chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Shed The Skin - Thaumogenesis

Chronique

Shed The Skin Thaumogenesis
Réglé comme une horloge depuis ses débuts il y’a déjà plus d’une décennie, le combo de Cleveland a pris effectivement l’habitude de revenir tous les deux ans avec un nouvel opus, dans la droite ligne du précédent et au niveau global toujours relativement semblable. Car bien qu’il possède dans ses rangs quelques-uns des meilleurs vétérans locaux il lui a toujours manqué un truc pour vraiment devenir incontournable, tant il reste calé dans la deuxième division de son pays de par des disques trop lambda et monotones pour captiver sur la durée. Et à l’instar de ses prédécesseurs ce quatrième album va souffrir des mêmes maux habituels, et se montrer au final trop juste pour pouvoir espérer mieux que le relatif anonymat où se trouvent ses géniteurs.

En effet dès que va commencer « Ingress-Thaumogenesis » on va se rendre compte que rien n’a changé et que la musique du groupe souffre toujours de cette prévisibilité à outrance, vu que malgré les diverses variations proposées tout cela sonne déjà entendu par le passé chez eux et sans pour autant arriver à être plus accrocheur. Car même si techniquement c’est impeccable et que c’est bien en place (avec en prime quelques plans Thrash sympathiques – que l’on retrouvera notamment sur la plage suivante intitulée « She Of Urgarit ») c’est beaucoup trop vite répétitif et redondant pour captiver en profondeur, que ce soit quand le tempo est rapide comme lorsqu’il ralentit fortement. Effectivement le quasiment Doom « Invicible In Iron » n’échappe pas à la règle et ce bien qu’il soit beaucoup plus sombre et suffocant (porté par une rythmique largement bridée), tant tout cela se montre très vite pantouflard malgré la brusque accélération à sa fin… un constat partagé sur le trop long « Hounds Of Orrea » qui donne la sensation de ne jamais vouloir se terminer, bien qu’il montre plus d’alternance. Car à vouloir s’étirer inutilement tout cela s’embourbe et l’on vient presque à piquer du nez tant ça ne décolle pas, et ce même quand quelques explosions sismiques viennent sortir l’auditeur de sa torpeur, vu que même en mode explosif ça reste difficilement accrocheur. Preuve en est l’énervé « Quenched From Kapala » qui ne débande pas et reste à fond tout du long, mais ce qui aurait pu être sa force va être aussi sa faiblesse vu que la bassesse de l’écriture sur un morceau si primitif ressort de manière plus flagrante encore, et du coup on finit par réellement s’emmerder et avoir envie de passer rapidement à autre chose (comme avec la conclusion « Voces Mysticae Egress » qui aura du mal à retenir l’attention des derniers motivés encore présents à cet instant-là).

Pourtant même si on a été sévère jusque-là il faut bien avouer que l’on va quand même sortir de cette drôle d’impression qui domine depuis le début, via le très sympathique « Blades Of The Lightning Altar » au dynamisme contagieux et qui donne vraiment l’envie d’enfin se réveiller et de se bouger un peu. Si ça reste très standard et générique il faut cependant reconnaître qu’ici le résultat est intéressant et dénote dans cet océan d’ennui… qui à défaut d’être entièrement loupé est beaucoup trop plat pour captiver au-delà d’un cercle restreint de fans hardcore et peu regardants. Il y’a tout à parier malheureusement que c’est ce qui va arriver ici vu que malgré ses quelques coups d’éclat (beaucoup trop rares au demeurant) tout cela sera vite oublié dès qu’on sera arrivé à l’ultime seconde de ce disque, ni meilleur ni pire que ceux qui l’ont précédé vu qu’on a affaire juste à un vaste copier-coller de ce qu’ont fait ses créateurs auparavant. Pas un ratage intégral mais trop inégal pour émerger au milieu de la masse grouillante de sorties Death bientôt soldées sur les sites et bacs à disquaires, ce nouveau chapitre du gang de l’Ohio passera hélas tout aussi inaperçu que les trois autres et il y’a malheureusement fort à parier que ça sera le cas du suivant (si jamais il y’en a un), tant on sent que les gars ne comptent pas changer de recette bien… qu’elle soit loin d’être du meilleur goût, mais ça après tout c’est leur problème pas le nôtre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Shed The Skin
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Shed The Skin
Shed The Skin
Death Metal - 2011 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Ingress-Thaumogenesis
02.   She Of Urgarit
03.   Invincible In Iron
04.   Slaughtered In The Solar Eclipse
05.   Hounds Of Orrea
06.   Quenched From Kapala
07.   Blood Runs Red
08.   Blades Of The Lightning Altar
09.   Snow Forest Sacrifice
10.   Voces Mysticae-Egress

Durée : 36 minutes

line up
parution
27 Mai 2022

voir aussi
Shed The Skin
Shed The Skin
The Forbidden Arts

2020 - Hells Headbangers Records
  

Essayez plutôt
Toxaemia
Toxaemia
Buried To Rise: 1990-1991 Discography (Compil.)

2010 - Dark Descent Records
  
Riexhumation
Riexhumation
The Final Revelation Of Abaddon

2021 - Lavadome Productions
  
Escarnium
Escarnium
Interitus

2016 - Testimony Records
  
Cruciamentum
Cruciamentum
Engulfed In Desolation (EP)

2011 - Nuclear Winter
  
Decaying
Decaying
Devastate

2011 - Hellthrasher Productions
  

Exocrine
The Hybrid Suns
Lire la chronique
Cailleach Calling
Dreams of Fragmentation
Lire la chronique
Vektor
Black Future
Lire la chronique
Plague Years
All Will Suffer (EP)
Lire la chronique
Hexing
Welcome To Salem
Lire la chronique
Evergrey
The Atlantic
Lire la chronique
Belphegor
The Devils
Lire la chronique
Schauer
Roaring Thunder of Days Lon...
Lire la chronique
Sirin
V Pamäti
Lire la chronique
Laudanum
The Coronation
Lire la chronique
Soreption
Jord
Lire la chronique
Laudanum
The Apotheker
Lire la chronique
Aara
Triade II: Hemera
Lire la chronique
Kreator
Hate Über Alles
Lire la chronique
Rotten Tomb
Visions Of Dismal Fate
Lire la chronique
Svart Crown
Les Terres Brûlées (EP)
Lire la chronique
Knoll
Metempiric
Lire la chronique
Graf Orlock
Destination Time Yesterday
Lire la chronique
Intoxicated
Watch You Burn
Lire la chronique
Artificial Brain
Artificial Brain
Lire la chronique
White Ward
False Light
Lire la chronique
Besna
Zverstvá
Lire la chronique
Temple Of Void
Summoning The Slayer
Lire la chronique
Suffering Sights
When Sanity Becomes Insanity
Lire la chronique
Ritual Necromancy / Fossilization
Ritual Necromancy / Fossili...
Lire la chronique
Kvöl
In Similitude of a Dream
Lire la chronique
Bloodsoaked Necrovoid
Expelled Into The Unknown D...
Lire la chronique
Tzompantli
Tlazcaltiliztli
Lire la chronique
Entrails
An Eternal Time Of Decay
Lire la chronique
Infectious Grooves
Groove Family Cyco (Snapped...
Lire la chronique