chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
194 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Undr - Undr

Chronique

Undr Undr (EP)
Une formation de raw black metal qui indique le célèbre Jorge Luis Borges (dont je ne suis guère spécialiste, loin de là, n’ayant lu que « Histoire universelle de l’infamie » et « Histoire de l’éternité ») parmi ses thèmes de prédilection, ça interpelle d’emblée.

UNDR est un tout jeune groupe uniquement composé de N, que l’on retrouve aussi sous le pseudonyme d’Orbius Tertius au sein de REFLET CREPUSCULAIRE dont le premier EP « Fictions » est paru cette année chez WitchCult Records.

Du côté d’UNDR la carrière est également balbutiante puisqu’outre cet EP éponyme, seul un split en compagnie de CHIHEDO est paru. Ce dernier est également un one man band né dans les flammes de 2022 est déjà auteur d’un EP (« Guided by Villainy ») puis d’un LP (« The Reversed Order »). Autrement dit, la relève de la scène black française se serre les coudes pour promouvoir sa musique et alimenter le brasier du True Underground.

Si l’on s’attarde un peu sur l’esthétique du groupe, et notamment son logo, on ne peut que remarquer la très forte ressemblance avec celui de DARKTHRONE : les mêmes branches, la même forme globale, les mêmes coulures de pissotières publiques, certaines craquelures sur un canapé en skaï sont plus lisibles. Du côté de la pochette, difficile de ne pas penser également à celle de « Panzerfaust », même si la lune et un ciel nuageux restent des gimmicks assez communs dans ce genre musical. Quoi qu’il en soit, il apparaît compliqué de faire abstraction de la présence à peine voilée des Norvégiens.

« Et musicalement alors ? » me demanderez-vous les yeux brillants d’espoir et de concupiscence… Bah pour moi, on plonge directement dans le début des années 90 sur les traces d’« A Blaze in the Northern Sky », d’« Under a Funeral Moon » et du classique ultime « Transilvanian Hunger ». C’est-à-dire que N a opté pour une production quasiment lo-fi mise au service de riffs rudimentaires, les six compositions étant à peu près toutes forgées dans le même moule crasseux, probablement un croisement entre le vieux chaudron de sorcière et une marre aux relents méphitiques.

J’apprécie cependant que le grésillement incessant des guitares n’occulte pas une basse qui ne se contente pas de suivre bêtement les lignes « mélodiques », alors que le chant rauque se mue en un long croassement totalement adapté et, finalement, plutôt flippant dans ses intonations. Sporadiquement, une voix claire et lointaine surnage telle un spectre oublié mais l’on a déjà compris que l’ambition première n’est pas de faire dans le mélodieux, encore moins dans le beau ou le raffiné.

Les titres sont réduits à leur plus simple expression (des chiffres romains pour les identifier) mais le dépouillement des structures ne pousse pas pour autant le compositeur à rogner sur la durée. En effet, si nous mettons de côté l’ouverture « I » et son clavier lugubre, on est systématiquement sur du six minutes pour une durée totale avoisinant la demi-heure, on a connu des LPs plus courts que cela. De plus, même s’il est vrai que les plans ont la fâcheuse tendance à se répéter et que les riffs sont pour le moins monolithiques, il y a dans chaque composition suffisamment de variations de rythmes et de transitions pour éviter à l’auditeur de sombrer dans le sommeil.

D’ailleurs, quiconque est amateur des premiers DARKTHRONE ou, plus globalement, du pur black metal du début des 90’s, serait bien inspiré de laisser sa chance à UNDR. Certes, la musique est rustre, encore mal dégrossie aux entournures, certaines tentatives de poser des ambiances crépusculaires avec des instruments autres que les guitares sonnent un peu cheaps voire superfétatoires mais, et j’insiste bien ce sur « mais », tout est tellement joué fidèlement dans l’esprit de l’époque que l’on ne peut qu’adhérer à la démarche. Pas un plagiat, juste un bel hommage. Pas original, juste efficace. Pas créé pour la lumière, juste dédié aux basses-fosses.

Le label Acid Vicious a été bien inspiré de sortir ce CD au format Digipack et l’on va surveiller UNDR de près, de très près. Vivement la suite !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Undr
Raw Black Metal
2022 - Acid Vicious
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
Undr
Undr
Raw Black Metal - 2021 - France
  

formats
  • CD / 14/05/2022 - Acid Vicious (Digipack)

écoutez
tracklist
01.   I  (02:56)
02.   II  (05:01)
03.   III  (06:49)
04.   IV  (06:24)
05.   V  (06:56)

Durée : 28:06

line up
  • N / Chants, Instruments

parution
14 Mai 2022

Essayez aussi
Marduk
Marduk
Obedience (EP)

2000 - Osmose Productions
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Dusk And Her Embrace

1996 - Music For Nations
  
The Rodeo Idiot Engine
The Rodeo Idiot Engine
Malaise

2015 - Throatruiner Records / Grains of Sand
  
Archgoat
Archgoat
Worship The Eternal Darkness

2021 - Debemur Morti Productions
  
Perversor
Perversor
Umbravorous

2018 - Autoproduction
  

Gestapo 666
Satanic Terrorism
Lire la chronique
Epitaphe
II
Lire la chronique
Fall Of Seraphs
From Dust To Creation
Lire la chronique
Godless Truth
Godless Truth
Lire la chronique
Smashed
Spreading Death
Lire la chronique
Hordous
Mon fant​ô​me
Lire la chronique
Lovgun
Bon shit bon genre
Lire la chronique
Gevurah
Gehinnom
Lire la chronique
Woods Of Desolation
The Falling Tide
Lire la chronique
Power From Hell
Shadows Devouring Light
Lire la chronique
Zëlot
Supplices (EP)
Lire la chronique
Morbific
Squirm Beyond The Mortal Realm
Lire la chronique
Je
Epilogue of Tragedy
Lire la chronique
Seep
Hymns To The Gore
Lire la chronique
Ceaseless Torment
Victory Or Death
Lire la chronique
Vaamatar
Medievalgeist
Lire la chronique
Lunar Tombfields
The Eternal Harvest
Lire la chronique
Sépulcre
Cursed Ways Of Sheol (EP)
Lire la chronique
Last Retch
Sadism And Severed Heads
Lire la chronique
Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique