chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
198 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Chat Pile - God's Country

Chronique

Chat Pile God's Country
Et si Alexis Marshall, chanteur de Daughters, avait mis toute sa perversité dans son chant et non dans sa vie sexuelle ? Et si Godflesh était né dans les années 2020, dans des États-Unis post-mouvements sociaux, pré-fin du monde, en plein dans le néo-libéralisme ? Et si Korn s’était retrouvé au fond d’un caniveau sludge après s’être bourré la gueule avec Jesus Lizard ? Et si, et si…

Arrêtons ici la fiche promotionnelle. La réponse est ici, dans ce premier album de Chat Pile attendu à raison par de nombreuses personnes après deux EPs prometteurs et qui – chez moi – a été une surprise de taille. Pourtant, je me méfie toujours des groupes signés sur le label The Flenser, avec ses sorties à prix exorbitant (dont les rééditions ultra-limitées de Have A Nice Life sont l’exemple le plus indécent), son côté cool et volontairement confidentiel, expert des projets avant-gardistes et inaccessibles, d’une certaine manière l’équivalent musical de ce que fait la boite de production A24 pour le cinéma.

Mais, du moins pour Chat Pile, l’analogie vaut aussi pour la qualité des créations choisies, à la fois furieusement expérimentales et pertinentes. Clairement, God's Country ne se destine pas à tout le monde : sur une base noise rock fricotant avec le metal (pour la puissance du son, prêt à faire craquer les amplis à chaque instant), le groupe d’Oklahoma City alterne influences industrielles (impossible de ne pas penser au projet-phare de Justin Broadrick sur « Why » par exemple), sludge (pour l’ambiance de société décadente, pas loin d’un Upsidedown Cross sur « The Mask »), voire neo-metal lors de certains riffs bounçant leur graisse d’un Taco Bell à un autre (l’ombre de Jonathan Davis et ses pairs plane sur la deuxième partie de « Tropical Beaches, Inc. »). Un programme chargé sur le papier mais dont la bande fait magiquement œuvre de synthèse, frôlant le syncrétisme de la musique de babtou fragile contemporain, geek névrosé sur-qualifié et sous-payé, frustré et déconstruit, la morale en bandoulière et les horreurs qui traversent malgré tout la tête.

Oui, cela sonne indubitablement prétentieux. Pourtant – ne vous laissez pas avoir par ce texte, issu d’un homme habitué à voir trop de choses quand un disque lui parle particulièrement –, c’est avec une rage jouissive que Chat Pile transmet son atmosphère de menace constante, d’envie de répondre par la violence à ce monde urbain ultra-connecté et ultra-solitaire. On tique sur ce logo black metal ; il est un indice parmi d’autres de l’absence d’empathie avec laquelle nous traitent les Ricains. La prestation de Raygun Busch est sans aucun doute l’élément le plus parlant : sa voix maltraitée, hurlée, chantée, scandée, susurrée, à côté de ses pompes et soumises à ses émotions, résume à elle seule la fascination que l’on ressent à l’écoute de ces quarante minutes. Évoquant les dérives noise-rock de Oxbow, il charrie un univers de pérégrinations sans but, de naufrages à scroller trop longtemps sur son téléphone, d’une fenêtre à l’autre, voyeurisme de tout et rien, de malaise post-moderne où « Signe ma pétition », « Venez comme vous êtes », « Just Do It » deviennent des affirmations de soi.

Il fallait qu’une musique comme celle-ci arrive, une musique qui exprime le mieux possible la pathologie naissant des réseaux sociaux et d’un internet ayant pris place jusqu’à notre réalité, au point de nous laisser pixelisé, morcelé, les êtres humains comme une succession de photos Instagram, de liens vers d’autres sites, de débats sur Twitter, de listes de recommandations sur Rate Your Music, de rappels au corps via Pornhub. Froid, hargneux, étouffé par son gavage qu’il régurgite à la face, Chat Pile se voit comme une conséquence de cela. On comprend alors pourquoi God’s Country connait un succès qui, malgré ce que l’on peut penser, n’a finalement rien d’une surprise, tant il exprime un non-dit de notre époque.

Pour autant, même si ce disque fera date (un potentiel classique instantané, ce que je ressens rarement à l’écoute d’une nouveauté), il ne m’enthousiasme pas autant que j’aurais aimé. Peut-être est-ce son manque de cohérence au sein de la variété, rappelant également les heures à tromper l’ennui de sites en vidéos en sites en vidéos, peut-être est-ce l’absence d’un morceau vraiment tuant (même si « grimace_smoking_weed.jpeg » ou « Anywhere » ne sont pas loin de remplir cet objectif), toujours est-il que l’on a bien l’impression d’être face au début de quelque chose avec God’s Country, avec tout ce que cela comporte de fraîcheur, de charme et de pas-tout-à-fait. Un possible grand groupe est né, un groupe qui, déjà, montre toute sa nécessité, en tout cas plus novateur et marqueur de notre vie quotidienne que ce que vous pourrez trouver ailleurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
14/09/2022 12:00
note: 8/10
Un peu comme lkea dans son dernier paragraphe mais pas aussi catégorique que Krokodil.
J'ai vraiment envie de l'aimer cet album mais le résultat n'est pas tout à fait au niveau de mes attentes.
Krokodil citer
Krokodil
13/09/2022 08:38
note: 5/10
Un des gros pétards mouillés de l'année, çui-là. Niveau subversion et révolte les paroles volent rarement au-dessus des pâquerettes, me suis souvent cru au beau milieu d'une AG de l'UNEF quoi. Dommage pour certaines instrus qui valent clairement le détour...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Chat Pile
Industrial Noise Rock / Metal
2022 - The Flenser
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.17/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Chat Pile
Chat Pile
Industrial Noise Rock / Metal - 2019 - Etats-Unis
  

vidéos
Slaughterhouse
Slaughterhouse
Chat Pile

Extrait de "God's Country"
  
Wicked Puppet Dance
Wicked Puppet Dance
Chat Pile

Extrait de "God's Country"
  

tracklist
01.   Slaughterhouse  (4:12)
02.   Why  (3:31)
03.  Pamela  (4:57)
04.   Wicked Puppet Dance  (3:07)
05.   Anywhere  (5:47)
06.   Tropical Beaches, Inc.  (3:46)
07.   The Mask  (2:57)
08.   I Don't Care If I Burn  (2:54)
09.   grimace_smoking_weed.jpeg  (9:05)

Durée : 40:21

line up
parution
29 Juillet 2022

Essayez aussi
Bodychoke
Bodychoke
Cold River Songs

1998 - Relapse Records / Purity
  
Saison de Rouille
Saison de Rouille
Déroutes Sans Fin

2014 - Autoproduction
  
Daughters
Daughters
You Won't Get What You Want

2018 - Ipecac Recordings
  
Uniform
Uniform
The Long Walk

2018 - Sacred Bones Records
  

Gestapo 666
Satanic Terrorism
Lire la chronique
Epitaphe
II
Lire la chronique
Fall Of Seraphs
From Dust To Creation
Lire la chronique
Godless Truth
Godless Truth
Lire la chronique
Smashed
Spreading Death
Lire la chronique
Hordous
Mon fant​ô​me
Lire la chronique
Lovgun
Bon shit bon genre
Lire la chronique
Gevurah
Gehinnom
Lire la chronique
Woods Of Desolation
The Falling Tide
Lire la chronique
Power From Hell
Shadows Devouring Light
Lire la chronique
Zëlot
Supplices (EP)
Lire la chronique
Morbific
Squirm Beyond The Mortal Realm
Lire la chronique
Je
Epilogue of Tragedy
Lire la chronique
Seep
Hymns To The Gore
Lire la chronique
Ceaseless Torment
Victory Or Death
Lire la chronique
Vaamatar
Medievalgeist
Lire la chronique
Lunar Tombfields
The Eternal Harvest
Lire la chronique
Sépulcre
Cursed Ways Of Sheol (EP)
Lire la chronique
Last Retch
Sadism And Severed Heads
Lire la chronique
Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique