chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
133 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Knoll - Metempiric

Chronique

Knoll Metempiric
"Oops, they did it again !"

L'année dernière, j'avais eu l'occasion de vous parler du premier longue durée de Knoll, sextet de jeunots du Tennessee, qui en avaient gros, très gros. Totalement autoproduit, la formation tenant à son indépendance, "Interstice" dévoilait un potentiel assez hallucinant en matière de Grindcore abâtardi. Certes pétris d'influences allant de la violence débridée d'un Full of Hell à la déconstruction cauchemardesque d'un Portal, ces douze titres menés tambour battant, à grand renfort d'effets Noise et de nappes abstraites, avaient su faire fondre mon petit cœur.

Après un split avec Autolith, également décortiqué dans nos pages, une captation live du Roadburn et d'intenses tournées sur le continent Américain, Knoll monte encore un peu plus en gamme, livrant "Metempiric" à la face d'un monde apeuré, crispé d'avance face aux premiers extraits dévoilés quelques semaines avant sa sortie. Capté par Andy Nelson (spécialiste des sorties sans concession), mixé par Kurt Ballou (que je ne vous ferai pas l'affront de vous présenter) et masterisé par Brad Boatright de l'Audiosiege Studio, "Metempiric" est un disque à l'Américaine : excessif, dans le meilleur et dans le pire. Treize titres, trente-trois minutes de ce que Knoll sait faire de mieux, en forme de titre d'album à la Revenge : Approcher.Terrifier.Massacrer.

Je leur ai reproché de vouloir faire du Full of Hell mieux que Full of Hell, ce qui est complètement con, tout bien considéré. La bande de Dylan Walker cherche à explorer de nouvelles sonorité depuis leur signature chez Relapse, quitte à en devenir parfois un peu chiant. Knoll utilise tous les ustensiles à sa disposition non pas pour chercher à faire beau ou épaissir la sauce à l'eau courante, mais pour pousser tous les compteurs dans le rouge. Parfaitement illustrée par Ethan McCarthy, une fois encore, "Metempiric" est une succession de titres ahurissants de brutalité et d'horreur purement abstraite, à la croisée du Grindcore - pour la mise à mort de tout compromis, du Death Metal - pour cette ambiance funèbre qui hante chaque note, et de tout ce que l'on veut bien mettre dans le grand tiroir fourre-tout du Post-insère ton genre ici.

Bien simple, comme je l'ai dit : on prend les mêmes, et on recommence. Mais mieux. Knoll ne fait certes pas du Grindcore cérébral, comme pouvaient le faire un Discordance Axis ou un Gridlink - Pour autant, loin de l'horlogerie blast-beat / mid-tempo / blast-beat, le sextet de Memphis fait, une fois encore, preuve de sacrément d'intelligence et de finesse dans l'écriture de ses titres. Ramener une trompette en guise d'interlude sur un disque pareil, sans sonner putassier ? Oui oui, c'est possible, sur fond de larsens et de cordes grattées à vides que n'auraient pas renié certains Australiens, précédant l'un des titres les plus bruts du disque - la doublette "Dislimned" / "Gild of Blotted Lucre". Infuser de la dissonance sans être dans le décalque pur et simple de quinzaines de groupes qui l'ont déjà fait, et mieux ? Idem, il suffit de demander à Evan, Ryan et Drew, dix-huit cordes et trente doigts passés maîtres dans l'art du mille-feuilles, tantôt pour sonner gros ("Clepsydra", redoutable ouverture; La seconde moitié de "Whelm", proprement terrifiante), tantôt pour détricoter, défaire, bref, déconstruire à base de riffs tarabiscotés sur lits de caisse claire frappée à grande vitesse ("Felled Plume", ou encore "Flux of Knowing", dont le riff d'intro n'aurait pas fait tâche sur "Ion").

Tout "Metempiric" est mené de voix de maître par Jamie Eubanks, féroce frontman, qui hausse encore d'un cran la saignée de corde vocales qu'il s'infligeait déjà sur toute la longueur d' "Interstice". Moins monocorde que par le passé, ses hurlements frénétiques et growls profonds laissent littéralement sur le carreau. On imagine la sueur, la veine saillante menaçant à tout moment de dégénérer en rupture d'anévrisme. Ses incursions électroniques ne sont jamais superflues, tombent toujours juste et finissent d'habiller sur-mesure des compositions dantesques. D'aucuns pourront considérer que les quatre dernières minutes de "Tome", qui conclut le disque, comme du remplissage éhonté, parce qu'elles se résument à un long et lent bourdonnement d'amplificateur, à peine troublé par le chuchotement des machines. A titre personnel, je trouvent qu'elles figurent parfaitement l'acouphène après le déluge, cri de souffrance des tympans que l'on aura mis à rude épreuve, et quasiment sans interruption.

Il aura donc suffi d'un an à Knoll pour monter en Ligue 1 et muscler un peu plus un jeu déjà particulièrement technique. "Metempiric" produit un Grindcore de très-haute volée, entre gratuité bovine et errements cosmiques, rouille de friches industrielles et chairs déchirées, bref, de la musique extrême, dans tous les sens du terme. Productif, et qualitatif, gageons que le groupe puisse, à l'occasion, quitter l'Amérique pour venir cracher son fiel dans les fosses du Vieux Continent. Sait-on jamais...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Knoll
Death / Grind
2022 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Knoll
Knoll
Death / Grind - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Clepsydra  (02:28)
02.   Felled Plume  (02:01)
03.   Throe of Upheaval  (02:18)
04.   Burgeoning Pillars  (01:22)
05.   Dislimned  (01:39)
06.   Gild of Blotted Lucre  (01:39)
07.   Tether and Swine  (02:16)
08.   Of Troth to Atom  (03:51)
09.   Marred Alb  (01:43)
10.   Flux of Knowing  (01:53)
11.   The Dwelt Withe  (00:52)
12.   Whelm  (03:01)
13.   Tome  (08:17)

Durée : 33:20

line up
parution
24 Juin 2022

voir aussi
Knoll
Knoll
Interstice

2021 - Autoproduction
  
Knoll / Autolith
Knoll / Autolith
Knoll / Autolith (Split 12")

2021 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Dying Fetus
Dying Fetus
Purification Through Violence

1996 - DieHard Music
  
Galvanizer
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception

2021 - Everlasting Spew Records
  
Trepan'Dead
Trepan'Dead
Anonymous Grindoholics (MCD)

2008 - Autoproduction
  
Misery Index
Misery Index
Traitors

2008 - Relapse Records
  
Pilori
Pilori
À Nos Morts

2020 - Terrain Vague / APB Records / Coups de Couteau
  

Mourir
Disgrâce
Lire la chronique
Veštac
Ključ Na Nebu, Katanac U Moru
Lire la chronique
Megadeth
The Sick, The Dying... and ...
Lire la chronique
Innumerable Forms
Philosophical Collapse
Lire la chronique
Wayward Dawn
All-Consuming Void
Lire la chronique
Bloodbath
Survival of the Sickest
Lire la chronique
Allocer Wolfe
A Man Made for Nowhere
Lire la chronique
Horror Within
Awaiting Extinction (EP)
Lire la chronique
Karmic Void
Armageddon Sun (Démo)
Lire la chronique
Wyrms
Sarkhral Lumænor - La lueur...
Lire la chronique
Kommand
The Demos (Compil.)
Lire la chronique
Phobophilic
Enveloping Absurdity
Lire la chronique
Miasmes
Vermines (EP)
Lire la chronique
Undr
Undr (EP)
Lire la chronique
Bones
Sombre Opulence
Lire la chronique
Mystic Circle
Mystic Circle
Lire la chronique
Cathartic
Through The Abysmal Gates O...
Lire la chronique
Broyeur d'Enfance
Suicide social
Lire la chronique
Trucido
A Collection Of Self​-​Dest...
Lire la chronique
Mineral Reflectance
Des chemins de vie
Lire la chronique
Proudhon
Social Tympanum
Lire la chronique
Prieuré
Nos prières (EP)
Lire la chronique
Egggore / Pharmacist
Paranoid Personality Disord...
Lire la chronique
Nuit Macabre
Chapitre III - Odeur de mort
Lire la chronique
Plague Patrol
Demo 2021 (Démo)
Lire la chronique
Sale Freux
Le corbeau clandestin
Lire la chronique
Innumerable Forms
Punishment In Flesh
Lire la chronique
Heresie
Poésie Noire (EP)
Lire la chronique
Hyperdontia / Septage
Hyperdontia / Septage (Spli...
Lire la chronique
European Tour MMXXII
Faceless Burial + Innumerab...
Lire le live report