chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
184 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hyperdontia / Septage - Hyperdontia / Septage

Chronique

Hyperdontia / Septage Hyperdontia / Septage (Split 7")
Quelques jours avant de partir tous les deux sur les routes pour une tournée d’une bonne quinzaine de dates, Hyperdontia et Septage ont eu la bonne idée de sortir un split dont voici aujourd’hui sous vos yeux ébahis la chronique en quelques lignes. Proposé tout d’abord au format cassette, celui-ci s’est vu offrir il y a peu un pressage vinyle providentiel limité cependant à 150 exemplaires, tout cela sous les couleurs du label danois Desiccated Productions tenu par messieurs Malik Çamlıca (Decaying Purity, Diabolizer, Hyperdontia, Septage…) et Mathias Friborg (Ascendency, Had, Hyperdontia, Sulphurous, Taphos...).

Cette réunion de fins et délicats esthètes est l’occasion pour les deux groupes originaires de Copenhague de nous offrir trois nouvelles compositions, une pour Hyperdontia et deux pour Septage, s’étalant (c’est un bien grand mot) sur un tout petit peu plus de neuf minutes. Évidemment, ce n’est pas avec ça que l’on ira s’étouffer mais là n’est pas l’essentiel puisque cette nouvelle sortie est surtout l’occasion de renouer avec deux groupes qui jusque-là n’ont jamais déçu. Enfin, saluons tout de même le choix de ce cadavre momifié qui en guise d’illustration ne manquera pas de faire son petit effet. Loin des oeuvres de Paolo Girardi et Wes Benscoter qui ont servi aux deux premiers albums d’Hyperdontia, cette photo à également le mérite de changer des collages pourtant très appétissants proposés par Septage. Néanmoins, le ton est malgré tout donné et ne trompera personne sur la marchandise avariée qui vous attend à la découverte de ces trois morceaux.

C’est Hyperdontia qui ouvre le bal avec "Season Of Rot". Un titre inédit de quatre minutes et trente secondes que le groupe va dérouler sans encombre en reprenant les choses là où il les avait laissé l’année dernière avec la sortie du très bon Hideous Entity. On note tout de même que la production n’est pas en tout point identique. Moins ronde et beaucoup plus abrasive, celle-ci apporte un côté plus naturel (notamment le son de batterie assez dépouillé) et en même temps plus sale (ces guitares particulièrement rugueuses) au Death Metal des Danois. Des Danois qui n’ont rien perdu de leur inspiration et continuent de prouver qu’ils en ont sous le pied. Certes, "Season Of Rot" ne diffère en rien de ce que le groupe a pu produire par le passé mais encore une fois c’est un sans faute. Hyperdontia enchaine ainsi les riffs techniques mais pas indigestes, les accélérations tantôt entrainantes comme cette séance de tchouka-tchouka entamée dès les premières secondes, tantôt plus radicales comme ces blasts entendus à 0:38 ou 1:08, quelques breaks bien sentis histoire d’apporter encore davantage de contrastes (à 1:41 et 2:26), des lignes de basses relativement discrètes mais toujours aussi sexy (notamment à 1:43 et 2:26), quelques solos mélodiques du meilleur effet (à 0:16 et 2:44) avec par-dessus l’ensemble un growl simple mais qui remplie parfaitement son office. Bref, un exercice une fois de plus rondement mené qui ravira une fois encore les amateurs de Death Metal.

Pour une durée quasi-identique (un petit peu plus de quatre minutes), Septage nous offre quant à lui deux nouveaux morceaux, "Emetic Rites" et "Başkasının Kusmuğu". Là encore, on retrouve tout ce qui faisait déjà le charme du Goregrind des Danois. Pour commencer, ce chant délicieusement pitché qui fricote dangereusement avec le siphon mal débouché mais également tous ces riffs Death Metal bien plus travaillés et complexes que l’attribut « Goregrind » pourrait le suggérer. On va également retrouver la basse toute en rondeurs de Malik Çamlıca qui comme chez Hyperdontia n’entend pas laisser sa place au profit d’autres instruments. Dès lors, si le chant ultra saturé et bourré d’effets confère effectivement à l’attendu lorsque l’on évoque le genre (il suffit d’écouter les albums de Last Days Of Humanity, Inhume, Regurgitate et Dead Infection pour se mettre d’accord), les autres éléments (ces riffs qui tricotent à qui mieux-mieux ainsi que cette basse qui frétille) ainsi que cette variété de rythme (si les accélérations se taillent la part du lion chez Septage, les ralentissements et autres breaks ne sont pas rares) donnent à la musique de Septage toute sa saveur et sa particularité. Alors non, les Danois n’ont rien inventé et ne révolutionnerons pas le Goregrind avec leur formule mais une chose est sûre, ces derniers évitent l’écueil d’une recette poussée jusqu’à l’extrême sans autre but que celui-ci… De fait, à la manière d’Hyperdontia quelques minutes auparavant, Septage n’a une fois encore aucun mal à convaincre. Il ne reste plus maintenant au groupe qu’à passer enfin à l’étape du premier album, chose que l’on attend avec impatience.

Probablement pas indispensable mais néanmoins de très bonne facture, cette réunion entre Hyperdontia et Septage devrait répondre à n’en point douter à toutes les attentes que les amateurs de ces deux groupes pourraient avoir. En l’état, rien de neuf, juste trois morceaux parfaitement exécutés dans ces registres qui sont les leurs soit une leçon de Death Metal et de Goregrind en toute simplicité et modestie par deux groupes talentueux qui n’ont déjà plus grand chose à prouver (si ce n’est peut-être pour Septage qui, comme on l’a vu, doit encore passer l’étape du premier longue-durée). Alors oui, c’est court mais oui, c’est bon !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hyperdontia / Septage
Death Metal / Goregrind
2022 - Desiccated Productions
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hyperdontia
Hyperdontia
Death Metal - 2015 - Danemark
  
Septage
Septage
Goregrind - 2020 - Danemark
  

écoutez
tracklist
Hyperdontia
01.   Season Of Rot  (04:30)

Septage
02.   Emetic Rites  (02:21)
03.   Başkasının Kusmuğu  (02:11)

Durée : 09:02

line up
parution
1 Août 2022

voir aussi
Hyperdontia
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted From The Flesh (Compil.)

2020 - My Dark Desires Records
  
Septage
Septage
Septic Decandence (Démo)

2020 - Me Saco Un Ojo Records
  
Hyperdontia
Hyperdontia
Nexus Of Teeth

2018 - Dark Descent Records
  
Septage
Septage
Septisk Eradikasyon (EP)

2021 - Dark Descent Records
  
Hyperdontia
Hyperdontia
Hideous Entity

2021 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Devour The Fetus
Devour The Fetus
Promo 2012 (Promo)

2012 - Autoproduction
  
SCID
SCID
Fucked Beyond Recognition (Compil.)

2005 - Undergrind
  
Carcass
Carcass
Symphonies Of Sickness

1989 - Earache Records
  

Gestapo 666
Satanic Terrorism
Lire la chronique
Epitaphe
II
Lire la chronique
Fall Of Seraphs
From Dust To Creation
Lire la chronique
Godless Truth
Godless Truth
Lire la chronique
Smashed
Spreading Death
Lire la chronique
Hordous
Mon fant​ô​me
Lire la chronique
Lovgun
Bon shit bon genre
Lire la chronique
Gevurah
Gehinnom
Lire la chronique
Woods Of Desolation
The Falling Tide
Lire la chronique
Power From Hell
Shadows Devouring Light
Lire la chronique
Zëlot
Supplices (EP)
Lire la chronique
Morbific
Squirm Beyond The Mortal Realm
Lire la chronique
Je
Epilogue of Tragedy
Lire la chronique
Seep
Hymns To The Gore
Lire la chronique
Ceaseless Torment
Victory Or Death
Lire la chronique
Vaamatar
Medievalgeist
Lire la chronique
Lunar Tombfields
The Eternal Harvest
Lire la chronique
Sépulcre
Cursed Ways Of Sheol (EP)
Lire la chronique
Last Retch
Sadism And Severed Heads
Lire la chronique
Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique