chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
132 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sedimentum - Suppuration Morphogénésiaque

Chronique

Sedimentum Suppuration Morphogénésiaque
Si les Canadiens de Sedimentum se sont toujours montrés relativement actifs depuis leur formation en 2018 avec la parution de deux démos et deux splits en compagnie de Phobophilic et Total Isolation, beaucoup attendaient que le groupe québécois passe enfin aux choses sérieuses et nous revienne avec sous le coude une oeuvre un petit peu plus conséquente, digne cette fois-ci de marquer durablement les esprits sans craindre la frustration. C’est aujourd’hui chose faite (enfin presque) avec la sortie imminente (le 25 juillet) de Suppuration Morphogénésiaque. Aussi, après avoir déjà collaboré avec tout un tas de labels allant de Iron Bonehead à Rotted Life en passant par Seed Of Doom, Nihil et quelques autres encore, le groupe est allé récemment grossir les rangs de Me Saco Un Ojo et Memento Mori, deux structures particulièrement fiables que l’on ne présente plus et qui se chargeront de nous proposer tout cela dans les formats qui vont bien, de la cassette au vinyle en passant bien évidemment par le CD.

S’il y a donc de quoi s’enthousiasmer à l’idée de pouvoir enfin écouter le premier album des Canadiens, on peut également se réjouir que ces derniers aient fait appels au talentueux Brad Moore (Worm, Gatecreeper, Argus, Putrid Tomb, Morpheus Descends, Tomb Mold...) pour la réalisation de cette oeuvre cauchemardesque particulièrement réussie. À l’image de celle réalisée pour l’excellent Foreverglade paru l’année dernière, et qui soit dit en passant est l’une de mes préférées de ces dernières années, l’Américain laisse une fois de plus libre court à ses visions infernales où créatures difformes et absurdes peuplent des paysages désolés et menaçants. Bref, il ne m’en fallait pas davantage pour être particulièrement excité à l’idée de poser mes oreilles sur ces sept nouvelles compositions mises en boîte par David Lizotte (enregistrement) et Jack Moose (mixage, mastering). Deux noms qui ne vous parlent probablement pas beaucoup mais qui pour autant ne manquent pas d’expérience (outre une première collaboration avec Sedimentum dans le cadre de sa première démo, monsieur Jack Moose a également déjà collaboré ainsi quelques groupes du cru tels KickxAssxViolence, Mesrine ou encore Outre-Tombe).

Les deux hommes signent pour l’occasion une production naturelle mais néanmoins particulièrement abrasive qui confère à l’ensemble un côté toujours aussi délicieusement cradingue et rugueux (on notera tout de même que la batterie se fait désormais un peu plus discrète). Une production pleine d’aspérités et de caractère au service d’une musique putride et baveuse qui n’entend absolument pas bouleverser le petit monde du Death Metal mais simplement assoir un peu plus solidement la réputation des Canadiens dans ce microcosme qu’est la petite scène underground au sein de laquelle nous gravitons.
Sans surprise, on va retrouver tout au long de ces trente-huit minutes tout ce qui fait le charme de Sedimentum : de ce riffing sournois et menaçant alternant moments tarabiscotés, passages pesants et séquences nettement plus frontales à cette même variété de dynamiques avec notamment tout un tas de passages au groove particulièrement délicieux ("Krypto Chronique II" à 0:50, les premières et dernières parties de "Excrétions Basaltiques", "Funestes Manifestations" à 3:33, le début de "Nécromasse", "Supplice" à 2:09...), de moments plus sauvages (les accélérations menées tête dans le guidon de « Excrétions Basaltiques" à 0:44 ou 2:19 et "Suppuration Morphogénésiaque" à 2:24, "Nécromasse" à 2:37 ou bien encore les entames en fanfare de "Krypto Chronique II", "Funestes Manifestations" et "Un Grotesque Panorama"...) et à l’inverse de séquences nettement plus lourdes et pesantes ("Excrétions Basaltiques" à 1:23, "Nécromasse" à 0:51, les premiers tiers de "Suppuration Morphogénésiaque" et "Supplice", "Un Grotesque Panorama" à 2:01). Une formule qui n’a évidemment rien de très originale (l’influence de Demilich, même si elle n’est pas d’une évidence folle, n’en reste pas moins présente) et qui s’inscrit dans la lignée de ce que des groupes contemporains tels Cerebral Rot, Fetid, Krypts, Cryptworm ou bien encore Tomb Mold peuvent également proposer mais qui chez moi ne manque pas de faire mouche de manière systématique. D’ailleurs, à l’instar de ces derniers, Suppuration Morphogénésiaque est marqué lui aussi par ces mêmes atmosphères de mort qui viennent planer lourdement sur ces trente-huit minutes particulièrement faisandées. Atmosphères très justement sublimées par de nombreux solos et autres leads rendant encore un peu plus tangible cette menace qui pointe ici au détour de chaque riff, de chaque ligne de chant ("Krypto Chronique II" à 3:32, "Excrétions Basaltiques" à 2:11, "Suppuration Morphogénésiaque" à 4:49, "Nécromasse" à 3:43, "Un Grotesque Panorama" à 3:37). Enfin, et cela ne m’avait pas forcément sauté aux oreilles précédemment, on constate que le chant a sensiblement évolué depuis les titres de la démo vers quelque chose de plus dense, plus profond et rugueux. Une évolution positive puisque celui-ci a perdu de ce caractère un poil bovin que l’on pouvait ressentir à l’écoute de la démo de 2019 au profit de quelque chose de plus imposant et tout simplement mieux "fini".

Après toutes ces sorties certes convaincantes mais beaucoup trop courtes pour ne pas finir par frustrer l’auditeur assoiffé qui en veut toujours plus, nombreux étaient ceux qui attendaient de Sedimentum qu’il nous revienne les bras un peu plus chargé. C’est aujourd’hui chose faite avec l’excellent Suppuration Morphogénésiaque, un premier album qui, s’il ne réserve pas vraiment de surprises, devrait néanmoins ravir tous ceux étant déjà tombés sous le charme des Canadiens et de leur Death Metal putride et baveux chanté en français. Certes les références et autres parallèles demeurent relativement évident mais qui pourrait leur en tenir rigueur face à des titres aussi bien ficelés, à la fois variés et efficaces ? Pas grand monde (de sensé) à priori...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
14/08/2022 10:31
note: 8/10
Je suis tellement à la bourre avec Chaotian... J'ai la compilation et le EP deux titres à faire également. Il faut que je m'en charge oui... Ça va venir, promis Clin d'oeil
X-Death citer
X-Death
14/08/2022 10:06
note: 9/10
Un putin d'album ! Note un peu sévère mais je comprend, les démos ont placées la barre très haut.
En tout cas plus je l'écoute plus je l'aime, les riffs et autres leads me poursuivent toute la journée...

Sûrement mon album de l'année, même si le Chaotian me fait le même effet (à quand une chro' d'ailleurs ?) et que l'année ( le mois de septembre...) est encore bien chargée.

La pochette est magnifique.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sedimentum
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sedimentum
Sedimentum
Death Metal - 2018 - Canada
  

tracklist
01.   Krypto Chronique II  (04:43)
02.   Excrétions Basaltiques  (04:38)
03.   Suppuration Morphogénésiaque  (06:26)
04.   Funestes Manifestations  (04:55)
05.   Nécromasse  (04:55)
06.   Supplice  (07:21)
07.   Un Grotesque Panorama  (05:16)

Durée : 38:14

line up
parution
25 Juillet 2022

voir aussi
Sedimentum / Phobophilic
Sedimentum / Phobophilic
Horrific Manifestations (Split 7")

2020 - Rotted Life Records
  
Sedimentum
Sedimentum
Demo (Démo)

2019 - Autoproduction
  
Total Isolation / Sedimentum
Total Isolation / Sedimentum
Total Isolation / Sedimentum (Split 7")

2021 - Seed Of Doom Records
  

Essayez aussi
Hate Eternal
Hate Eternal
I, Monarch

2005 - Earache Records
  
Iron Flesh
Iron Flesh
Summoning The Putrid

2020 - Great Dane Records
  
Anatomia / Undergang
Anatomia / Undergang
Anatomia / Undergang (Split 10")

2017 - Me Saco Un Ojo Records
  
Seraphic Disgust
Seraphic Disgust
Rotting Manifestations (EP)

2021 - Headsplit Records / Nerve Agent / The Tower of Power
  
Obituary
Obituary
Inked In Blood

2014 - Relapse Records
  

Mourir
Disgrâce
Lire la chronique
Veštac
Ključ Na Nebu, Katanac U Moru
Lire la chronique
Megadeth
The Sick, The Dying... and ...
Lire la chronique
Innumerable Forms
Philosophical Collapse
Lire la chronique
Wayward Dawn
All-Consuming Void
Lire la chronique
Bloodbath
Survival of the Sickest
Lire la chronique
Allocer Wolfe
A Man Made for Nowhere
Lire la chronique
Horror Within
Awaiting Extinction (EP)
Lire la chronique
Karmic Void
Armageddon Sun (Démo)
Lire la chronique
Wyrms
Sarkhral Lumænor - La lueur...
Lire la chronique
Kommand
The Demos (Compil.)
Lire la chronique
Phobophilic
Enveloping Absurdity
Lire la chronique
Miasmes
Vermines (EP)
Lire la chronique
Undr
Undr (EP)
Lire la chronique
Bones
Sombre Opulence
Lire la chronique
Mystic Circle
Mystic Circle
Lire la chronique
Cathartic
Through The Abysmal Gates O...
Lire la chronique
Broyeur d'Enfance
Suicide social
Lire la chronique
Trucido
A Collection Of Self​-​Dest...
Lire la chronique
Mineral Reflectance
Des chemins de vie
Lire la chronique
Proudhon
Social Tympanum
Lire la chronique
Prieuré
Nos prières (EP)
Lire la chronique
Egggore / Pharmacist
Paranoid Personality Disord...
Lire la chronique
Nuit Macabre
Chapitre III - Odeur de mort
Lire la chronique
Plague Patrol
Demo 2021 (Démo)
Lire la chronique
Sale Freux
Le corbeau clandestin
Lire la chronique
Innumerable Forms
Punishment In Flesh
Lire la chronique
Heresie
Poésie Noire (EP)
Lire la chronique
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Spli...
Lire la chronique
European Tour MMXXII
Faceless Burial + Innumerab...
Lire le live report