chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
49 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cruel Force - Dawn Of The Axe

Chronique

Cruel Force Dawn Of The Axe
Ayant eu une première vie entre 2008 et 2012 (qui lui a permis de sortir deux albums en à peine quelques mois) CRUEL FORCE s’est ensuite mis à l’arrêt pendant dix ans, avant de reprendre vie l’année dernière pour mieux faire parler de lui en ayant désormais atteint toute l’expérience qui lui avait manqué à ses débuts. Car malgré leurs qualités les précédentes réalisations manquaient franchement d’accroche et souffraient clairement d’un certain amateurisme, qui s’il peut être agréable plombait ici une musique au potentiel présent mais pas encore mis en valeur. Visiblement conscient de cela le trio d’origine (accompagné par un nouveau bassiste) a donc décidé de repartir à l’attaque en offrant enfin la mise en valeur nécessaire à son Black/Thrash ultra-rudimentaire, mais toujours agréable à entendre tant tout ici rappelle autant BATHORY que VENOM et les premiers KREATOR, avec une puissance permanente et attractive. Car oui si les gars proposent quelque chose d’ultra-balisé et primitif ils réussissent néanmoins à parfaitement nous captiver durant trente-huit minutes menées à fond la caisse et où le tempo ne ralentit qu’en de rares occasions, le quatuor misant d’abord sur l’énergie et l’explosivité sur fond de riffs très simples et répétés en boucle où la batterie se contente du minimum syndical ou presque.

Pourtant tout cela va faire parfaitement son œuvre et clouer l’auditeur qui ne va pas parvenir à relâcher son attention durant toute l’écoute, surtout qu’il va être emmené dès l’introduction dans une ambiance guerrière et violente inspirée par les westerns et les grands espaces de l’ouest Américain... dont on se surprend à retrouver une influence et des notes dignes des SHADOWS. Nulle surprise donc que « At The Dawn Of The Axe » se montre hyper combattif et épique, notamment en donnant le ton directement via une descente de toms à l’ancienne qui se complète à une furie explosive menée à deux cent à l’heure qui sent le feu des enfers et les épées fraîchement forgées. Cependant afin de ne pas lasser trop rapidement les Allemands ont l’excellente idée de proposer juste ce qu’il faut de variations afin de ne pas tomber dans la redondance néfaste, et cela intervient ici sous la forme de plans mid-tempo impeccables et parfaits pour remuer la tête et se laisser embarquer dans cette quête combattante réalisée avec goût... et cela sera le cas jusqu’à l’ultime seconde de cette galette. Car outre une production équilibrée et chaude la suite proposée va monter en intensité comme en accroche et en premier lieu sur l’imparable et entraînant « Night Of Thunder » où rapidité et passages idéaux pour taper du pied sont mis à égalité, le tout avec une inspiration de SLAYER (période « Show No Mercy ») particulièrement marquée et un soupçon de mélodie via l’apport d’un solo impeccable. Car outre les noms cités plus haut l’ombre du premier opus de Tom Araya et ses sbires va régulièrement se faire entendre et notamment sur « Death Rides The Sky » qui arrive dans la foulée en reprenant le même schéma d’écriture basé sur la variation dynamique, au groove impeccable et incandescent.

Et puis à partir de la deuxième partie de ce disque les choses vont aller encore plus loin en matière de densité et tout d’abord avec l’étonnant et lourd « Devil’s Dungeon » qui laisse beaucoup de place à la lourdeur de par une rythmique moins explosive, et aussi par l’ajout de doux arpèges et d’accents mélodiques plus affirmés qui montrent que les mecs même en ralentissant fortement la cadence savent garder leur cohésion sans renier leur haine. Totalement à part sur cette galette et écrasante tel un parpaing pris sur la tronche cette plage n’est que les prémices des surprenants et longs « Across The Styx » et « Realm Of Sands » qui vont être les points d’orgue de celle-ci, décidément riche en surprises. Car après un détour par la Suède, l’Allemagne et la Californie on va revenir au sein du Royaume-Uni avec des accents Heavy tirés de chez JUDAS PRIEST et IRON MAIDEN, qui vont être parfaitement ingérées et mis en musique correctement... tant le départ de la première composition semble tiré de celui de « Metal Gods » du côté du riffing comme du frappeur, dont le rendu est aussi rampant et massif que l’original. Pour la seconde c’est un véritable condensé de tout ce qui a été entendu jusque-là qui transparait, mis en valeur par des passages galopants riches en harmonies qui sentent bon la paire Dave Murray/Adrian Smith et clôture ainsi un enregistrement qui se finit par quelques notes acoustiques toutes douces qui font du bien après ce déluge explosif et furibard auquel on vient d’avoir droit, et qui a tout balayé sans laisser de survivants en cours de chemin.

Si les éternels râleurs trouveront à redire sur une certaine prévisibilité dans l’écriture et un vaste recyclage général les autres eux n’y trouveront rien à redire vu l’efficacité entendue ici, et qui ne se dément pas au fur et à mesure que l’on avance vers les ultimes secondes. Impitoyable dans la façon d’être mené ce long-format a tout pour plaire aux amateurs de bon son rudimentaire et simple, joué de façon sincère et authentique... ce qui est parfaitement le cas ici, et nul doute en tout cas que les Teutons vont parvenir à s’extraire de l’underground crasseux où ils étaient cantonnés à l’heure actuelle, tout en y gagnant en notoriété. Prouvant qu’on peut garder une ligne de conduite primitive tout en épaississant son style le combo signe ici un retour qui contrairement à de nombreux autres en vaut largement la peine, en offrant un enregistrement idéal qui servira de parfait défouloir en toutes saisons idéal pour se détendre après une journée pourrie comme avec une bonne bière autour d’un barbecue. Autant dire que c’est le genre de truc sans prétentions mais redoutable, que personne n’avait vu venir et qui au final met tout le monde k.o et d’accord sur presque tous les points... évidemment positifs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
18/09/2023 13:22
note: 8/10
C'était déjà "culte" avant et là, sacré bon comeback !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cruel Force
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Cruel Force
Cruel Force
Black/Thrash - 2008 - Allemagne
  

tracklist
01.   Azrael's Dawn
02.   At The Dawn Of The Axe
03.   Night Of Thunder
04.   Death Rides The Sky
05.   Devil's Dungeon
06.   Watchtower Of Abra
07.   Across The Styx
08.   Power Surge
09.   Realm Of Sands

Durée : 38 minutes

line up
parution
18 Août 2023

Essayez aussi
Sacrilegia
Sacrilegia
The Triclavian Advent

2019 - Invictus Productions
  
Hellfuck
Hellfuck
Diabolic Slaughter

2022 - Godz Ov War Productions
  
Charon
Charon
Sulphur Seraph
(The Archon Principle)

2012 - Sepulchral Voice Records
  
Goatwhore
Goatwhore
Blood For The Master

2012 - Metal Blade Records
  
Melechesh
Melechesh
Djinn

2001 - Osmose Productions
  

EMBRACE YOUR PUNISHMENT pour l'album "Made of Stone"
Lire l'interview
Omission
Disciples Of Ravens Vengeance
Lire la chronique
Sever
At Midnight, by Torch Light
Lire la chronique
VoidCeremony
Threads Of Unknowing
Lire la chronique
Elffor
The Black Sentinel
Lire la chronique
Tol Morwen
Rise of the Fury (EP)
Lire la chronique
Cosmic Forest
My Eyes Cold as the Darkest...
Lire la chronique
Tenebro
Ultime Grida Dalla Giungla
Lire la chronique
Endseeker
Global Worming
Lire la chronique
Sunmancer
Nothing Ever Happens (EP)
Lire la chronique
Paint It Black
Famine (EP)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Weakest Is The Flesh
Lire la chronique
Uada
Crepuscule Natura
Lire la chronique
Shadowspawn
Blasphemica
Lire la chronique
Shining
Shining
Lire la chronique
Cirith Ungol
Dark Parade
Lire la chronique
Strigoi
Bathed in a Black Sun (EP)
Lire la chronique
Slope
Street Heat
Lire la chronique
Abominated
Traumatic Putrefaction
Lire la chronique
Contorted
Deities of Uncreation (EP)
Lire la chronique
Sombre Héritage
Inter Duo Mundi
Lire la chronique
Funeral Weapons Tour 2023
Hyrgal + Miasmes + Räum
Lire le live report
Sinister
Diabolical Summoning
Lire la chronique
Triagone
Sem Papyrvs (EP)
Lire la chronique
Chiaroscvro
Renégation
Lire la chronique
Magnitude
Of Days Renewed...
Lire la chronique
Pénitence Onirique
Nature Morte
Lire la chronique
Prieuré
Le départ
Lire la chronique
Miserere Luminis
Ordalie
Lire la chronique
Mephorash
Krystl-Ah
Lire la chronique