook pour trouver un message posté le 8 février, le premier depuis le 27 juillet 2018, qui annonce :

« Сябры! Мы рады паведаміць, што рэліз нашага другога альбома адбудзецца 2 красавіка 2022 года на Японскім лэйбле Maa (Zero Dimensional). »

N’étant pas complètement incompétent, je vais sur Google Translate qui me traduit ça en : « Amis! Nous avons le plaisir de vous annoncer que la sortie de notre deuxième album aura lieu le 2 avril 2022 sur le label japonais Maa (Zero Dimensional). ». A ce point-là de l’histoire, je suis plus enjoué d’avoir une traduction qui ne veut pas dire n’importe quoi comme c’est souvent le cas avec Google Translate que d’avoir un nouvel album du groupe. Bah oui, je rappelle qu’il avait eu 7.5, donc pas une note incroyable qui rend fou d’impatience d’avoir une suite ! Mais bon, c’est tout de même une note qui pour Sakrifiss suffit pour qu’il achète le suivant, surtout donc pour compléter une commande... Je le mets donc dans mon panier, tout en me disant qu’il ne doit pas être excellent pour que personne n’en parle nulle part, et que même le groupe n’a pas jugé bon de refaire un message FB depuis la sortie. Et deux jours après, Pakuty arrive chez moi. Deux jours pendant lesquels, au lieu de me demander à quoi il allait ressembler, j’ai plutôt réfléchi à cette d’histoire de promo inexistante... « Et si c’est parce qu’il était biélorusse ? Ils ont encore accès aux réseaux sociaux ? Ou alors c’est que les Russes qui en sont privés ? Et d’ailleurs, il me semble que j’ai vu des Russes qui postaient sur Facebook, non ? Finalement ils peuvent ou ils peuvent pas ? ».

C’est encore en pensant à ce genre de choses sans véritable intérêt que je mets l’album. J’appuie sur lecture et je regarde le livret en même temps... Six titres. Pour combien de temps au total ? Ah, 48 minutes. Ça fait quoi ça... 8 minutes par titre en moyenne. OK... Bon, la musique a commencé, et tout de suite elle me fait replonger dans les ambiances du groupe... C’est toujours ce même dépressif ultra pleureur, qui mise beaucoup sur le pathos. Le line-up a pas dû changer... Un nouveau petit coup d’oeil au livret, zou. Ah tiens... Il ne reste plus qu’un seul des deux membres, et c’est Athame. En fait j’avais oublié que c’était une femme parce qu’elle fait les vocaux en plus des claviers et du piano et que son timbre ne trahit pas du tout son sexe. On dirait un gars qui hurle et pleure en même temps... Un timbre bien dépressif quoi... Ah, le deuxième morceau commence. C’est donc sans grand changement du coup. Même s’il y a un nouveau guitariste / bassiste (Morokh) et un véritable batteur (Aegnor) qui ont rejoint la dame, les ingrédients sont identiques. Très torturé, et porté musicalement par un piano très mis en avant. C’est pas mal. C’est pas fou mais je ne vais pas me plaindre d’avoir un groupe qui fait du vrai black dépressif, sans ajouter des parties blackgaze ou postblack. Bon, troisième morceau maintenant et donc le moment où la vitesse de croisière est atteinte. C’est là généralement qu’on décroche si la composition est trop proche des deux premières. OK, il commence bien. La voix, le piano, la douleur. Je pense déjà à la note que je mettrai lorsque je chroniquerai l’album, même si c’est bien trop tôt puisque c’est la première écoute. Sympa la petite mélodie au piano à 1:50. Un peu naïve comme toujours, mais elle a l’effet « boite à musique » qui arrive toujours à toucher en plein... OH ! OH ! OH PUTAIN... MAIS C’EST UN SAXOPHONE QUI ARRIVE A 3:11 ! Attends, je reviens !


Bon, j’ai dis que je revenais et me revoilà tout de suite pour toi qui lis la chronique, mais sache qu’il en est passé du temps depuis que j’ai lâché la phrase ci-dessus... Parce que ZDAN m’a tué ! A partir de cette 3ème piste, et jusqu’à la dernière, il place ce saxophone sans exception. Et qu’est-ce que c’est bien ! C’est un saxo moins pro que chez WHITE WARD, mais justement, il garde un côté maladroit particulièrement touchant. C’est sur « Nie Smiej Siabie Zabivać », le 4ème morceau, qu’il est le plus réussi. Il n’est pas utilisé tout le long des titres, mais plutôt comme s’il conversait avec le piano et les vocaux torturés. C’est une vraie discussion plaintive et désespérée entre ces trois éléments : la mélancolie du piano, la nostalgie du saxo, le désespoir de la voix... JE.. NE... M’Y... ATTENDAIS PAS !!! Et ça m’a renversé. Et pourtant c’est d’une simplicité totale... Je parlais de naïveté tout à l’heure, mais c’est tout à fait ça... Une naïveté parfaite pour une souffrance totale. Je suis cueilli et c’est plus fort que moi... je perds la raison. Car si j’arrivais à utiliser mon cerveau, je dirais que c’est facile de pondre des mélodies aussi simples et de souffler dans un instrument à vent des airs sans apparente complexité. Mais c’est bel et bien le coeur qui a été touché... Plusieurs écoutes après, l’effet est le même. Et je suis même poursuivi par les mélodies jouées par le saxophone jours et nuits. Elles me reviennent à l’esprit ces petites salopes !!! ZDAN... Tu m’as eu, petit salopiaud !!!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Zdań
Black Metal Dépressif
2022 - Zero Dimensional Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Zdań
Zdań
Black Metal Dépressif - Biélorussie
  

tracklist
01.   Daroha Ŭ Nikudy
02.   Smierć Sucišyć Bol
03.   Jak Žyć Dalej
04.   Nie Smiej Siabie Zabivać
05.   Hety Sviet Zvarjacieŭ
06.   Staryja Rany

Durée : 48:02

parution
2 Avril 2022

voir aussi
Zdań
Zdań
Svietlaja pamiac, viecny spakoj

2017 - Zero Dimensional Records
  

Essayez aussi
Vanhelga
Vanhelga
Längtan

2014 - Art Of Propaganda
  
Nocturnal Depression
Nocturnal Depression
Tides of Despair

2019 - Sun & Moon Records
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Torn Beyond Reason

2011 - Northern Silence Productions
  
Total Negation
Total Negation
Zeitzeuge

2015 - Temple of Torturous
  
F41.0
F41.0
Near Life Experiences

2013 - Empyre Music
  

Hats Barn
Y.a.HW.e.H
Lire la chronique
Runespell / Forest Mysticism
Wandering Forlorn (Split-CD)
Lire la chronique
Interview de MISGIVINGS pour l'album éponyme
Lire l'interview
Soldier - Tower
Mars Exulte! (EP)
Lire la chronique
Blut Aus Nord
Disharmonium (Undreamable A...
Lire la chronique
Misgivings
Misgivings
Lire la chronique
Le Black Metal en français... C'est mal ?
Lire le podcast
The Third Eye Rapists
Deathtrip Transcendence / M...
Lire la chronique
Sick Sinus Syndrome
Rotten to the Core
Lire la chronique
Scumslaught
Knives And Amphetamines
Lire la chronique
Bergsvriden
Gastkramad
Lire la chronique
Burying Place
In The Light Of Burning Chu...
Lire la chronique
Gauntlet Ring
Tyrannical Bloodlust
Lire la chronique
Disiplin
Disiplin (Rééd.)
Lire la chronique
Desecresy
Unveil In The Abyss
Lire la chronique
Dodsferd
Suicide and the Rest of You...
Lire la chronique
Somme
Prussian Blood (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
XX
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Wombspreader
Lire la chronique
Skaur
Reis te Haelvete
Lire la chronique
Somme
Somme (EP)
Lire la chronique
Shed The Skin
Thaumogenesis
Lire la chronique
Come to Grief
When the World Dies
Lire la chronique
Expression Of Pain
Expression Of Pain
Lire la chronique
Slipknot
We Are Not Your Kind
Lire la chronique
Destruction Ritual
Destruction Ritual (Démo)
Lire la chronique
Cult Of Luna
The Long Road North
Lire la chronique
Drudensang
Tuiflsrijtt
Lire la chronique
Shadow's Mortuary
Unohdettu Maa
Lire la chronique
Purgatory
Apotheosis Of Anti Light
Lire la chronique