chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
115 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sentient Horror - Rites Of Gore

Chronique

Sentient Horror Rites Of Gore
En à peine deux albums Matt Moliti et ses acolytes sont déjà devenus une valeur sûre de la scène Death old-school d’outre-Atlantique, tant celui-ci s’est donné dès le départ le moyen de ses ambitions en faisant appel au prolifique et réputé Dan Swanö pour le mastering (et qui ne tarit pas d’éloge sur le combo), appuyé par une écriture redoutable qui se bonifie à chaque sortie. Autant dire qu’on attendait beaucoup du successeur du monstrueux « Morbid Realms » publié il y’a deux ans et demi et qui avait fait l’unanimité, confirmant que l’œuvre du regretté Chuck Schuldiner est toujours aussi vivace et que le quatuor continue de la faire vivre de façon intense. N’ayant nullement changé son fusil d’épaule (mais y’en a-t-il vraiment besoin ?!) celui-ci a vu le retour en son sein du batteur Evan Daniele tout en reprenant les choses où elles en étaient restées, mais en se montrant néanmoins encore plus addictives et redoutables tant on sent une cohésion impressionnante entre chacun de ses membres qui font vivre leur musique avec panache, sans jamais trop en faire. Car à l’instar des précédentes sorties il ne va rien y avoir à reprocher à cette nouvelle livraison menée tambour battant et sans fautes de goût, qui sent toujours les années 80 à mort et se voit ponctuée régulièrement de moments de bravoure d’où émerge de façon plus flagrante certaines influences que l’on avait pu entendre de façon éparse sur les anciennes réalisations

En effet on avait remarqué sur l’Ep « The Crypts Below » que le groupe n’avait pas hésité à puiser son inspiration également du côté de la Suède, et sur ce nouveau chapitre il y est clairement retourné car outre une reprise fidèle de « Supposed To Rot » d’ENTOMBED le son bien grassouillet de Stockholm et Göteborg va apparaître directement d’entrée avec le redoutable « A Faceless Corpse » aux rythmes variés en continu. Jouant autant sur la vitesse que sur des passages plus lourds on retrouve la patte si caractéristique de L.G. Petrov autant que celle du frontman du New-Jersey, pour un mélange des genres impeccable et reconnaissable immédiatement notamment de par son groove constant et son sens de la mélodie toujours affirmé. D’ailleurs s’il lui est difficile de ne pas se répéter (tant certains plans et passages donnent l’impression légitime d’avoir été recyclés des précédents longs-formats), il réussit néanmoins le tour de force de rester crédible et de continuer à surprendre son auditoire tout en restant relativement balisé et sérieux. Car en écoutant les excellents « Obliteration Of Souls », « Rites Of Gore » et « The Grave Is My Home » on est totalement en présence de ce ressenti, où l’alternance rythmique constante sert de tremplin à des riffs et patterns sobres et directs, certes presque prévisibles dans leur façon d’être amenés mais qui font toujours mouche tant la mise en place fine et affûtée ne laisse pas le temps à la répétition de s’installer. Si le tempo est toujours mené la plupart du temps à cent à l’heure il sait néanmoins ralentir et varier suffisamment pour permettre des respirations bienvenues et indispensables, comme sur le très bon « Swamp Burial » qui sent bon le DEATH époque « Leprosy » (et même 80’s en général), porté par un entrain incandescent via du mid-tempo imparable et des passages bien massifs où le headbanging va être encore plus de rigueur. D’ailleurs si ici le génial et regretté guitariste était mis à l’honneur il va l’être également un peu plus loin sur le tout aussi bon « The Eyes Of Dread », qui outre être la plage la plus longue de ce cru 2022 nous envoie vers le versant ultime du musicien tant ça sent « The Sound Of Perseverance » à plein nez. Car la longue intro rampante et technique (tout comme l’outro à l’opposé) va lorgner vers ce disque testament de par notamment ces longs leads au milieu de parties putrides et écrasantes à la densité exacerbée et à la noirceur renforcée, mais sans y oublier les accélérations où émergent d’ailleurs des accents épiques idéals pour relancer la machine, et faire de cette composition une des plus sombres et abouties de la part de l’entité, et ce tous enregistrements confondus. Si la scène Suédoise a été citée plus haut on peut aussi parler de SLAYER qui a visiblement inspiré le combo sur « Splitting Skulls » dont le démarrage rappelle celui du mythique « Raining Blood » (via ses trois coups sur les toms de Dave Lombardo), avant que la machine ne s’alourdisse tout en gardant un sens du riff propre au binôme Hanneman/King… que l’on va retrouver sur le très Thrash « Till Death Do Us Rot » dont le phrasé autant que la radicalité aurait pu être joué et créé par le monstre Californien.

Offrant là-encore un disque résolument taillé pour la scène le gang signe sa meilleure sortie à ce jour et montre qu’il continue à se bonifier avec le temps, sans perdre sa ligne de conduite qui continue de s’affiner progressivement. Avec sa production très crue et presque live (qui rappelle celle de l’Ep de 2018) qui rend totalement justice au contenu proposé, SENTIENT HORROR continue son bonhomme de chemin en évoluant juste ce qu’il faut pour ne pas dérouter ses fans, tout en se réappropriant d’autres choses sans pour autant tomber dans le plagiat et la redite. Confirmant encore une fois qu’elle se trouve bel et bien au sommet de la hiérarchie du genre au pays de l’oncle Sam la formation ne laisse que peu d’espace à une concurrence nombreuse localement et à la qualité indéniable (BEAR MACE, SKELETAL REMAINS…), mais dont le classicisme pour le premier et l’évolution vers un côté plus moderne pour le second risque au final d’être trop juste pour emporter une totale adhésion. Point de ces problèmes ici tant la forme est optimum et où l’on sent qu’il y’a largement encore les moyens de surprendre et de faire mieux dans le futur… c’est tout ce qu’on peut espérer en tout cas vu que désormais les Américains font clairement partie du haut du panier local et international, et ce sûrement pour encore longtemps.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sentient Horror
Death Metal Old-School
2022 - Testimony Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Sentient Horror
Sentient Horror
Death Metal Old-School - 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   A Faceless Corpse  (04:11)
02.   Obliteration Of Souls  (03:44)
03.   Swamp Burial  (04:44)
04.   Rites Of Gore  (05:09)
05.   Splitting Skulls  (04:23)
06.   Descend To Chaos  (03:49)
07.   The Grave Is My Home  (05:18)
08.   Till Death Do Us Rot  (03:21)
09.   The Eyes Of Dread  (06:21)
10.   Supposed To Rot (Entombed Cover)  (02:04)

Durée : 43:04

line up
parution
22 Avril 2022

voir aussi
Sentient Horror
Sentient Horror
Ungodly Forms

2016 - Testimony Records
  
Sentient Horror
Sentient Horror
The Crypts Below (EP)

2018 - Testimony Records
  
Sentient Horror
Sentient Horror
Morbid Realms

2019 - Testimony Records
  

Hats Barn
Y.a.HW.e.H
Lire la chronique
Runespell / Forest Mysticism
Wandering Forlorn (Split-CD)
Lire la chronique
Interview de MISGIVINGS pour l'album éponyme
Lire l'interview
Soldier - Tower
Mars Exulte! (EP)
Lire la chronique
Blut Aus Nord
Disharmonium (Undreamable A...
Lire la chronique
Misgivings
Misgivings
Lire la chronique
Le Black Metal en français... C'est mal ?
Lire le podcast
The Third Eye Rapists
Deathtrip Transcendence / M...
Lire la chronique
Sick Sinus Syndrome
Rotten to the Core
Lire la chronique
Scumslaught
Knives And Amphetamines
Lire la chronique
Bergsvriden
Gastkramad
Lire la chronique
Burying Place
In The Light Of Burning Chu...
Lire la chronique
Gauntlet Ring
Tyrannical Bloodlust
Lire la chronique
Disiplin
Disiplin (Rééd.)
Lire la chronique
Desecresy
Unveil In The Abyss
Lire la chronique
Dodsferd
Suicide and the Rest of You...
Lire la chronique
Somme
Prussian Blood (EP)
Lire la chronique
Deathawaits
XX
Lire la chronique
Eggs Of Gomorrh
Wombspreader
Lire la chronique
Skaur
Reis te Haelvete
Lire la chronique
Somme
Somme (EP)
Lire la chronique
Shed The Skin
Thaumogenesis
Lire la chronique
Come to Grief
When the World Dies
Lire la chronique
Expression Of Pain
Expression Of Pain
Lire la chronique
Slipknot
We Are Not Your Kind
Lire la chronique
Destruction Ritual
Destruction Ritual (Démo)
Lire la chronique
Cult Of Luna
The Long Road North
Lire la chronique
Drudensang
Tuiflsrijtt
Lire la chronique
Shadow's Mortuary
Unohdettu Maa
Lire la chronique
Purgatory
Apotheosis Of Anti Light
Lire la chronique