chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
165 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Molder - Engrossed In Decay

Chronique

Molder Engrossed In Decay
Molder, ce groupe que rien n’arrête, pas même une pandémie mondiale et qui depuis sa formation en 2017 enchaine les sorties - il est vrai pas forcément toutes très pertinentes - à un rythme effréné est aujourd’hui de retour (oui, déjà ou encore, c’est au choix) avec un deuxième album intitulé Engrossed In Decay.
Si depuis la parution de Vanished Cadavers en 2020 le groupe a fait parler de lui à trois reprises avec la sortie de deux splits live et d’une compilation intitulée Sonic Purulence sur le label Goat Throne Records, on note également quelques petits changements. Le premier est l’arrivée dans les rangs de la formation d’un deuxième guitariste en la personne de Carlos Santini des sympathiques Cryptum (même si celui-ci n’a vraisemblablement pas participé aux sessions d’enregistrement de ce nouvel album). Le second est la signature des Américains sur le label Prosthetic Records qui, on l’a vu, a quelque peu changé son fusil d’épaule ces derniers temps pour s’intéresser d’un peu plus près à ce qui se passe sous son nez au sein de cette florissante scène Death Metal américaine (on lui doit notamment les derniers albums de Phobophilic, Undeath et Sadistic Ritual).

Sorti en juillet sur Headsplit Records (cassette) puis le mois dernier chez Prosthetic Records (CD et vinyle), Engrossed In Decay a une fois de plus été enregistré au Novy Studio sous la houlette de Cheyenne Brandt (Ares Kingdom, Cianide, Nucleus, Rotted). Côté mastering, Molder a fait appel aux services d’Arthur Rizk alors que l’artwork particulièrement réussi et dégoulinant est l’œuvre de l’artiste américain Adam Michael Nevler aka Gruesome Graphx (Acid Witch, Cardiac Arrest, Coagulate, Mortuous, Plasmodulated...) qui pour l’occasion signe une illustration bien baveuse qui donne furieusement envie de s’y intéresser.

Stackanoviste dévoué, Molder n’a néanmoins jamais brillé par l’originalité et la fraîcheur de son propos. Depuis ses débuts et la sortie de sa démo An Act Of Revenge effectivement déjà très encourageante, le groupe originaire de la ville de Shorewood dans l'Illinois enchaîne les poncifs et autres gimmicks empruntés à quelques grands anciens de l'époque. De Autopsy (notamment d’un point de vue musical) à Death en passant par Obituary et Asphyx (pour le growl arraché d’Aaren Pantke qui oscille aisément entre les tessitures de Chuck Schuldiner, John Tardy et Martin Van Drunen), les influences transpirent très largement à l'écoute de chaque nouvelle production de la formation. Sans surprise, Engrossed In Decay ne fait pas exception à la règle même si les premières écoutes révèlent un groupe beaucoup plus à l’aise qu’auparavant dont la formule semble s’être affinée.

En effet, deux ou trois écoutes suffisent pour se rendre compte que Molder a maturé son propos non pas pour gagner en originalité ou en personnalité mais plutôt en aisance et en efficacité. Jusque-là jugé sympathique grâce à un Death Metal effectivement sincère et passionné mais quelque peu limité et parfois même un poil trop simple et anecdotique, le groupe a ici clairement élevé son niveau de jeu et de composition. Encore une fois, les titres de ce nouvel album ne révolutionneront pas notre petit monde, néanmoins les coups de mou et autres petits flottements que l’on pouvait constater précédemment ont désormais complètement disparus.
Pour autant, la formule proposée par Molder n’a pas changé d’un iota, le groupe s’engouffrant une fois encore dans la brèche d’un Death Metal rudimentaire aux relents Thrash particulièrement odorants. L’auditeur va donc pouvoir se délecter de nouveau de ces accélérations menées tambour battant, pour l’essentiel à coups de tchouka-tchouka diablement efficace et entrainant ainsi qu’à l’aide de quelques passages nettement plus musclés qui viennent ainsi apporter un petit coup de fouet évidemment toujours bienvenu ("Relentless Pestilence" à 0:54, "Chemically Dissolved" à 0:52, "Unsubstantial Hallucinations" à 0:24, "Ghastly Mutations" à 1:33 ou "Decomposed Embryos" à 3:14, etc). Comme à son habitude, Molder n’est pas non plus sans calmer le jeu grâce à de nombreux passages moins soutenus et définitivement plus pesants. Des instants comme ceux constatés sur "Glutinous Remains" à 3 :09, "Engrossed In Decay" et sa première minute bien lourdingue, "Relentless Pestilence" à 1:55, les premières secondes de "Chemically Dissolved" puis plus loin à compter de 2:00, la première partie de "Huff The Stench" ou bien encore les premières secondes de « Ghastly Mutations » permettent comme toujours d’amener ce qu’il faut de relief et de nuance (et parfois même une pointe de groove) pour éviter à une formule effectivement un poil facile et rudimentaire de sombrer dans une linéarité pouvant grandement nuire à l’efficacité de l’ensemble.

Vous l’aurez donc aisément compris à ce stade de votre lecture, Molder a accouché avec Engrossed In Decay de son meilleur album à ce jour. Une affirmation elle aussi un brin éculée mais que vous aurez néanmoins très vite fait de confirmer après deux ou trois écoutes au compteur. Car si les riffs restent effectivement très simples, le groupe ne souffre plus de ce caractère un tantinet passe-partout qui qualifiait non pas son Death Metal en général mais plutôt certaines de ses compositions et/ou idées effectivement un poil anecdotiques. En l’état, Engrossed In Decay est un album honnête, certes sans surprise ni véritables grands moments, mais néanmoins extrêmement efficace et surtout débarrassé désormais de ces moments les plus faibles et les plus pénalisants.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Molder
Death Metal
2022 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Molder
Molder
Death Metal - 2017 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Glutinous Remains  (03:54)
02.   Engrossed In Decay  (04:03)
03.   Relentless Pestilence  (04:05)
04.   Chemically Dissolved  (04:40)
05.   Disinhumed Carcass Revived  (04:38)
06.   Huff The Stench  (05:32)
07.   Unsubstantial Hallucinations  (03:27)
08.   Ghastly Mutation  (03:00)
09.   Decomposed Embryos  (04:16)
10.   Cask Of Maggots  (06:13)

Durée : 43:48

line up
parution
15 Juillet 2022

voir aussi
Molder
Molder
An Act Of Revenge (Démo)

2018 - Autoproduction
  
Molder
Molder
Vanished Cadavers

2020 - Goat Throne Records
  

Essayez aussi
Cruciamentum
Cruciamentum
Paradise Envenomed (EP)

2017 - Profound Lore Records
  
Bleedskin
Bleedskin
Blood Reign

2020 - Autoproduction
  
Undergang
Undergang
Aldrig I Livet

2020 - Dark Descent Records
  
Proudhon
Proudhon
Social Tympanum

2022 - Indépendant / Duality Records
  
Pestilence
Pestilence
Consuming Impulse

1989 - R/C Records
  

Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique
In Pain
The Thing From The Grave
Lire la chronique
Depressive Witches
Distant Kingdoms
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum
En Offrande
Lire la chronique
Ambroxiak
Detritus of Elysian Creation
Lire la chronique
Pharmacist
Flourishing Extremities On ...
Lire la chronique