chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
176 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Come to Grief - When the World Dies

Chronique

Come to Grief When the World Dies
Artwork de Paolo Girardi ; production de Kurt Ballou ; guest de Jacob Bannon… On ne va pas se mentir : ce premier essai tant attendu – par moi du moins – de Come to Grief sentait l’accident industriel. Une telle brochette de noms autrefois tendances et aujourd’hui usés ne pouvait que, chez ce groupe de vieux, faire craindre le coup de pompe, celui qui passe du délicieusement poussif sur un temps court – soit sur deux Eps, aussi inutiles qu’essentiels pour qui aime une certaine idée du sludge – au coma gênant lorsque arrive l’épreuve du longue-durée.

Verdict ? Malgré ces quelques choix inattendus, When the World Dies a bien quelques trains de retard… mais pour le meilleur ! Cela faisait un moment depuis la dernière rencontre avec un album de sludge aussi daté, cochant toutes les cases des années 90 sans pour autant sonner excessivement passéiste. Certes, on pourra bien accuser les suspects ici, la production sonnant un chouïa trop metal – sérieux, Billy Anderson n’était pas disponible pour magnifier ce feeling punk parcourant l’album ? –, l’illustration s’avérant aussi absurde que fade. Mais, étrangement, Come to Grief donne assez d’étoiles dans les yeux à cet ancien teigneux de Jacob pour qu’il y retrouve une verve carnassière inentendu chez lui depuis quelques années (sur « Bludgeon the Soul / Returning to the Void » particulièrement).

Mais assez parlé de cette constellation d’invités, mise en avant dans la promotion d’un disque qui scintille avant tout d’un talent certain de ses créateurs pour le sludge venimeux et faussement mollasson. Clairement, le nouveau Grief n’est pas à la hauteur de l’ancien et, une nouvelle fois, là n’est pas l’essentiel. Cherchons plutôt du côté de cette sensation d’entendre ici un des meilleurs albums de Fistula, époque Idiopathic s’il vous plaît, plutôt que dans la quête de la nouvelle saveur sick avant la prochaine. Tant de groupes faisant du long et lent stérile sur une vingtaine de minutes par titres, si peu hurlant ce blues acide de la fin qui vient… Come to Grief possède cette sensibilité depuis ses débuts et la conserve sur When the World Dies, le long de compositions aussi régressives que fortes en gueule quand il s’agit de nous a mettre à terre, à la manière du pédalage dans la semoule de « Devastation of Souls », l’envie de décoller sans y parvenir du morceau-titre (cette basse qui s’essaye au vol plané…) ou encore l’émotivité incandescente de ces soli – hard rock d’édenté se rêvant flamboyant.

Transpirer autant l’humilité et la conviction n’est pas chose aisée, particulièrement avec ce genre d’habillage – ceux qui trouveront que j’insiste auront raison : les sentiments d’avant écoute ont leur importance dans le jugement de celle-ci et il n’est pas rien de parvenir à ainsi les chambouler. Come to Grief n’a pas pour autre but que de chanter la mort de toutes choses ; il le fait cependant de sa manière propre, à la fois respectueuse d’une certaine tradition et personnelle. Il y a bien sûr cette voix, uniforme et excessive, glaireuse et cristalline dans ce qu’elle raconte, une voix étouffée par sa propre haine, rongée par la douleur. Mais il y a aussi cette volonté d’inscrire au marteau des riffs toujours au bord de s’empêtrer dans leur propre marche forcée et s’écrouler pour de bon, de nombreux passages renvoyant aux souvenirs délicieux de la mélasse dont Come to Grief tire son nom (« Scum Like You » notamment).

Malgré quelques timides sorties de route, When the World Dies reste un album dédié aux amateurs d’un sludge qui n’existe quasiment plus aujourd’hui, à ceux guettant chaque sortie de ce style avec l’avidité de la personne subissant un jeûne contraint. Ils trouveront ici de quoi les sustenter, l’album tournant régulièrement et avec facilité, l’indulgence envers des titres peu aventureux se faisant aisément. Sans esbroufe mais souvent avec réussite (on regrettera juste une fin de disque en dents de scie, cf. la trop longue « Death Can’t Come Soon Enough »), Come to Grief parvient une nouvelle fois à transmettre cette énorme sympathie qui faisait déjà le prix de The Worst of Times et Pray for the End.

Il va quand même falloir mieux choisir ses mauvaises fréquentations pour la suite…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Come to Grief
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Come to Grief
Come to Grief
Sludge - 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Our End Begins  (02:13)
02.   Life's Curse  (03:44)
03.   Scum Like You  (07:14)
04.   Devastation of Souls  (05:21)
05.   When the World Dies  (04:07)
06.   Bludgeon the Soul / Returning to the Void  (06:39)
07.   Death Can't Come Soon Enough  (08:38)

Durée : 37:56

line up
parution
20 Mai 2022

voir aussi
Come to Grief
Come to Grief
The Worst of Times (EP)

2017 - Fuck Yoga Records
  
Come to Grief
Come to Grief
Pray for the End (EP)

2020 - Grievance Records
  

Essayez aussi
Facedowninshit
Facedowninshit
NPON
(Nothing Positive, Only Negative)

2006 - Relapse Records
  
Slave Hands
Slave Hands
No More Feelings

2020 - Dry Cough Records / Sewer Prison / Gate of Deliria / Minor Obscure
  
Wort
Wort
Not Your Cup of Tea (EP)

2014 - When Planets Collide
  
Eyehategod
Eyehategod
In The Name Of Suffering

1990 - Intellectual Convulsion
  
Grief
Grief
Come to Grief

1994 - Century Media Records
  

Exocrine
The Hybrid Suns
Lire la chronique
Cailleach Calling
Dreams of Fragmentation
Lire la chronique
Vektor
Black Future
Lire la chronique
Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique