chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Naitaka - Emergence

Chronique

Naitaka Emergence
Tout comme BEHOLDER dont j’ai parlé récemment en ces pages, NAITAKA est canadien, sort cette année son premier LP, « Emergence », faisant suite à un EP éponyme paru en 2021. Les similitudes s’arrêtent là puisque le groupe qui nous intéresse ce jour s’inscrit dans une lignée thrash death metal plutôt mélodique et lorgnant allègrement sur le décolleté du heavy, voire sur le petit cul moulé dans un panty zèbre des thrashers des années 80. C’est bien légitime et cela ne saurait donc être un élément discriminant l’écoute, on a connu influences plus douteuses.

En revanche, ce qui pourrait l’être, discriminant, c’est cette horrible pochette et ce putain de jaune pétant qui me rappelle les pires années de la mode Waikiki mais ce n’est qu’une histoire de goût, tant qu’elle plaît aux musiciens c’est bien là l’essentiel. Et puis ne soyons pas frivoles, intéressons-nous plutôt à la musique. Alors ? Me demandez-vous les yeux pétillants de malice impatiente… Hé bien ces onze compositions me semblent encore un peu trop vertes et l’organe de Cara McCutchen mérite d’être encore travaillé. Lorsqu’on est sur des registres purement thrash, ça passe encore car c’est rauque et agressif comme on aime, avec en plus ces tonalités spécifiques aux femmes (je suis en plein cliché genré bordel, merci d’avance de ne pas me dénoncer) mais c’est en revanche plus bancal dès que la vocaliste s’aventure sur des terrains heavy, peu aidée en cela par des mélodies trop passe-partout et des chœurs en « oh oh oh » qui finissent par tout gâcher. Prenons comme exemple « Ravenscrag » : c’est certainement la composition la plus efficace de l’album et pourtant l’effet en est ruiné par ces chants de bûcherons rentrant heureux du boulot. Et comme il y a quand même une prédominance de voix aigues, bah je décroche très rapidement du projet alors que certains passages s’avèrent intéressants, tel le final quasi death metal d’« Emergence of the Skinwalker Part 1 » ou de « Malevolent Storm » où les guitaristes abordent un style de riffing trop peu utilisé dans les autres morceaux. En revanche, « Emergence of the Skinwalker Part 2 » me fait penser à HELLOWEEN, toujours avec ces « whaohohouh » exécrables, c’est vraiment dommage car le titre avait un beau potentiel.

Au final, que retenir de NAITAKA ? Je trouve que la formation a des ressources séduisantes car son approche « vieille école » du heavy thrash est en place avec des riffs sympas, des rythmiques rapides et, à l’occasion, de petites touches de death qui viennent muscler le propos. De plus, les musiciens ont l’air cool (merci Instagram), ils savent faire sonner leur musique mais j’ai été trop rapidement lassé par le chant. Il est certes versatile mais ce sont les éléments les moins maîtrisés qui sont mis le plus avant alors que dans un registre simplement hurlé la frontwomen assure bien. N’étant pas manager ou conseiller d’orientation, je n’ai aucune recommandation à donner mais j’inviterais néanmoins les Canadiens à simplifier les lignes vocales tout en gardant cette diversité musicale qui fait l’attractivité d’« Emergence ». J’aurais également tendance à réduire le nombre de titres car comme ils font à peu près tous la même durée, on a rapidement l’impression d’écouter toujours la même chose. Une affaire à suivre donc, de plus ou moins près selon votre ressenti.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Naitaka
Thrash Death Metal
2023 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Naitaka
Naitaka
Thrash Death Metal - 2019 - Canada
  

formats
tracklist
01.   Limestone Burial  (04:02)
02.   The Missing  (03:56)
03.   Suffocation Effervesce  (04:56)
04.   Forbidden Dimension  (04:51)
05.   Ravenscrag  (03:59)
06.   Emergence of the Skinwalker Part 1  (04:49)
07.   The Summoning  (00:45)
08.   Emergence of the Skinwalker Part 2  (04:29)
09.   Vacant Cache  (04:49)
10.   Malevolent Storm  (03:49)
11.   Hatchet Through Heartwood  (04:37)

Durée : 45:02

line up
parution
19 Avril 2023

Essayez plutôt
The Kandidate
The Kandidate
Facing The Imminent Prospect Of Death

2012 - Napalm Records
  
Deadspeak
Deadspeak
Dissolve The Dreams (EP)

2021 - Raw Skull Recordz
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Warkult

2004 - Nuclear Blast Records
  
Frightful
Frightful
Spectral Creator

2021 - Awakening Records
  
Detherous
Detherous
Unrelenting Malevolence

2022 - Redefining Darkness Records
  

Nightrage
Remains Of A Dead World
Lire la chronique
Skelethal
Within Corrosive Continuums
Lire la chronique
Pestilence
Spheres
Lire la chronique
Scattered Remnants
Destined To Fail
Lire la chronique
Erzsébet
Six Hundred and Fifty
Lire la chronique
Grave
Into the Grave
Lire la chronique
Coffin Curse
The Continuous Nothing
Lire la chronique
Seth
La France des maudits
Lire la chronique
Yattering
Murder’s Concept
Lire la chronique
Take Offense
T​.​O​.​tality
Lire la chronique
Unearthly Rites
Ecdysis
Lire la chronique
Varices
The Undoing
Lire la chronique
Winter Eternal
Echoes of Primordial Gnosis
Lire la chronique
Rope Sect
Estrangement
Lire la chronique
Solar Temple / Dead Neanderthals
Embers Beget the Divine (Co...
Lire la chronique
Tenebro
Carne Umana (EP)
Lire la chronique
Sadus
The Shadow Inside
Lire la chronique
Necromantic Worship
Rites Of Resurrection (Comp...
Lire la chronique
Gjendød
Livskramper
Lire la chronique
Grisaille
Entre Deux Averses​.​.​. (E...
Lire la chronique
Black Sorcery
Plummeting Into The Hour Of...
Lire la chronique
Vale Of Pnath
Between The Worlds Of Life ...
Lire la chronique
Holycide
Towards Idiocracy
Lire la chronique
200 Stab Wounds
Manual Manic Procedures
Lire la chronique
Le Concile Des Fanges - Europe 2024
A/Oratos + Délétère + Ossua...
Lire le live report
Doska
Doska Og Vintey
Lire la chronique
Scattered Remnants
Inherent Perversion (EP)
Lire la chronique
Severe Torture
Torn From The Jaws Of Death
Lire la chronique
La photo mystère du 1 Juillet 2024
Jouer à la Photo mystère
Calcine
Common Love Common Nausea
Lire la chronique