chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Megadeth - The Sick, The Dying... and The Dead!

Chronique

Megadeth The Sick, The Dying... and The Dead!

« Bring out your dead ! ».

C'est au tintement de la parade du croquemort inspirée par Monty Python : Sacré Graal (1975) que s'ouvre ce Megadeth cuvée 2022. « I'm not dead yet ! » semble facétieusement répondre, à la manière du vieillard confondu avec un cadavre dans le long-métrage des Terry, ce bon Dave Mustaine (guitare, voix) tout au long de ce nouvel album. Il faut dire que le bonhomme semble avoir survécu à une apocalypse lors de sa gestation. À tel point que son titre connu depuis des lustres, The Sick, The Dying... and The Dead!, sonnait comme un oiseau de mauvais augure pour bien des observateurs qui redoutaient qu'il soit prémonitoire, à mesure que sa santé se dégradait. Un cancer de la gorge plus tard, le guitariste semblait pourtant remis sur pied. Mais voilà son bassiste de toujours, Dave Ellefson, le seul à pouvoir supporter ses écarts de caractère depuis 1983, empêtré dans une sombre affaire de détournement de mineurs. Immédiatement congédié par un communiqué laconique, il est remplacé par Steve DiGiorgio, musicien de session de luxe chargé de réenregistrer ses parties basse. Tabula rasa! James LoMenzo, déjà en poste dans les années 2000, rempilait en tant que membre permanent lorsque les tournées reprenaient au-delà de l'Atlantique. Parce-que oui, une petite pandémie mondiale s'est ajoutée au processus entre temps... Kiko Loureiro (guitare, ex-Angra), déjà présent sur le très bon prédécesseur Dystopia (2016) et Dirk Verbeuren (batterie), débauché de Soilwork à la même période, devaient déjà avoir mis en boîte leur contribution depuis un moment... une éternité plus tard, donc, ce seizième opus montrait enfin le bout de son nez, paré d'un Vic Rattlehead emmitouflé dans son meilleur costume de cow-boy et prêt à flinguer tout ce qui bouge.

C'est exactement ce qui se passe dès les premiers instants de l'album. À l'image d'un « gunfight » épique dans le climax d'un western spaghetti, le tempo est accéléré et les riffs percutants du quatuor fondent sur l'auditeur comme la misère sur le pauvre homme. La production limpide laisse pleinement s'exprimer le grain sauvage des guitares tout en réservant une interstice non négligeable à la basse de Steve DiGiorgio qui reste à bonne distance des fantaisies techniques qu'il disperse habituellement. Quand à Dirk Verbeuren, il soutient les galops rythmiques qui ont pignon sur rue avec une précision reptilienne. Armé d'un son de caisse claire claquant au possible et délicieusement organique, il se dégage de son jeu une puissance instinctive et jouissive (là où Chris Adler était davantage automatique) que ses « fills » virtuoses et ses mitrailles de double pédale ne font qu'alimenter. Il participe totalement à cette atmosphère « old school » qui règne sur une bonne partie des morceaux de The Sick, The Dying... and The Dead!. Cette section rythmique semble toutefois bridée par l'autocrate directeur artistique Dave Mustaine qui se réserve, avec son comparse Kiko Loureiro qui distille bon nombre de soli mémorables, la part du lion. Le rouquin ne dit pas l'inverse dans un « Life In Hell »...

« I'm a disease, and I'm addicted to myself !
I'm all I need, I'm gonna live and die in hell ! »

… qui pue la décennie 1980 à plein nez. En effet, The Sick, The Dying... and The Dead! offre aux éternels nostalgiques de l'époque Peace Sells... But Who's Buying ? (1986) ou encore Rust In Peace (1990) de quoi mettre un peu de beurre dans leurs épinards. En retournant, comme le faisait déjà habilement Dystopia (2016), aux structures typiques du thrash d'antan que le morceau-titre, « Life In Hell » ou encore « We'll be back » évoquent à l'aide de leur cadence infernale et de leurs soli percutants, ce seizième album exerce une attraction immédiate. Les deux six-cordistes y sont comme des poissons dans l'eau. Un sentiment que viendra confirmer l'excellent « Night Stalkers », cavalcade épique terriblement efficace. Avec ses accords ravageurs qui encerclent un refrain totalement emblématique, sa phase en « power chords » minimalistes sur laquelle le rappeur Ice-T (vous avez dit nostalgie ?) vient déclamer quelques punchlines bien senties, on retrouve avec un bonheur un Megadeth totalement clinique, capable d'envoyer des morceaux d'anthologie. Malgré son incipit un brin poussif, l'accélération salvatrice d'un « Dogs Of Chernobyl » rappelle également la capacité du compositeur à bricoler des titres surprenants et évolutifs, qui ne se reposent jamais sur leurs lauriers. Même lorsque le contenu s'avère moins ambitieux (« Sacrifice », « Junkie », « Killing Time », « Soldier On! »), jusqu'à risquer parfois l'anecdotique, on retrouvera tout de même cette cohérence dans l'efficacité décomplexée. Les deux bonus tracks, reprises de Dead Kennedys et Sammy Hagar, contribuent parfaitement à planter un décor éminemment rétro.

Il n'y a qu'à entendre le panache rock 'n roll d'un « Célebutante », d'apparence pourtant assez anodine, pour finir de s'en convaincre. Et même si l'ambiance est à la célébration du passé, Dave Mustaine ne s'interdit quelques incartades dans l'actualité en passant certaines thématiques au vitriol. En envoyant quelques balles perdues aux influenceurs à la manière du Duc de Boulogne, en moquant l'hybris des nouveaux conquérants spatiaux du millénaire, le parolier démontre qu'il n'a rien perdu de sa verve. Et ce même si la voix avec laquelle il exprime ces quelques diatribes semble de plus en plus affectée par le temps et les épreuves de santé, à tel point qu'il adopte sur The Sick, The Dying... and The Dead! une tessiture encore plus grave qu'à l'accoutumée. On retrouvera ces grognements caractéristiques qui font le charme – comme la principale limite – de Megadeth depuis de nombreux années. L'omnipotent frontman rappelle aussi à travers « Mission To Mars » sa capacité à exceller dans un registre heavy plus accessible, exploré avec un brio inégalable dans Youthanasia (1994), à l'époque où son organe était au faîte de ses possibilités. Ces accords électrisants du pré-refrain auquel succède un leitmotiv catchy à mort érigent ce titre en tube gravitationnel, peut-être la plus grande réussite de ce nouvel album. Et lorsque le morceau décolle pour révéler son issue dramatique dans une nouvelle accélération foudroyante, c'est une véritable bombe que Megadeth fait exploser entre nos oreilles. Pas de doute, Dave Mustaine reste un compositeur de génie aux dents encore bien longues, un homme en (ré)mission.

« Blast-off, I'm on my way, I'm a shooting star
A man on a mission...
I hang with the man on the moon, I'll be there soon
I'm a man on a mission to Mars »

Alors, où se situe The Sick, The Dying... and The Dead! dans la galaxie Megadeth ? Il surfe sur la dynamique d'un Dystopia (2016) accompli et confirme au moins le retour en force du quatuor après un début de décennie 2010 assez poussif. Comme son grand frère et d'autres sorties plus lointaines, il démarre sur les chapeaux de roue avant de baisser pavillon en milieu d'album pour connaître un léger ventre-mou, classique enchaînement de morceaux moins marquants qui ont quand même le mérite de rester plaisants (on pourra se surprendre à fredonner le refrain accrocheur de « Junkie » entre le fromage et le dessert). Mais l'affaire se termine très fort, avec deux titres ultra convaincants qui laissent une belle impression en bouche. En définitive, ses coups de semonce impressionnants, son orientation « old school » et sa production impeccable en font un album très plaisant, au goût certain de revenez-y. À l'image d'un The System Has Failed (2004) auquel votre webzine préféré avait rendu ses lettres de noblesse en son temps, ce seizième effort diffuse lui aussi son doux parfum de survivant et vient grappiller sa place parmi les bonnes sorties de MegaDave, celles qu'on rangera du bon côté de l'étagère et qui ne prendront pas trop la poussière. Après une telle apocalypse, pas de quoi niaiser!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
28/09/2022 20:03
note: 8/10
Très bon album qui tourne régulièrement, il y a un léger feeling "Countdown to extinction" sur certains refrains qui n'est pas pour me déplaire !
Megadeth en a encore sous le pied, contrairement à Metallica, rincés depuis trente ans déjà lol
Sakrifiss citer
Sakrifiss
28/09/2022 11:53
Ily a 3 pistes qui m'ont beaucoup plu : Killing Time / Soldier On ! / The Sick, The Dying... And...
Par contre, certaines m'ont niqué les oreilles, dont Junkie.
Et puis, il y a Dogs of Chernobyl qui m'a semblé plutôt digne d'un album de Gwar, c'est tout à fait le genre de pistes qu'ils composent, quand ils n'ont pas vraiment d'inspi et refont la même chose.
Du bon et du moins bon du coup.
Keyser citer
Keyser
28/09/2022 07:18
note: 7/10
Un bon album mais assez en-deçà de Dystopia. Ça manque d'hymnes, la prod est assez stérile, les riffs ne marquent pas et les mélodies et rythmiques de chant ne sont pas vraiment mémorables. Reste que Megadeth est toujours là, a toujours des choses à dire et rien que ça, ça fait plaisir !
Deathrash citer
Deathrash
27/09/2022 22:48
C'est dingue cette remontée qualitative de Megadeth depuis Dystopia.
J'ai vraiment du mal à croire que c'est le même groupe qui sortait des merdes comme "The World Needs A Hero" ou "United Abomination" il y'a 20 ans.
Holmy citer
Holmy
27/09/2022 20:35
note: 8/10
Un album "surprise" pour moi, étant donné que je n'en attendais absolument rien. Je n'avais pas trouvé Dystopia si extraordinaire que ça, et j'étais presque prêt à passer mon tour.

Au final, je me retrouve avec un excellent disque entre les oreilles, qui fleure bon la période 83-97. Un mix intelligent de toute cette époque, sans pour autant sonner passéiste et/ou nostalgique.

On pourra le trouver meilleur ou moins bon qu'un autre album. La belle affaire ! C'est d'abord un disque qui procure un plaisir d'écoute non négligeable, qui, certes, flatte le fan des vieux albums que je suis. Mais pour le coup, j'accepte volontiers la gratouille sous le menton de MegaDave, et je ronronne de bonheur d'entendre de nouveau du speed/thrash millésimé.

A l'écoute de ce nouvel opus j'ai juste envie de dire : "Merci Dave c'est ce que je voulais entendre. T'es encore là"

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Megadeth
Thrash metal
2022 - Universal Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.7/10
Webzines : (3)  7.16/10

plus d'infos sur
Megadeth
Megadeth
Thrash metal - 1983 - Etats-Unis
  

vidéos
We'll Be Back
We'll Be Back
Megadeth

Extrait de "The Sick, The Dying... and The Dead!"
  
Night Stalkers
Night Stalkers
Megadeth

Extrait de "The Sick, The Dying... and The Dead!"
  
The Sick, The Dying... and The Dead!
The Sick, The Dying... and The Dead!
Megadeth

Extrait de "The Sick, The Dying... and The Dead!"
  

tracklist
01.   The Sick, the Dying... and the Dead!  (05:04)
02.   Life in Hell  (04:12)
03.   Night Stalkers  (06:38)
04.   Dogs of Chernobyl  (06:14)
05.   Sacrifice  (04:08)
06.   Junkie  (03:39)
07.   Psychopathy  (01:20)
08.   Killing Time  (05:13)
09.   Soldier On!  (04:54)
10.   Célebutante  (03:51)
11.   Mission to Mars  (05:24)
12.   We'll Be Back  (04:29)

Durée : 55:06

line up
parution
2 Septembre 2022

voir aussi
Megadeth
Megadeth
Cryptic Writings

1997 - Capitol Records
  
Megadeth
Megadeth
United Abominations

2007 - Roadrunner Records
  
Megadeth
Megadeth
Hidden Treasures (Compil.)

1995 - Capitol Records
  
Megadeth
Megadeth
Super Collider

2013 - Universal Music
  
Megadeth
Megadeth
The World Needs A Hero

2001 - Metal-Is Records
  

Essayez aussi
Tankard
Tankard
The Morning After

1988 - Noise Records
  
Sacrifice
Sacrifice
The Ones I Condemn

2010 - Cyclone Empire Records
  
Abandoned
Abandoned
Thrash You!

2007 - Dockyard 1
  
Heathen
Heathen
Empire Of The Blind

2020 - Nuclear Blast Records
  
Ceaseless Torment
Ceaseless Torment
Victory Or Death

2022 - WormHoleDeath
  

Gestapo 666
Satanic Terrorism
Lire la chronique
Epitaphe
II
Lire la chronique
Fall Of Seraphs
From Dust To Creation
Lire la chronique
Godless Truth
Godless Truth
Lire la chronique
Smashed
Spreading Death
Lire la chronique
Hordous
Mon fant​ô​me
Lire la chronique
Lovgun
Bon shit bon genre
Lire la chronique
Gevurah
Gehinnom
Lire la chronique
Woods Of Desolation
The Falling Tide
Lire la chronique
Power From Hell
Shadows Devouring Light
Lire la chronique
Zëlot
Supplices (EP)
Lire la chronique
Morbific
Squirm Beyond The Mortal Realm
Lire la chronique
Je
Epilogue of Tragedy
Lire la chronique
Seep
Hymns To The Gore
Lire la chronique
Ceaseless Torment
Victory Or Death
Lire la chronique
Vaamatar
Medievalgeist
Lire la chronique
Lunar Tombfields
The Eternal Harvest
Lire la chronique
Sépulcre
Cursed Ways Of Sheol (EP)
Lire la chronique
Last Retch
Sadism And Severed Heads
Lire la chronique
Caïnan Dawn
Lagu
Lire la chronique
Virgil
Acheron
Lire la chronique
Houle
Houle (EP)
Lire la chronique
Baron Fantôme
La Nuit Fantastique
Lire la chronique
Etat Limite
L'affrontement de l'intime
Lire la chronique
Sepulchral Zeal
Open (Démo)
Lire la chronique
Interview de HERESIE pour l'album "Par-Delà Les Vents"
Lire l'interview
Heresie
Par​-​Delà Les Vents
Lire la chronique
Molder
Engrossed In Decay
Lire la chronique
OTDHR
Maraud
Lire la chronique
Vananidr
Beneath the Mold
Lire la chronique