chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hellwitch - Syzygial Miscreancy

Chronique

Hellwitch Syzygial Miscreancy
Rassurez-vous, vous avez fait le plus dur, passer outre cette abominable illustration et entamé la lecture de cette chronique qui, je l’espère, parviendra à vous mettre sur la route de ces Américains dont le premier album mérite bien mieux qu’un regard condescendant et désintéressé face, il est vrai, à tant de mauvais goût puisqu’il faut bien avouer que de l’illustration au logo en passant par la disposition du titre, il n’y a absolument rien qui va...

Formé à Gainsville en 1984, Hellwitch fait parti des vétérans de la scène floridienne. De ceux dont on ne parle pas beaucoup si ce n’est entre initiés histoire de se flatter l’égo. Aussi après quatre démos, un single et quelques changements de line-up, le trio alors constitué de Pat Ranieri (chant, guitare), Tommy Mouser (basse) et Joe Schnessel (batterie) se décide finalement à passer aux choses sérieuses avec la sortie en décembre 1990 d’un premier album intitulé Syzygial Miscreancy. C’est sur Wild Rags Records, petite structure californienne autoproclamée à l’époque "America's Smallest But Heaviest Record Label" que parait celui-ci. Un disque qui viendra tenir compagnie à quelques sorties emblématiques signées Necrophagia, Gammacide, Sadistic Intent, Hexx, Impetigo, Blasphemy, Order From Chaos ou bien encore Nuclear Death.

Enregistré au Morrisound Studio sous la houlette de Scott Burns himself, Syzygial Miscreancy se caractérise par une production qui, trente-trois ans plus tard, n’a pas trop mal vieillit. Certes, celle-ci porte comme souvent les stigmates de son époque (batterie dépouillée dénuée de tout artifice, guitares abrasives qui comme beaucoup d’autres productions signées Scott Burns peinent cependant à respirer correctement ainsi que quelques effets désormais un brin datés, notamment sur la voix de Pat Ranieri) mais dans l’ensemble il n’y a pas là matière à s’offusquer. Au contraire, trois décennies plus tard, cela lui confère un charme suranné qui ne devrait pas manquer de séduire ceux qui découvriront le disque aujourd’hui.

D’ailleurs, si Syzygial Miscreancy n’est visuellement pas très attrayant, son contenu l’est quant à lui bien davantage. En effet, Hellwitch distille sur ce premier album un intense et savoureux mélange de Death Metal et de Thrash caractérisé comme bien d’autres sorties floridiennes de l’époque par une appétence technique particulièrement développée. Pourtant, bien loin d’être un disque hermétique difficile à appréhender, celui-ci se distingue dès la première écoute par une évidente immédiateté. Bouclé en effet en un tout petit peu plus de vingt-cinq minutes, Syzygial Miscreancy ne s’autorise que peu de fioriture puisqu’à l’exception d’un "The Ascent" qui fait ici figure de courte introduction acoustique ou encore d’un "Mordirivial Dissemination" aux premières mesures plus modérées, c’est bel et bien pied au plancher que le trio survolté mène l’essentiel de ses assauts. Une hystérie collective qui entre ces lignes de chants braillardes, ces riffs nerveux exécutés à toute berzingue, ces solos chaotiques, ces blasts et cavalcades à perdre haleine, ces changements de rythme soudains et autres constructions rythmiques permettant de révéler la nature hautement chaotique de l’ensemble, Hellwitch n’est clairement pas là pour faire de la figuration.
Quelque part entre les premiers albums d’Atheist, Sadus et Ripping Corpse avec en plus une petite pointe de Nocturnus dedans (la faute à ces quelques effets qui apportent un côté science-fiction à certaines courtes séquences), les Floridiens prennent un malin plaisir à entretenir cette intensité particulièrement débridée. Une approche soutenue et surtout un brin foutraque mais qui à la différence d’un Chemical Exposure réussi tout de même le tour de force de marquer les esprits non pas uniquement par la simple puissance de ses déflagrations mais également par certains de ses riffs et mélodies au caractère bien plus entêtant. En effet, là où il est assez difficile de retenir quoi que ce soit des riffs du premier album de Sadus, on se laisse bien plus facilement attraper par ceux de Hellwitch que l’on pourra assimiler bien plus facilement ("Nosferatu", "Viral Exogence", "Sentient Transmography", "Pyrophoric Seizure"...).

Manquant déjà un petit peu de fraîcheur à sa sortie puisque paru après les premiers albums d’Atheist et Sadus, Syzygial Miscreancy n’en reste pas moins une leçon de Death / Thrash aussi furieuse et intense qu’efficace et jouissive. Certes, chaque musicien n’est jamais très loin de la démonstration pure, de celle qui ne sert qu'à flatter l’égo et rien d’autre, mais pourtant il y a bien de la musicalité dans la formule des Floridiens. Suffisamment en tout cas pour faire de ce premier album d’Hellwitch un disque incontournable pour tous les amateurs de Death / Thrash technique furibard. Alors oui, cette illustration est effectivement abominable tout comme ce logo qui pue le Heavy Metal ou le Power Metal de troisième division mais ne vous faites pas berner par les goûts ô combien douteux des Américains en matière d’artwork (la suite de leurs aventures ne permettant pas de relever le niveau) et laissez vous tenter par cette première sortie particulièrement digne d’intérêt.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
09/05/2023 22:08
Je trouve cet album terriblement chiant, je retiens rien des compos, juste un gros déballage technique qui riffe dans la semoule.
Le chant ridicule n'arrange rien non plus.
Tu as cité Hexx, voilà un autre groupe avec qui j'ai vraiment du mal, préférant leur deux albums plus Power/Thrash au passage.

En revanche, et c'est vraiment le propre des prods Scott Burns, ça me fait toujours son petit effet jouissif, les gros breaks avec un ralentissement suivi du riff Thrashy propre au genre.
Ces petits moments sont toujours bienvenus au milieu de ce bordel.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hellwitch
Death / Thrash
1990 - Wild Rags Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Hellwitch
Hellwitch
Death / Thrash - 1984 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Ascent  (00:34)
02.   Nosferatu  (02:30)
03.   Viral Exogence  (04:50)
04.   Sentient Transmography  (04:40)
05.   Mordirivial Dissemination  (05:58)
06.   Pyrophoric Seizure  (03:16)
07.   Purveyor Of Fear  (03:44)

Durée : 25:32

line up
parution
1 Décembre 1990

Essayez aussi
Decadence
Decadence
3rd Stage Of Decay

2008 - Massacre Records
  
Scumslaught
Scumslaught
Knives And Amphetamines

2022 - Caligari Records
  
Agressor
Agressor
Neverending Destiny

1990 - Noise Records
  
Rapture
Rapture
Paroxysm Of Hatred

2018 - Memento Mori
  
Insidious one
Insidious one
Хочу, чтобы все умерли

2017 - Global Track Music Compagny
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique