chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
175 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

As They Burn - Ego Death

Chronique

As They Burn Ego Death (EP)
Nom de Dieu… Je savais bien que le nom d’AS THEY BURN ne m’était pas inconnu mais où Diable aurais-je pu être en contact avec du deathcore ? En fouillant un peu dans ma mémoire et ma boîte (au sens propre) à souvenirs, j’ai fini par retrouver le patient zéro : j’avais vu les Parisiens en 2010 sur la scène de l’Elysée Montmartre lors du Paris Extreme Fest en compagnie (dans le désordre) d’ARCH ENEMY, de SAMAEL, de DARK FUNERAL, de GOROD, de NO RETURN, d’ENTOMBED A.D., de L’ESPRIT DU CLAN, de TREPONEM PAL et de BETRAYING THE MARTYRS. Je me rappelle parfaitement de cette journée, de la personne avec qui j’étais, des fringues que je portais, du son de merde pour DARK FUNERAL, des photos prises avec Benoît Claus après son concert, du regretté L.G. Petrov se mouchant (« morvant » comme le disait ma douce compagne d’alors) dans ses doigts, de la prestation de SAMAEL que je voyais alors pour la première fois, bref, ça faisait un peu plus d’un an que je vivais à Paris et je découvrais les joies métalliques de la capitale. Je n’ai en revanche conservé aucune image forte d’AS THEY BURN. Est-ce anormal ? A l’époque, la formation avait juste sorti un EP (« A New Area for Our Plagues ») et elle devait certainement être en train de préparer « Aeon’s War », son premier album. Il y eut ensuite une hype autour du groupe, le LP « Will, Love, Life » en 2013, puis plus rien. Fin de parcours. Du moins jusqu’à aujourd’hui et « Ego Death », publié en autoproduction et relayé par l’Agence Singularités. Je l’avoue, je suis intrigué.

Une précision afin qu’il n’y ait pas de malentendus quant à la suite de l’article : je ne suis pas le public cible de cette formation. Je n’ai jamais été client des gimmicks du deathcore, étant peut-être trop vieux ou trop insensible pour y être réceptif, aussi mon appréciation doit-elle être mise au regard de ma (forte) subjectivité. Je n’ai jamais également pu piffrer les alternances de growls et de voix claires, c’était déjà l’un des tics qui m’avaient fait complètement abandonner le néo metal, probablement aux alentours de 2004 suite à la sortie de l’horrible « Vol.3: (The Subliminal Verses) » de SLIPKNOT, album qui a fini de m’écœurer du genre. En plus, paradoxalement avec ce genre de groupes, moins le chant est saturé plus il semble retouché, avec des superpositions de pistes impressionnantes en studio pour faire péter des harmonies vocales de ouf mais qui ne passent jamais (ou presque) le cap du live.

Concernant ce disque, je vais appliquer la fameuse technique de l’étudiant moyen : thèse, antithèse, synthèse.

Grand un : les points forts de ces six nouvelles compositions.

Que tous les fans d’AS THEY BURN soient rassurés, le noyau dur reste inchangé : Kevin Traoré au chant, Ronald Pastor à la basse, Milton Bakech à la batterie. C’est ainsi une garantie, une façon d’être sûr de renouer avec tous les éléments qui ont fait le succès du quatuor. Par conséquent, si tu écoutes « Dream Collapse » puis « Unable to Connect » par exemple, tu retrouveras toutes les saveurs du bon plat fumant d’antan : peu ou prou le même style musical, le même son (voire plus gros encore mais sans pour autant dénaturer l’identité), le même look. Il y a juste une dimension néo metal mélodique qui me semble peut-être plus affirmée que par le passé mais, au global, la formation conserve sa ligne de conduite, son intégrité. Cela ne pourra que ravir les fans de la première heure, je n’entends ici aucune raison pour qu’il en aille autrement.

De plus, ceux qui sont à fond dans la mouvance émo-néo-deathcore et que le metal pur et dur rebute ne pourront qu’adorer ces nouvelles compositions. Elles sont remplies jusqu’à la gueule de plans qui groovent à mort, de breakdowns « coup du lapin », de mélodies vocales habilement entremêlées, comme si LINKIN PARK avait bouffé en entrée un ours en colère et un rappeur gangsta, DEFTONES (une influence très présente, sur « V.I.T.R.I.O.L » par exemple mais plus globalement sur l’ensemble de l’EP) en plat de résistance puis KORN en dessert, le titre « Monster » m’évoquant fortement « Get Up! » avec SKRILLEX en featuring (à 2 minutes 30, le break butte tout, c’est net), tant au niveau des sonorités électroniques que du flow. C’est donc bien chargé, voire parfois même trop en termes d’occupation de l’espace sonore. En effet, les compositions étant principalement construites sur des rythmiques binaires et des breaks, il y a davantage besoin qu’un élément extérieur vienne rompre une certaine monotonie, d’où la prédominance du chant et la rareté de développements purement instrumentaux. Autrement dit, comme les chansons laissent somme toute assez peu de place à des progressions rythmiques (je ne parle même pas d’avoir des solos ou des lignes d’harmoniques), à des ambiances auto suffisantes, un vocaliste versatile est d’autant plus nécessaire pour apporter de la variété, des textures, de la complexité, de l’émotion aussi, tache dont s’acquitte parfaitement Kevin Traoré. Sa voix réconcilie allègrement le néo, le death et le débit du hip-hop avec en plus une attitude cool qui fait la différence. Là-dessus, je le reconnais, il est vraiment balèze le type.

Ajoute à cela une production comac, des compositions simples en termes de structure mais riches en arrangements et totalement efficaces (ça sent les futurs mosh pit), tu piges vite que les mecs reviennent en patron de la scène deathcore, déjà au niveau national, avec en plus l’envie de s’ouvrir à d’autres influences plus mélodiques. Ce dernier point est vraiment à leur crédit, on sent qu’il y a eu une évolution ces dix dernières années et que la musique s’est enrichie d’inspirations nouvelles. Donc, pour la faire courte, si tu aimais le groupe avant son split, tu aimeras le groupe dans sa renaissance, et réciproquement. En revanche, si c’était déjà mort pour toi en 2013, tu peux laisser tomber, je n’ai aucun autre argument pour te convaincre.

Grand deux : les limites.

Bon, toute cette partie-là, je vais au final la garder pour moi. J’avais rédigé tout un pavé pour expliquer qu’à la différence du death ou du grind, le deathcore vieillit mal, que les chanteurs ont en général un mal fou à restituer les lignes de chant clair en live (exemple typique : Chino Moreno) ou encore que les productions dopées aux hormones animales de croissance essaient tant bien que mal de faire paraître énormes des breakdowns que l’on retrouvait déjà dans le hardcore des années 80, 90 avec zéro surenchère, c’était brut et ça foutait tout le monde à l’amende mais tout cela n’a vraiment pas sa place sur cette chronique du nouveau AS THEY BURN, tout ce qui compte c’est qu’un fleuron de la scène française revient en force et compte bien porter son projet sur toutes les scènes possibles. Souhaitons-lui un bon retour parmi les vivants !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
14/11/2022 10:54
Ah bin tiens j'y étais aussi à ce festival, de bons souvenirs dans l'ensemble même si effectivement l'affiche était assez inégale côté qualité.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
As They Burn
Deathcore
2022 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
As They Burn
As They Burn
Deathcore - 2007 - France
  

formats
vidéos
Ego Death
Ego Death
As They Burn

Extrait de "Ego Death"
  
Unable to Connect
Unable to Connect
As They Burn

Extrait de "Ego Death"
  

tracklist
01.   Unable To Connect  (03:12)
02.   Missing Pieces  (03:33)
03.   V.I.T.R.I.O.L  (03:54)
04.   Monster  (04:48)
05.   Ego Death  (04:22)
06.   Angel  (05:13)

Durée : 24:22

line up
parution
10 Novembre 2022

Essayez aussi
Bloody Rabbeat
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)

2017 - Autoproduction
  
Despised Icon
Despised Icon
The Healing Process

2005 - Century Media Records
  
Crazy About Silence
Crazy About Silence
When Death Surges Forth

2003 - Several Bleeds Records
  
Martyr Defiled
Martyr Defiled
Young Gods

2017 - Autoproduction
  
Whitechapel
Whitechapel
The Valley

2019 - Metal Blade Records
  

Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique
In Pain
The Thing From The Grave
Lire la chronique
Depressive Witches
Distant Kingdoms
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum
En Offrande
Lire la chronique
Ambroxiak
Detritus of Elysian Creation
Lire la chronique
Pharmacist
Flourishing Extremities On ...
Lire la chronique