chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
175 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cult Of Luna - The Long Road North

Chronique

Cult Of Luna The Long Road North
En parallèle du black metal, du death, des musiques « alternatives » comme l’ambiant, le dark folk, le doom jazz et bien d’autres encore, j’ai toujours eu un faible pour le post-rock/metal. Sans doute, inconsciemment, l’ai-je conçu, à tort ou à raison, comme le trait d’union entre tous ces genres, entre la rudesse du metal et l’amplitude de l’ambiant, entre la tension propre aux musiques extrêmes et les aspects aériens et décalés des sons alternatifs.

Dans cette quête de découvertes, Cult of Luna est passé bien vite dans mon radar avec Somewhere Along The Highway. L’étonnement puis l’envoutement furent total. Les bases du style, plus marquée que sur leurs précédents efforts, mieux abouties, plus ultimes, consacraient cet album comme l’une des pierres fondatrices du genre, comme l’un de ses chefs-d’œuvre. Si Salvation et l’éponyme étaient déjà des bijoux dans leur écrin, ils n’atteignaient pas encore, à mon sens, cet équilibre parfait entre violence, montée en puissance aérienne et plages de méditation quasi transcendantales. Vertikal et Dawn To Fear, derniers efforts spectaculaires, laissaient à penser que quoi que fasse Cult of Luna, le combo suédois n’échouerait jamais. A l’image de ces groupes incapables de sortir un album moyen, ne se repaissant que de l’ultime. The Long Road North confirme la règle.

Le fil rouge est le même, porté au firmament. Les très longues plages ambiantes sont omniprésentes, qui installent le climax propre au groupe, accompagnées / brisées / relancées par des riffs souterrains grondants et soutenues par des vocaux déchirés qui en appellent autant au désespoir qu’à la rage. Montés sur une structure prog’ classique, Cult of Luna inscrit The Long Road North dans la suite directe de Vertikal : des montées en tension hyper soignées, cotonneuses autant que menaçantes, qui débouchent sur une explosion qui doit autant au hardcore qu’au sludge (The Silver Arc, Blood Upon Stone). Tel un oiseau de cristal venant prendre son bain de plomb. Le contraste – cachet du groupe – est saisissant (Cold Burn et son départ lourd et martial avant un défoulement de mélodies aériennes). Il est connu ; il fait pourtant toujours effet.

Mais The long road North ne se réduit pas à ce seul schéma. D’une manière qui m’a paru assez nouvelle, Cult of Luna injecte dans son post une dose d’ambiant certaine, qui sert non seulement de fil conducteur mais aussi, plus nettement, de base musicale. Beyond I par exemple, qui clôt le premier tiers de l’album, apporte un final à cette première partie tout en finesse et délicatesse, la voix de Marianne Faithfull offrant un apaisement réel et une profondeur magique au titre. Comme un écho, Beyond II réalise la même action en toute fin d’album où cette fois-ci, le compositeur Colin Stetson plonge l’auditeur dans l’infini stellaire.

Au centre, Cult of Luna a placé sa pièce principale, An Offering to the Wild, dotées de près de 13 minutes de montée en tension, variant les textures – douce au début, plus menaçante par la suite – avant que le groupe ne déchaine un sludge mélodique et torturé du meilleur effet, arrondi par une basse gourmande au possible. Puissant, complexe et chargé en informations, ce morceau est central autant par la place qu’il occupe que par le basculement stylistique qu’il offre sur la seconde partie de l’album. Ainsi par exemple, Into the Night et Full Moon délivrent des respirations, des pauses aériennes plus apaisantes après une première partie d’album copieuse et dense. Into the Night adopte ainsi un ton langoureux, chaud et cotonneux, ample et profond à la fois, propre à l’apaisement. Même le titre éponyme adopte des tonalités différentes, qui débutent sur des accents folk, western, country folk mais avec un fond orageux, qu’on sent dégénérer au fur et à mesure qu’avance la structure.

Condensé de tout ce que le groupe engendre de meilleur, The Long Road North est aussi surprenant par les nouveautés qu’il introduit. Parfaitement structuré, doté d’un tracklist efficace, ce dernier album est de nouveau une très belle réussite. Qui en doutait vraiment ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Hallu citer
Hallu
28/06/2022 12:14
Moi ce qui m'avait gonflé dans Somewhere Along The Highway c'était les plans post-rock (arpèges de guitare vraiment cliché) et les chants clairs. C'était le cas typique du groupe de métal torturé et couillu qui se met à faire de la guimauve. Heureusement depuis quelques albums c'est moins le cas, l'équilibre est meilleur. Un truc qui j'aime bien chez eux et qui est sous utilisé c'est ces lignes de basse faites au synthé. Cette fois l'album débute par ça, avec un aspect industriel assez ravageur. Le son des grattes est en revanche un peu grossier, on dirait A Storm of Light. Leur son sur "The Beyond" était bizarrement bien meilleur, pour un truc qui a 20 ans...
AxGxB citer
AxGxB
19/06/2022 08:50
note: 8.5/10
Très chouette cuvée en effet Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cult Of Luna
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (5)  8.3/10

plus d'infos sur
Cult Of Luna
Cult Of Luna
Post-Metal - 1998 - Suède
  

tracklist
01.   Cold Burn  (09:41)
02.   The Silver Arc  (07:37)
03.   Beyond (I)  (03:07)
04.   An Offering To The Wild  (12:43)
05.   Into The Night  (06:58)
06.   Full Moon  (03:06)
07.   The Long Road North  (10:04)
08.   Blood Upon Stone  (11:39)
09.   Beyond (II)  (04:06)

Durée : 69:01

line up
parution
11 Février 2022

voir aussi
Cult Of Luna
Cult Of Luna
Vertikal

2013 - Indie Recordings
  
Cult Of Luna / Julie Christmas
Cult Of Luna / Julie Christmas
Mariner (Coll.)

2016 - Indie Recordings
  
Cult Of Luna
Cult Of Luna
A Dawn to Fear

2019 - Metal Blade Records
  
Cult Of Luna
Cult Of Luna
Somewhere Along The Highway

2006 - Earache Records
  
Cult Of Luna
Cult Of Luna
Eternal Kingdom

2008 - Earache Records
  

Exocrine
The Hybrid Suns
Lire la chronique
Cailleach Calling
Dreams of Fragmentation
Lire la chronique
Vektor
Black Future
Lire la chronique
Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique