chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
173 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Je - Epilogue of Tragedy

Chronique

Je Epilogue of Tragedy
C’est un beau nom, JE, à notre époque où même Narcisse passerait pour un altruiste de premier ordre. Cela donne envie de parler du moi, du ça, du sur-moi, et cela tombe bien puisque les thèmes principaux d’« Epilogue of Tragedy », troisième LP de la formation depuis 2014 après un EP paru en 2010 (« Un royaume de nuit »), sont justement l’individualisme dans les années 80, la croissance urbaine, la solitude, etc.

Bon, le pourquoi des années 80 mériterait d’être creusé, approfondi d’une façon quasi universitaire, mais il est généralement admis que ce fut la décennie qui vit naître un égocentrisme forcené, et ce en dépit des grandes campagnes humanitaires, l’Ethiopie par exemple. Si, en 1985, vous avez échappé aux Chanteurs sans Frontières et à leur « Loin cœur et loin des yeux, l’Ethiopie meurt peu à peu », grand bien vous fasse, c’est toujours une saloperie de moins qui encombre votre cerveau. Les années 80, c’est aussi l’extension des cités HLM initiées dans les années 60-70 sous couvert de mixité (pas au sens où on l’attend désormais, les classes sociales voulaient encore dire quelque chose) et d’intégration sociale, toute cette pensée pseudo sociologique matinée d’urbanisme dévoyé. Une décennie de merde donc, que j’ai traversé en tant que mioche mais qui, avec le recul, se traînait en fait la gueule de bois de l’échec de l’utopie de libération sexuelle, les femmes (non bourgeoises ou issues de la vieille aristocratie) devenant enfin des consommatrices accomplies, de bonnes petites soldates de l’industrie du décervelage, les égales de l’homme dans sa misère ouvrière ou de petit bureaucrate, dans sa misère sexuelle également.

Et c’est dans ce creuset à suicides que JE puise son inspiration. Franchement, je suis réellement surpris qu’aucun label n’accompagne le trio sur cette sortie, on a tous tellement entendu de médiocrités signées sur des maisons de disques plus ou moins prestigieuses que cette absence de contrat m’apparaît dès lors comme une incongruité qui ne saurait perdurer. Le style ? Un black metal à tendance dépressive évidemment mais mélangé à des éléments plus rock, voire shoegaze, sans toutefois ressembler à du ALCEST ou LES DISCRETS. Le style est plus dur, plus résolument metal, peut-être même gothique à l’occasion, notamment du fait d’un copieux usage des claviers. Nulle critique de ma part ici : ils sont parfaitement dosés, en totale harmonie avec les guitares et le climat visé mais c’est clairement un instrument clé pour bien comprendre la démarche de JE.

Les membres de la formation étant tous des musiciens expérimentés, cet « Epilogue of Tragedy » ne saurait être considéré comme un coup d’essai et l’on sent bien à l’écoute des sept titres qu’ils bénéficient de tout le savoir-faire des protagonistes. Outre un travail soigné sur la production et les orchestrations, les huit minutes de « Crown of Thorns and Memories » ainsi que les neuf d’« After the Rain » sont là pour démontrer qu’il y a un beau talent d’écriture, une sensibilité adulte. Autrement dit, on ne se coltine pas les jérémiades post adolescentes qui sont trop le souvent le lot du dit black metal dépressif, qui est le style par excellence de la pleurniche avec les émos. Par conséquent, si vous n’avez rien contre un peu de douceur, que vous recherchez un brin d’apaisement sans pour autant vous départir de votre armure de métaleux, je vois en JE une belle opportunité de s’ouvrir à un genre exigeant, joliment illustré ici.

Me concernant, c’est la fort agréable découverte de cette fin d’année : sans prétention, sans grandiloquence excessive et emphatique pour montrer combien ils en gros sur le pathos, tout en subtilité et en décence, soit des qualités aussi rares que précieuses actuellement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Je
Black Metal Dépressif
2022 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Je
Je
Black Metal Dépressif - 2006 - France
  

formats
tracklist
01.   Antithesis Convergence  (03:41)
02.   Crown of Thorns and Memories  (08:05)
03.   Days of Nothing  (03:47)
04.   Below the Shades  (05:21)
05.   Plage in the Algorythm  (05:24)
06.   After the Rain  (09:21)
07.   Epilogue of a Tragedy  (06:18)

Durée : 41:57

line up
parution
12 Novembre 2022

Essayez aussi
Abyssic Hate
Abyssic Hate
Suicidal Emotions

2003 - No Colours Records
  
Herbstlethargie
Herbstlethargie
Melancholie im Blattfall

2022 - Northern Silence Productions
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
As The Stars

2014 - Northern Silence Productions
  
Mortualia
Mortualia
Wild, Wild Misery

2016 - Moribund Records
  
Cry
Cry
Dead Within

2011 - Rigorism Production
  

Crusher
Corporal Punishment
Lire la chronique
Kamizol-K
Exile
Lire la chronique
Death Like Mass
Matka Na Sabacie (EP)
Lire la chronique
Kringa
All Stillborn Fires, Lick M...
Lire la chronique
Lacerated
The Vile Domain (EP)
Lire la chronique
Vrenth
Succumb To Chaos
Lire la chronique
Vanhävd
Vila
Lire la chronique
Maȟpíya Lúta
Wóohitike
Lire la chronique
Truth Decayed
Faded Visions I (EP)
Lire la chronique
Deströyer 666
Never Surrender
Lire la chronique
Grá
Lycaon
Lire la chronique
Trucido / Deterioration
Wet Brain / Smudge (Split-CD)
Lire la chronique
Suicidal Madness
Par-delà le bien et le mal
Lire la chronique
Nuclear Storm
Tales from the Depth
Lire la chronique
Medieval Demon
Black Coven
Lire la chronique
Dysmal
Gates To Apperception
Lire la chronique
Miscreance
Convergence
Lire la chronique
Hibernus Mortis
The Monoliths Of Cursed Slu...
Lire la chronique
Riverside
ID.Entity
Lire la chronique
Moonlight Sorcery
Piercing Through the Frozen...
Lire la chronique
Physiology of Darkness
Human Circle
Lire la chronique
Messe Mortuaire
Nocturnal Demonic Visitatio...
Lire la chronique
Appalling
Sacrilege
Lire la chronique
Helmet
Strap It On
Lire la chronique
Ebony Pendant / Lamp Of Murmuur
Plenilunar Requiems (Split-CD)
Lire la chronique
In Pain
The Thing From The Grave
Lire la chronique
Depressive Witches
Distant Kingdoms
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum
En Offrande
Lire la chronique
Ambroxiak
Detritus of Elysian Creation
Lire la chronique
Pharmacist
Flourishing Extremities On ...
Lire la chronique