chargement...

haut de page

My

Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Slope - Street Heat

Chronique

Slope Street Heat
Si vous n’avez pas vu passer la nouvelle par manque d’intérêt ou par étourderie, sachez qu’en début d’année prochaine sortira sur Century Media Records le deuxième album de Slope. Cependant, comme nous avons encore un petit peu de temps devant nous, permettez-moi de rembobiner de quelques mois pour, en guise d’introduction à l’univers coloré et foutraque des Allemands, nous pencher en premier lieu sur Street Heat, un premier album paru en mars 2021 chez les bas du front de Beatdown Hardwear Records (Worst Doubt, Nasty, Xile, Cold Hard Truth, Brutality Will Prevail, Born From Pain, Fallbrawl...). Une sortie qui n’avait pas manqué de faire résonner chez moi quelques cordes sensibles mais que j’avais jusque-là passé sous silence pour des raisons que je n’explique pas vraiment...

Quoi qu’il soit, si je ne peux évidemment pas rattraper mon retard sur le sujet, peut-être pourrais-je néanmoins en mettre quelques-uns d’entre vous sur le chemin de ces jeunes gens talentueux et de leur Fusion bigarrée mélangeant Hardcore, Metal, Funk et Rap... Alors je me doute qu’à l’énoncé d’un tel pot-pourri je risque de perdre un paquet de lecteurs mais peu importe puisque si vous devez fuir cette chronique c’est que de toute façon la musique de Slope n’est effectivement pas faite pour vous.

Originaire de Duisbourg, le groupe voit le jour il y a maintenant une petite dizaine d’années. Vraisemblablement pressé d’en découdre, Slope sort dès 2014 un premier EP intitulé Helix sur le label allemand Backbite Records auquel succèdera trois ans plus tard Losin’ Grip, un second EP sensiblement plus abouti leur ouvrant au passage les portes du label de Toni Grunert, propriétaire de Beatdown Hardwear. Quatre années seront alors nécessaires aux Allemands pour reprendre du service puisque c’est en mars 2021 que se fera la sortie de Street Heat, un premier album haut en couleur souligné par une illustration chamarrée et tentaculaire à l’esprit résolument 90’s.
Car effectivement, en dépit d’une base Hardcore évidente (on y reviendra) qui rend la chose à la fois plus singulière et particulièrement convaincante, c’est du côté des années 90 que Slope va puiser une grande partie de son inspiration. D’Infectious Grooves aux Red Hot Chili Peppers en passant par H-Blockx, Faith No More, Primus, Scatterbrain et bien d’autres encore, les Allemands offrent à l’auditeur curieux et téméraire la possibilité d’explorer tout un tas d’horizons divers et variés. Une approche transverse se souciant bien peu des guerres de chapelles et autres frontières tacites bien souvent synonymes de créativité limitée mais qui forcément nécessitera de la part de tous ceux qui choisiront d’y poser leurs oreilles une certaine ouverture d’esprit pour être appréciée à sa juste valeur.

Le cul entre "plusieurs" chaises, la musique de Slope se caractérise par un mélange foutraque de sonorités Funk, Hardcore et Rap aussi délicieuses que complémentaires. De ces guitares métalliques qui cocottent ("Truth Machine", "Purple Me", "Trainsurfing", "I'm Fine", "High Level", "Wag The Dog"...) à cette basse ultra sexy et toute en rondeurs ("Truth Machine" à 1:47, "Purple Me" à 0:41, "I’m Fine", les dernières secondes de "Skunks" ou bien les premières de "Wag The Dog"...) en passant par ce flow chaloupé ou bien encore cette pédale wah-wah servant notamment à entretenir le côté "chill" et cotonneux de certaines séquences ("Purple Me" à 0:41, les premiers instants de "I’m Fine", "Power Shift", "Wag The Dog"...) on ne peut pas dire que Street Heat manque effectivement de groove. Un côté particulièrement accrocheur qui, si vous êtes sensibles à ce genre de douceurs, ne devrait pas manquer de produire l’effet escompté à savoir vous faire remuer du séant et probablement un petit peu plus encore.

Les Allemands auraient pu choisir d’en rester là et ainsi s’acquitter d’un album de Fusion probablement bien meilleur que tout ce qu’ont pu sortir les Red Hot Chili Peppers depuis pas loin de trente ans. Néanmoins, comme je l’évoquais plus haut, Slope intègre de manière plus ou moins bien bordée (mais c’est là également une partie de son charme) tous ces éléments funky à une base Hardcore simple mais particulièrement dynamique et efficace qui va ainsi lui offrir la possibilité de durcir le ton tout au long de ces presque trente-quatre minutes. Outre une production moderne qui va naturellement insuffler force, puissance et lisibilité à l’ensemble, Street Heat se distingue également par son riffing Punk / Hardcore tantôt nerveux ("Truth Machine" à 0:09, "I'm Fine" à 1:12, les premières secondes de "High Level", "Mood Swing 87" à 0:43...) tantôt beaucoup plus chaloupé ("Truth Machine" à 0:26, "I'm Fine" à 1:11, "High Level" à 0:15, "Skunks" à 0:14...), par quelques breaks bien lourdingues ("Purple Me" à 1:56, "Trainsurfing" à 1:40, "Skunks" à 1:03) et plus globalement par son énergie positive, fun et sans prise de tête propre aux scènes Punk / Hardcore.

Alors évidemment, ce premier album n’est pas exempt de (tout petits) défauts (une introduction inutile, un côté un brin foutraque qui pourra gêner les auditeurs les plus attachés aux formats de compositions plus classiques à base de couplets / refrains...) mais franchement ces quelques points sont finalement bien vite balayés face à ces compositions aussi énergiques et rafraichissantes que celles de Street Heat, face à ces prises de libertés revigorantes et jouissives, face à ce groove sexy et délicieux… Bref, dans le paysage actuel tout comme il y a trente-cinq ans, il est bon d’avoir ce genre de groupes capables de sortir des sentiers battus et d’amener les auditeurs sur ce genre de terrains si différents et pourtant si complémentaires. D’ailleurs, si la scène Hardcore n’en manque pas spécialement ces dernières années avec des formations comme Turnstile, Zulu ou Soul Glo, il n’empêche que le cas de Slope reste à part. Un disque frais, cool et addictif qui fait du bien à la scène Hardcore et devrait probablement ravir plus globalement les amateurs de Fusion un brin énervée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
03/12/2023 18:21
coreandcoupdate a écrit : Un super album, qui remet un peu le Funk Metal (certes harcorisé) en selle…

Je suppose que la chronique du nouveau est pour bientôt ?


Un petit peu avant la sortie oui, je suis pas spécialement client des chroniques publiées deux / trois mois avant Sourire
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
03/12/2023 09:33
(Oui, bien sûr Sourire )
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
03/12/2023 09:31
Un super album, qui remet un peu le Funk Metal (certes harcorisé) en selle…

Je suppose que la chronique du nouveau est pour bientôt ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Slope
Hardcore / Fusion
2021 - Beatdown Hardwear Rec.
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Slope
Slope
Hardcore / Fusion - 2014 - Allemagne
  

vidéos
Purple Me
Purple Me
Slope

Extrait de "Street Heat"
  
Trainsurfing
Trainsurfing
Slope

Extrait de "Street Heat"
  
I'm Fine
I'm Fine
Slope

Extrait de "Street Heat"
  
Fluid
Fluid
Slope

Extrait de "Street Heat"
  
Truth Machine
Truth Machine
Slope

Extrait de "Street Heat"
  

tracklist
01.   Upbeat  (01:03)
02.   Truth Machine  (02:34)
03.   Purple Me  (02:08)
04.   Trainsurfing  (03:33)
05.   I'm Fine  (02:20)
06.   Fluid  (01:59)
07.   High Level  (02:36)
08.   Skunks  (03:20)
09.   Mood Swing 87  (02:50)
10.   Power Shift  (04:18)
11.   Fuel  (02:15)
12.   Wag The Dog  (04:57)

Durée : 33:50

line up
parution
12 Mars 2021

voir aussi
Slope
Slope
Freak Dreams

2024 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Lofofora
Lofofora
Dur Comme Fer

1999 - Sriracha Sauce
  
Akirïse
Akirïse
Brouiller L'Ecoute

2008 - Autoproduction
  
Downset
Downset
downset.

1994 - Mercury Records
  
Downset
Downset
Do We Speak A Dead Language?

1996 - Mercury Records
  
Le Noyau Dur
Le Noyau Dur
Renaissance

2006 - Sriracha Sauce
  

Woods of Infinity
The Northern Throne (Compil.)
Lire la chronique
Savage
Demo 1 (Démo)
Lire la chronique
Shitstorm
Only In Dade
Lire la chronique
Ild
Kvern
Lire la chronique
Apparition
Apparition (Démo)
Lire la chronique
Soul Incursion
Eternal Darkness (EP)
Lire la chronique
Fetid Zombie
Where Worms Craw (EP)
Lire la chronique
Jarhead Fertilizer
Carceral Warfare
Lire la chronique
...and Oceans
Cosmic World Mother
Lire la chronique
Knoll
As Spoken
Lire la chronique
Tomb Mold
Aperture Of Body (EP)
Lire la chronique
Aūkels
Meddjan sklāit ten
Lire la chronique
Torture Rack
Primeval Onslaught
Lire la chronique
Plague Of The Fallen
Amongst The Rats
Lire la chronique
Farsot
Life Promised Death
Lire la chronique
Dismo
The Achitect of Chaos
Lire la chronique
Monolyth + Përl + Nemost
Lire le live report
Benediction
Subconscious Terror
Lire la chronique
Near Death Experience
Brief is the Light
Lire la chronique
Gosudar / Malignant Altar
Gosudar / Malignant Altar (...
Lire la chronique
Abject Mentor
Abominaciones
Lire la chronique
Sardonic Witchery
Barbaric Evil Power
Lire la chronique
L7
Bricks Are Heavy
Lire la chronique
Darkspace
Dark Space -II
Lire la chronique
Mind Conflict
Temple of God
Lire la chronique
Tweedledead
Infernotes
Lire la chronique
Hulder
The Eternal Fanfare (EP)
Lire la chronique
Infernal Execrator
Diabolatry
Lire la chronique
Ignis Mortis
Haeresis Maleficarum (EP)
Lire la chronique
Flaming Ouroboros
Anthems For Brotherhood
Lire la chronique